Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 13:11
" Combats de boue " ( 7sur7, be. ) .

" Combats de boue " ( 7sur7, be. ) .

" Une masse nombreuse décide mieux que n'importe quel individu ... de même qu'un festin payé collectivement est meilleur que celui offert par une seule personne " ( Aristote, Les politiques ) .

Qu'on ne s'y trompe donc pas ! Tout ce que la grande coalition " en marche ", hommes politiques démonétisés et sans honneur alliés aux médias " enrôlés "  recherche, c'est atteindre l'aboutissement du long processus engagé depuis trente ans, la dépossession politique totale des dominés pour remettre entre les mains d'un leader leur intelligence et leur capacité d'action .

Les combats de boue qui accompagnent le processus ne sont que des leurres pour cacher la véritable ambition des oligarchies à la manoeuvre .

Le vrai combat qui se joue, n'est pas celui qu'on veut pourtant nous faire avaler du " néolibéralisme " contre " le néofascisme ", les deux facettes d'un même mouvement qui se nourrissent mutuellement, le néofascisme ne représentant nullement une rupture avec le système néolibéral .

La question est beaucoup plus stratégique pour les vraies forces de gauche . Comment lutter sur un double front contre ces deux fléaux ? En commençant par établir le vrai diagnostic : l'essor du néofascisme a été sciemment favorisé par les politiques néolibérales . Le Parti Socialiste et le gouvernement portent une responsabilité écrasante dans le désastre actuel . Toute leur politique a consisté à infliger une longue série de défaites sociales aux salariés, aux retraités, aux gens les plus modestes qui se paient aujourd'hui par la désunion et le désastre politique .

On aurait pu espérer que le rejet régulièrement exprimé de cette politique, lors de tous les scrutins intermédiaires ou des violents conflits sociaux de l'année 2016, allait offrir une chance de refondre une nouvelle gauche mais c'était sans compter avec les manoeuvres souterraines qui ont conduit F. Hollande à renoncer ou à l'éjection de Manuel Valls de la primaire socialiste pour, au prétexte d'une virginité retrouvée,  pousser vers le piédestal médiatique le " néolibéralisme " assumé et arrogant de E. Macron .

Les soutiers à la manoeuvre ont intégré que le désespoir des victimes du néolibéralisme, leur rejet de ce système, les poussent à vouloir se venger . Les analyses ne manquent pas qui, élection après élection, montrent que les classes populaires qui autrefois soutenaient les partis de gauche, soit se détournent du suffrage  - " Plus rien à faire, plus rien à f... " - soit veulent renverser la table en votant FN, tant le sentiment d'abandon par une classe politique pas du tout désireuse d'enrayer la désindustrialisation du pays, le chômage et la précarité, est fort .

Le problème, à l'intérieur du problème, étant que les trahisons successives du PS, comme le montrent nombre d'études, amène les classes populaires à penser que c'est toute la gauche qui a trahi, et JL Mélenchon n'est pas épargné par ce rejet . Désormais la vraie gauche est très largement minoritaire parmi les ouvriers et les employés qui ont bien compris que depuis 1983 les politiques dites de " gauche " n'ont plus cherché à remettre en question la puissance du capital mais ont au contraire visé à la renforcer à travers le grand marché européen, la monnaie unique, la concurrence interne, la guerre entre salariats et fractions de salariat .

La situation est donc bien celle-ci . Les victimes du néolibéralisme veulent se venger des trahisons et des reniements . Mais cette vengeance pourrait profiter aux pires . Alors on agite " l'épouvantail " pour mobiliser cet autre ancien électorat de la gauche, les cadres du secteur public, les enseignants, les diplômés, qui éprouvent la même aversion profonde pour le buffle nationaliste que pour le tartuffe entretenu de la droite extrême . 

La porte est étroite mais on s'y précipite . Il faut imposer, non pas un projet, il n'est pas présentable, " l'ubérisation " de la société, non pas une " secret story " qui ne pourrait être que celle d'un homme agissant dans l'ombre de F. Hollande pour mettre en musique la trahison du " Bourget " . Non ! On va écrire une autre histoire, " l'ascension " d'une image : le " winner ", le jeune général de trente ans terrassant un Directoire corrompu, Hercule asservissant l'Hydre de Lerne, le général de Gaulle du XXIe siècle - sans la résistance - le Clémenceau de 1917, et puis, cela ne gâche rien, le petit Mozart de l'économie .

" L'illusion Macron " ne sera qu'un sursisla certitude que dans cinq ans, les digues entre " extrême-droite " et " droite-extrême " étant définitivement tombées, le " néofascisme " sera encore plus fort et prêt à prendre le pouvoir . Mais le système s'en moque bien puisque, comme nous le disions en entrée, " néolibéralisme " et " néofascisme " sont ses deux mamelles .

Alors, les " combats de boue ", contentons-nous de les prendre pour ce qu'ils sont, " un amuse-bouche " avant " le grand festin " .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens