Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2017 7 12 /03 /mars /2017 14:03
Friche industrielle ( Roubaix ) .

Friche industrielle ( Roubaix ) .

" L' analyse des différentes étapes de la désindustrialisation en France, depuis le début des années 1980, met en évidence que certaines dynamiques défavorables enregistrées depuis la crise de 2008 étaient déjà à l'oeuvre depuis trois décennies " ( INSEE, décembre 2012 ) .

Au début des années 1980, responsables économiques et dirigeants politiques décident que la France n'a plus à être une nation industrielle mais un pays de " services " ce qui implique que nos producteurs, ouvriers et techniciens, n'ont plus vocation qu'à devenir des vendeurs .

A coups de délocalisations, vers l'Europe de L'Est, la Chine, le Maroc, ou l'Amérique, l'industrie nationale est dévitalisée, les emplois industriels pérennes transformés en emplois de services plus facilement modulables, " précarisables ", individualisables, et moins facilement  " syndicalisables " . Le problème subséquent est que le nombre de nouveaux emplois créés dans les services, mais découpés à souhait en temps partiels, hachés en séquences, modulés, n'atteindra jamais le niveau des emplois durs détruits dans l'industrie .

La France s'engage allègrement dans le processus tandis que l'Allemagne et les pays du nord de l'Europe se montrent plus prudents et préservent leur outil industriel .

Le nombre de friches industrielles qui hantent les périphéries de nos villes quand on traverse le pays est là pour nous rappeler cette magistrale faute de nos dirigeants . Soyons clairs : les considérations financières, du type, augmentation des profits immédiats, ne sont pas étrangères à cette transformation économique tout comme l'appétit sans limite des actionnaires français .

La racine du mal, du chômage de masse durable et enkysté dans la société, est là et pas dans le code du travail ou les rigidités dites " structurelles " de notre société . 

L'étude de l'INSEE, dossier spécial daté du 20 décembre 2012 au soir, et passé presque inaperçu, décrit les quatre étapes de la désindustrialisation du pays, du début des années 1980 à l'après crise de 2008 .

Première période . De 1980 à 1989, la part de l'emploi manufacturier, production des biens de consommation, dans l'emploi total est passée de 22,1% à 17,8% . On pense d'abord à la crise de l'industrie textile . En fait, le phénomène n'est pas encore appréhendé par le grand public car ce premier décrochage est surtout dû à un changement d'organisation des entreprises, et ce qu'on appelle " l'externalisation des activités " qui ne font pas partie du coeur de métier de l'entreprise : essentiellement des services comme la comptabilité, l'entretien, le marketing . Artefact qui représente  25% de la baisse de l'emploi industriel, tout de même . 

Parallèlement à ce phénomène, la part de la " valeur ajoutée "  ( taux de profit ) de ces biens diminue de 20,6% à 17,7%, ce qui indique que nos produits deviennent moins bons et donc moins compétitifs parce qu'on néglige leur qualité, censée se faire ailleurs et que les entreprises investissent moins dans la modernisation de l'outil de travail .

Deuxième période . La part de l'industrie manufacturière continue de diminuer, en termes d'emplois qui passent de 17,8% à 14,3% et de valeur ajoutée qui baisse de 17,7% à 15,2% . Cependant, les prix restent stables, en raison de gains de productivité - donc d'exploitation du travailleur - permettant de maintenir la compétitivité- prix de la France et donc un commerce extérieur positif à + 10,5 Mds d'€ en moyenne, sur la période, chiffre qui masque le déclin industriel .

Troisième période . De 2001 à 2007, le poids de la valeur ajoutée passe de 15,2% à 11,9% et la part de l'emploi de 14,2% à 12% Le rythme de la désindustrialisation s'accélère, en particulier par rapport aux voisins européens et au passé ; le solde extérieur s'inverse, de +10,5 Mds en 2000 à - 10,7 Mds en 2007 . La dégradation devient très visible, mais personne ne s'en émeut . On la cache par du traitement social .

Quatrième période . Le mouvement s'accélère, tous les symptômes s'aggravent . L'emploi perd - 1,3%, la valeur ajoutée - 1,8%, le taux de marge des entreprises s'effondre de 33% à 28%, les prix sont trop bas pour refaire des marges parce qu'il faut faire " passer la pilule " de la pression sur les salaires et celle de l'austérité, les exportations à haute et moyenne technologie sont en baisse, le solde commercial atteint des records . ( Dans le même temps l'Allemagne investit dans la recherche pour maintenir sa production haut de gamme et préserve sonindustrie : en 2013, l'industrie représente encore 21,8% du PIB allemand, quand elle ne représente plus que 10,2% en France ) .

L'INSEE explique : les entreprises investissent moins dans la modernisation de l'outil de travail, dans la recherche et le développement, les grands groupes étranglent les moyennes entreprises qui ne peuvent se développer pour atteindre la taille nécessaire à l'accès au commerce international .

" Tu seras vendeur, mon fils ", dit le père . " Mais il n'y a plus rien à vendre ", répond le fils .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens