Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 14:46
Publication FB de René Leucart .

Publication FB de René Leucart .

" Une équation perverse surplombe les programmes de trois candidats, sur les quatre en lice : réduire le salaire brut patronal - payé par le patron - pour hausser le salaire net salarial - reçu par le salarié " . Plus de cotisation prélevée sur les salariés, à ajouter aux exonérations patronales déjà accordées aux entreprises : la SS est nue ! 

Nous venons de traverser un week-end de feu, à droite . Il est de tradition, en fin de campagne, dans ce camp, quand la bataille finale se fait très proche, de déclencher " la mitraille " . Foin des litotes, des paraboles et des euphémismes, on canonne .

C'est ce que n'ont pas manqué de faire la néo-fasciste Marine Le Pen et le néo-maurassien F. Fillon .

La première, voulant réveiller une campagne un peu somnolente et constatant une érosion des sondages à son endroit, a choisi " la recoagulation " de son socle électoral, en invoquant " les mânes " de la maison FN .  A cette fin, elle a annoncé, hier,  dans un Zénith de Paris même pas à moitié rempli, qu'elle allait - si elle était élue - suspendre toute immigration légale et rappeler les réservistes de l'armée française, non pas dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, mais pour garder nos frontières et arrêter les hordes de migrants lancées à l'assaut de notre identité nationale . Ces hordes qui dans une stratégie particulièrement raffinée entendent attaquer notre civilisation par l'invasion pernicieuse des " plonges " de nos restaurants et l'occupation insidieuse de nos bureaux, dès l'aube, pour des nettoyages subversifs, à l'heure où nous dormons encore .

Le second, a choisi d'autres boucs émissaires : les journalistes, cette engeance au patriotisme " douteux ", cette cinquième colonne de la bien-pensance qui a eu l'outrecuidance d'informer le public de ses turpitudes financières, déstabilisant un projet de campagne fondé sur la probité, l'honnêteté, le don de soi à la patrie en danger, fustigeant le complot de la presse, le cabinet noir de l'Elysée, l'acharnement des médias, levant la main droite tel un " Christ Pantocrator ", les Saintes Ecritures dans la main gauche, quand ses ouailles hurlent aux " journalopes " et aux " merdiass " pour les absoudre de leur inélégance . Et, sans doute pour s'absoudre lui-même, de clamer, qu'un homme politique n'a pas à être " Saint François d'Assise ", le saint des pauvres, ne voyant pas l'étrange aveu contenu dans ce cri du coeur . Pour lui aussi " recoaguler " son socle électoral, il ajoute qu'il prendra - s'il est élu - dans son gouvernement, des ministres issus de " Sens commun ", cette secte catho vouée à l'homophobie, frontalement anti-mariage pour tous, anti-PMA, anti-avortement .

Et pour montrer qu'il est un vrai rebelle, il refuse de se rendre, ce mardi matin, dans l'émission de Jean-Jacques Bourdin, sur BFMTV, où tous ses concurrents seront passés, geste qui se veut héroïque car ce journaliste est un " véritable dictateur " mais refus dont on apprend qu'il tient davantage au fait que Bourdin voulait lui poser des questions sur ses affaires . Le " Savonarole " des médias est démasqué . 

Le favori des sondages, E. Macron, a fait le plein, hier, à Bercy : 20 000 personnes . Le meeting est réussi mais le candidat est fatigué : on a placé quatre " prompteurs ", autour de lui, par précaution . Il s'enlise, entre Pyrénées et Picardie, les deux régions où il a grandi et parle " d'architecture, de cathédrales, de colombages familiers ... " 

Cependant, il réussit à faire passer le coeur de son message : " Ce qui nous est proposé depuis vingt ans, ce n'est ni la libération, ni la reconstruction mais un lent consentement au chômage de masse ... " Et il parvient à faire vibrer la salle quand il invoque " la génération debout, la génération en marche, la nôtre ", celle de tous ceux qui l'ont rejoint depuis un an, contre les candidatures du passé qui n'ont que " leur impuissance " à faire valoir .

En ce week-end de Pâques, Jean-Luc Mélenchon, fidèle à sa stratégie " des surprises " , parcourait, paisiblement, sur sa " péniche insoumise " les canaux de l'Ile de France . Ni fracas, ni fureur, dans ce camp . De simples appels au sang-froid, au travail militant, à la modération de ses soutiens sur les réseaux sociaux, face aux attaques violentes des opposants : " Nous sommes fâchés mais pas fachos " . 

Ce rapide panorama du week-end de Pâques nous dit une chose : " L'exigence de probité ne concerne pas l'art de gouverner mais l'honnêteté des élus " ( Michel Winock, historien ) .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens