Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 14:16
Photo Challenges.fr

Photo Challenges.fr

" Honni soit qui mal y pense ! " . Dans le jargon financier, " un risque de queue " désigne un risque financier maîtrisable .

On a bien compris depuis plusieurs mois que les marchés financiers étaient très inquiets sur l'issue de l'élection présidentielle française et suivaient les évolutions de la campagne avec intérêt . Bien sûr, leur grande crainte était liée au score de Marine Le Pen et à son éventuelle élection . Cette hypothèse leur faisait redouter une sortie de l'euro par la France, qui, étant donné le poids de la dette des entreprises françaises par rapport à la dette globale en euros, allait faire sauter " la planète finance " - avec une puissance bien plus grande qu'en 2008 . ( Spécialistes de la dette chez Bank of America Merrill Lynch, bureau de Londres, mi-février 2017 ) .

Mais depuis trois semaines, tout va mieux . Les sondages plaçant Emmanuel Macron et Marine Le Pen au coude à coude, et l'un même affichant E. Macron en tête, aussitôt repéré par " Forbes Finance ", au début du mois de mars, ont tôt fait de rassurer la planète finance, ce qui a permis à la banque néerlandaise " ABN Amro " de classer " en risque de queue " ( comprenez, en risque maîtrisable ) l'hypothèse de l'élection de Marine Le Pen .

Ce jour-là, le CAC 40 a franchi la barre des 5000 points . Les analystes de la banque suisse UBS annonçant une hausse de 10% des valeurs européennes " si le soulagement et la réforme sont au rendez-vous " . Ah ! Le touchant aveu ! L'élection d'E. Macron apporterait à nos adorables spéculateurs " un soulagement " hygiénique .

UBS s'explique . L'élection d'E. Macron permettrait de combler le " gap de flux constaté " (sur les places boursières ), vers les EEUU, depuis un an, de 253 Mds de dollars . Le retour de ces capitaux sur les places européennes, rachetés en euros, rapporterait aux spéculateurs 30 Mds d'€ rien qu'en valeurs françaises . ( Gap : en économie, écart important entre plusieurs choses ) .

UBS avance même des préconisations de placements : Crédit Agricole, Elor, Vinci, Cap Gemini, Thalès, AccorHôtels ...

C'est que le programme d'E. Macron a de quoi réjouir les spéculateurs, mais de ces éléments qui ont l'air de tant séduire nos financiers, vous n'en avez pas entendu un mot, hier soir, lors du débat entre les cinq candidats estampillés par TF1 comme " majeurs " . Et pour cause : " C'est de la dynamite ! " 

Grimpons dans le bus " Macron " pour mieux comprendre .

Suppression de l'ISF sur les placements en titre ( financiers ), 2 Mds d'€ d'impôts en moins; imposition forfaitaire de tous ces placements plafonnée à 30%, et non plus selon le barême de l'impôt sur le revenu, soit avec la CSG un taux maximal de 45%, 3 Mds d'€ de moins d'impôts ; baisse de l'impôt sur les sociétés qui passe de 34,4% actuellement à 25%, soit 12 Mds d'€ d'impôts en moins ; restauration du régime avantageux de taxation des actions gratuites distribuées par les entreprises à leurs cadres dirigeants, prévu dans la première loi Macron, mais rogné dans la loi des finances 2017 ; simplification des règles d'imposition des fonds non cotés en bourse, fonds spéculatifs LBO, ( qui pratiquent par l'endettement de l'entreprise qu'ils achètent ) pour leur faciliter la collecte de capitaux auprès des voraces fonds de pension anglo-saxons . Quand on sait que, sur une moyenne de cinq ans, ces placements rapportent déjà, 12% l'an, on imagine ce qu'ils pourraient rapporter si on baisse encore les impôts, et pourquoi, ces fonds LBO, sont dans les " starting-blocks " .

Mais d'autres cadeaux, bien réels,  attendent également les banquiers et les assureurs . Les grands ratios de solvabilité de liquidités et de fonds propres prudentiels ( pour faire face à toute nouvelle crise financière ) seront discutés à Bruxelles - où l'on fait preuve d'une bien plus grande mansuétude - permettant ainsi aux établissements financiers de disposer de plus de capitaux pour la spéculation ... Ce n'est ni plus ni moins que l'argumentaire de la Fédération bancaire française .

Ajoutons au catalogue, les nouvelles baisses de cotisations sociales annoncées qui tuent à petit feu la Sécurité Sociale .

Mais les pauvres ne sont pas oubliés . 60 Mds d'€ d'économies sur la dépense publique, 120 000 fonctionnaires de moins, et donc moins de services publics pour payer les cadeaux aux spéculateurs .

L'économiste Philippe Aghion, professeur au Collège de France, qui conseille E. Macron, ne nie pas les effets bénéfiques pour certains, et avance, en guise de justification, une définition époustouflante : " Il y a deux façons d'être de gauche : être obsédé par les riches ou être obsédé par les pauvres " . 

C'est " Coluche " entrant au Collège de France !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens