Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 13:08
" La Goulue ", Toulouse-Lautrec . Publication Facebook de Niku Riboldi .

" La Goulue ", Toulouse-Lautrec . Publication Facebook de Niku Riboldi .

En 1077, l'empereur Henri IV d'Allemagne dut se soumettre à l'injonction de l'Eglise et entreprendre un voyage dans la ville italienne de Canossa pour s'incliner devant le pape Grégoire VII qu'il avait voulu faire destituer, implorer son pardon et faire lever l'excommunication qui pesait sur lui .

Hier, dimanche 7 mai, beaucoup de Français ont dû se soumettre à une injonction de même nature que celle de Canossa, quel que soit leur choix : " Injonction de se soumettre à à une logique politique de coordination ( donc collective ) que le vote " par l'isoloir " exclut par construction puisqu'il est totalement individuel " .

La campagne électorale qui s'achève laisse à des millions de citoyens un goût amer . Nous ne parlons pas ici de son côté pestilentiel mais des choix qui auront été imposés aux uns et aux autres . Il aura été fait appel à toutes les voix qui ont pu compter par le passé .

Ainsi en a-t-on pu appeler au philosophe Emmanuel Kant, pour tenter de condamner les abstentionnistes " ne voulant pas se salir les mains " . L'impératif catégorique du philosophe tombait à point : " une règle de comportement ne vaut comme maxime morale que si elle peut être universalisée " . Mais la politique n'est pas une affaire de morale et de maxime universalisable, elle est même tout le contraire : une question de conflits donc de fragmentation et de rapports de force . L'abstention ne s'adresse pas à tout le monde . Elle ne fait sens politique que pour une fraction déterminée de l'électorat, précisément de gauche . On n'a demandé aucune justification aux gens de droite et pourtant ce sont eux qui ont fourni les bataillons de la progression du FN au second tour . L'objection de " laisser faire le sale travail aux autres " ne tient pas dans la mesure où la position abstentionniste ne prétend en rien à l'universabilité .

Jean-Paul Sartre n'a pas manqué d'être interpellé par les abstentionnistes - un classique - à propos de sa formule : " Elections, piège à cons ! ", formule largement  incomprise, le philosophe ne pointant qu'une contradiction de la politique : pratique fondamentalement collective et immanquablement altérée quand elle est soumise à un vote totalement individuel " dans l'isoloir " .

Même Baruk Spinoza fut mis à la peine, avec son " homme qui rit de tout ", comme si un seul des Français qui s'est rendu aux urnes, hier, avait envie de rire .

Le 7 mai 2017 a, en fait, mis en évidence, l'aporie fondamentale du vote individualisé : l'absence de passage, les difficultés du choix, l'embarras ... 

Nous nous devons d'intégrer la réalité suivante : " La politique se fait ensemble, le vote uniquement par devers soi " . Et la puissance de la politique comme activité collective est telle qu'elle cherche à toute force à réinvestir le vote atomisé . C'est ainsi que la pratique du " vote utile " - faire barrage au FN - ou la logique spéculative - stratégiser son vote en fonction du vote anticipé des autres - sont autant de tentatives de recréer de l'action coordonnée là où, par construction n'existe aucune instance de coordination . 

Vouloir réintroduire de la coordination collective dans un univers d'où cette logique est exclue, paraît vain . C'est pourquoi n'étaient que fiction, les appels à " faire élire Macron avec la plus décevante des marges " ou " noyer Macron sous un vote massif " pour qu'il ne puisse arguer d'aucune majorité lisible .

Chacun de nous a pu se dire parfois que l'absence de son vote " n'aurait rien changé ", et c'est vrai, même si cet énoncé vrai au niveau individuel devient faux lors du passage au bilan du résultat collectif . Mais c'est là un autre énoncé du problème .

Dieu que ce billet est confus, à l'image de la journée d'hier . Aussi pour y introduire un soupçon de clarté, je n'en retiendrai qu'un résultat : la poussée irrésistible du FN, " cet iceberg de merde, repeint légèrement en blanc sur sa partie émergée " ( Frédéric Lordon ) est provisoirement stoppée .

Cependant, la volonté destructrice de l'oligarchie de faire disparaître le clivage " droite-gauche " , qui structurait notre vie politique depuis plus de deux siècles demeure : empêcher les dominés de trouver un quelconque passage par les urnes à l'éclosion de leur émancipation .

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens