Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 14:21
Non aux excommunications ! D'abord, comprendre ...

Non aux excommunications ! D'abord, comprendre ...

" La vérité d'un homme c'est d'abord ce qu'il cache " . ( André Malraux ) . Nous cachons tous quelque chose de nous . La vérité c'est simplement de l'admettre . Nous sommes des humains et non des mythes ou des dieux .

Le résultat de la primaire socialiste, au soir du 29 janvier, nous confronte à " un sujet paradoxal : " Le rejet de la politique de F. Hollande sauve, au moins momentanément, le PS de l'implosion . Le paradoxe vaut qu'on s'arrête sur ce moment pour comprendre et non " excommunier " . Résumons .

Du fait de la politique de droite menée par F. Hollande, le divorce entre les classes populaires et le Parti Socialiste s'est poursuivi tout au long du quinquennat touchant jusqu'aux syndicats et aux partis . Mais le coeur de l'électorat socialiste plutôt composé de classes moyennes urbaines résistait, du moins jusqu'en février 2016 . En effet, dans les enquêtes d'opinion, F. Hollande est encore à 20% de popularité en janvier de cette même année . Mais la question de la déchéance de nationalité et l'arrivée de la Loi Travail, dans le débat, va entraîner le décrochage de ces classes moyennes dès février . Ainsi, dans les enquêtes, F. Hollande passe en-dessous de la barre des 15%, en juin 2016 alors que J.L. Mélenchon passe de 10% en janvier à 15% en juin . La bascule est assez claire, au niveau de 5% . Quand E. Macron se lance dans la bataille, en octobre, un nouveau décrochage se produit, Hollande passant sous le seuil des 10% . 

Les sondages donnant B. Hamon aux alentours des 15%, cette semaine, paraissent donc indiquer une sorte de retour à la normale . " Les brebis socialistes reviendraient-elles à la maison après un an d'insoumission ? " .  En tout cas provisoirement . Par quel miracle ?

Les " primaires " mobilisent avant tout le camp concerné, dans ce camp, les plus politisés, et davantage les classes moyennes supérieures des villes animées par deux dynamiques : " le vote utile " visant à choisir  le candidat le mieux placé pour l'emporter à l'élection présidentielle et " un vote de coeur " pour le candidat le plus à même d'entrer en résonance avec les électeurs de la primaire .

En 2011, on peut dire que c'est le vote utile qui a joué, dans le choix de F. Hollande mais en 2017, c'est la seconde dynamique qui a gagné, le vote utile n'ayant plus grand intérêt .

La victoire de B. Hamon du 29 janvier est donc une gifle retentissante adressée à la politique de Hollande et Valls, qui vient de leur propre camp . Cette victoire est donc une bonne nouvelle et pourrait être inscrite dans la continuité du processus de décomposition du " hollandisme " et - si l'on succombe à l'attrait d'une analyse trop hâtive - sonner la fin du " social-libéralisme " . Sauf que certains indicateurs semblent inviter à d'autres hypothèses . Dans les sondages sortis des urnes, dans le socle des votants socialistes, les deux finalistes font jeu égal : 50/50 . C'est auprès des votants de la gauche non socialiste que Hamon fait la différence . Et donc,soit la droite du PS rejoint clairement Macron et le PS explose en vol, soit Hamon recentre son discours et devient l'homme de la synthèse .

Et dans l'une ou l'autre hypothèse, c'est le hollandisme qui sort vainqueur : soit un Macron renforcé, soit un Hamon endossant l'habit de la synthèse, à la Hollande . Le film est donc loin d'être terminé .

En 2012, face à la montée dans les sondages de J.L. Mélenchon, à la même période qu'aujourd'hui, F. Hollande avait dégainé le " Discours du Bourget " et les anathèmes contre la finance . Finalement, en 2017, les électeurs de la primaire offrent au PS une porte de sortie presque similaire . La question qui se pose à ce stade étant : le PS l'a-t-il saisie de façon opportuniste ou cette issue a-t-elle été négociée dès le renoncement de F. Hollande ? Nous ne le saurons probablement pas .

Loin des " excommunications " hâtives et contre-productives, la nouvelle étape qui s'ouvre pour la gauche est claire : amener Hamon à renoncer à " la force obscure " à l'oeuvre au PS avec les sirènes " macroniennes " ou combattre les illusions liées à sa candidature s'il reste arrimé au bateau socialiste " macronisé " .

 

NB : d'après le billet de Hendrik Davi dans Mediapart, 02/02/2017, " De quoi Hamon est-il le nom ? " .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens