Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 15:02
Carnaval de Nice . Le Quotidien .

Carnaval de Nice . Le Quotidien .

" Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés ", ( Les animaux malades de la peste, Jean de La Fontaine ) .

" Dans une longue histoire de scandales politico-financiers qui ont ébranlé notre vie démocratique, le " Pénélopegate " restera comme un évènement unique parce qu'il aura " pourri " le déroulement d'une campagne électorale majeure en un temps de crise béante " (1)  .

" Ce que reflète avant tout le " Pénélopegate ", c'est le sentiment, chez les hommes politiques, qu'ils appartiennent à " une caste de privilégiés " . (1)

" Au fond, il n'y a pas dans tout ça de quoi fouetter un chat ", confiait en novembre 1887, le Président de la République, Jules Grévy, alors même que son gendre et principal conseiller, Daniel Wilson, député de Loches, orchestrait depuis l'Elysée un trafic de décorations - légion d'honneur, surtout - qu'il distribuait par centaines en échange d'argent ou de souscriptions d'obligations dans ses différentes sociétés . Le 2 décembre 1887 Jules Grévy devait démissionner, mais sans jamais condamner les agissements de " M. Gendre " . Ce fut le premier scandale politico-financier de la IIIe République . Le député- gendre Daniel Wilson fut acquitté par la Cour d'Appel le 27 mars 1888 .

Cinq ans plus tard, ils étaient 104 députés et sénateurs - " les chéquards " - , à apparaître sur une liste fournie par la Compagnie de Panama en charge du creusement du canal du même nom qui avaient accepté des pots-de-vin pour voter un emprunt favorable à la Compagnie . A l'heure des anctions judiciaires, on ne trouva plus personne . Seuls 10 parlementaires furent inculpés et tous bénéficièrent d'un non-lieu après avoir nié avec détermination toute implication . Seul un ministre, Charles Baïhaut, fut sanctionné pour avoir eu la naïveté d'avouer .

La Ve république ne devait pas en rester là . C'est ainsi qu'au début des années 1970, les feux de l'actualité se tournèrent vers plusieurs sociétés immobilières véreuses, aux quelles des députés de la majorité gaulliste avaient prêté leur nom et leur influence . Sandale suivi par une mise en cause de tout le système par les dénonciations de Gabriel Aranda, un conseiller du ministre de l'équipement Albin Chalandon, concernant les collusions de certains hauts-responsables gaullistes avec des sociétés bénéficiaires de marchés publics . Dans cette affaire, li n'y eut qu'un seul inculpé, Gabriel Aranda - le lanceur d'alerte - pour vol de documents officiels .

Cependant, en 1972, il y eut bien, une victime politique, à tous ces scandales : le Premier Ministre gaulliste, Jacques Chaban-Delmas . Sa feuille d'impôts fut publiée par le Canard Enchaîné, montrant qu'il ne payait pas d'impôt sur le revenu mais que c'était tout à fait légal . Chaban-Delmas dut démissionner mais perdit l'élection présidentielle suivante - en 1974 - contre Valéry Giscard d'Estaing . On devait apprendre, quelques temps plus tard, que la fuite des déclarations fiscales provenait du ministère des fiances, alors dirigé par M. Giscard d'Estaing .

Ce dernier allait être victime d'une attaque comparable quelques années plus tard, en 1979, à propos d'une affaire de " diamants " que lui avait offerts, le triste et pitoyable empereur de Centre Afrique Bokassa Ier : sa défense, méprisante et arrogante, le desservit et lui fit perdre la bataille de l'image contre F. Mitterrand .

" Le pharaon élyséen " n'était pas un ange, mais il sut échapper à l'opprobre public maîtrisant à merveille la technique du " fusible " . Que ce soit dans l'affaire des " Irlandais de Vincennes " - des faux terroristes inventés par le pouvoir - ou dans celle du " Rainbow Warrior ", attentat des services secrets français contre un bateau de " Green Pace ", son très proche ministre de la défense, Charles Hernu, assuma tous les dégâts et démissionna en septembre 1985 .

Un peu plus tard, Jacques Chirac utilisa l'arme de la dérision par la sémantique . Aux révélations du promoteur Claude Méry, en septembre 2000 - enregistrées sur cassettes - et dénonçant le système de financement occulte du RPR par le rackett des entreprises adjudicataires de marchés publics, il répondit par un " abracadabrantesque " retentissant, sur lequel se jetèrent les journalistes, oubliant sur le champ le fond de l'affaire .

Le Président adoré des Français, aujourd'hui, mit tout de même plusieurs juges de haut-vol, au tapis, grâce à l'aide, il est vrai, en 1999, du Président du Conseil Constitutionnel, le socialiste Roland Dumas, qui fit valoir l'immunité du Président durant l'exercice de son mandat .

Le juge Halphen qui enquêtait sur l'affaire Méric jeta l'éponge en avril 2001 . En juillet 2001, les juges enquêtant sur les financements suspects de ses voyages à l'étranger firent de même . En 2004, le juge Courroye, rendit un non-lieu sur les frais de bouche exorbitants - 600 € par jour - de l'ancien maire de Paris .

Ce n'est qu'en décembre 2011 que l'on put voir enfin Jacques Chirac condamné à deux ans de prison avec sursis dans l'affaire des emplois fictifs de la ville de Paris servant à payer les permanents du RPR dont J. Chirac était par ailleurs le président .

Passons rapidement sur les drôles d'aventures du quinquennat de N. Sarkozy, pas moins d'une dizaine d'affaires dans lesquelles son nom est mêlé - financement occulte de sa campagne de 2007 par le colonel Kadhafi, arbitrage favorable à Bernard tapie, faveurs accordées à des instituts de sondage, amis - plus deux, où il est mis carrément en examen : soudoiement d'un haut magistrat pour obtenir des informations sur un dossier le concernant et affaire des dépassements de dépenses durant sa campagne électorale de 2012 .

Le " Pénélopegate " révèle que le contrat de confiance entre les politiques et les citoyens est définitivement rompu alors qu'il avait été largement entamé par l'affaire " Cahuzac ", en 2013, et les mensonges d'un ministre, arrogant, face à la représentation nationale . 

L'exigence morale, le besoin de transparence semblent devoir s'imposer, désormais, à tous . Certains s'interrogeront peut-être sue les dérives d'une telle intransigeance citoyenne, ils auront tort . " La culture de caste est en train de disparaître sous nos yeux, et nous devons nous en réjouir " . (1) .

(1) . d'après l'article de l'historien de la vie politique, jean Garrigues, " L'impunité de caste ", Marianne No 1038 du 17 février 2017 .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens