Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2017 2 26 /09 /septembre /2017 13:30
" Une nouvelle conception de l'identité s'impose à nous, d'urgence ! "

" Pour aller vers l'autre il faut avoir les bras ouverts et la tête haute, et l'on ne peut avoir les bras ouverts que si l'on a la tête haute " ( Amin Maalouf ) .

N'est-ce pas le propre de notre époque d'avoir fait de tous les hommes des migrants et des minoritaires ? Nous sommes tous contraints de vivre dans un univers qui ne ressemble plus à notre terroir d'origine : nous devons tous apprendre d'autres langues, d'autres langages, d'autres codes et nous avons tous l'impression que notre identité, en tout cas telle que nous l'imaginions depuis l'enfance, est en danger et cela du fait que l'évolution accélérée du monde nous a fait traverser en trente ans ce qu'autrefois nous traversions en cinq ou six générations . Aussi le statut de migrant n'est-il plus seulement celui d'une catégorie de personnes arrachées à leur milieu nourricier, il a acquis une valeur d'exemple .

" Avant de devenir un immigré, on est un émigré " . Avant d'arriver dans un pays, on a dû en quitter un autre et les sentiments d'une personne envers le pays qu'elle a quitté ne sont jamais simples . Si l'on est parti, c'est qu'il y avait des choses que l'on rejetait : la répression, l'insécurité,la pauvreté, l'absence d'avenir . Mais ce rejet s'accompagne toujours d'un sentiment de culpabilité à l'égard de proches que l'on s'en veut d'avoir abandonnés, de la maison où l'on a grandi, d'une enfance dont on s'éloigne . En même temps des attaches persistent : la langue, parfois la religion, la musique, les compagnons d'exil, les fêtes, la cuisine ... 

Parallèlement, les sentiments éprouvés envers le pays d'accueil ne sont pas moins ambigus . Si l'on y est venu c'est parce que on y espérait une vie meilleure pour soi-même et pour les siens, attente doublée d'une appréhension face à un inconnu car l'on se sait pris dans un rapport de force défavorable : on redoute d'être rejeté, humilié, on est à l'affût de toute attitude de mépris, d'ironie, de pitié . 

Alors le premier réflexe ne sera pas d'afficher sa différence mais de chercher à passer inaperçu . Le rêve secret de beaucoup de migrants, à l'arrivée, c'est d'imiter leurs hôtes et quelquefois ils y parviennent . Le plus souvent ils n'y parviennent pas parce qu'ils n'ont pas le bon accent, ni la bonne nuance de couleur, ni le nom ni le prénom ni les papiers qu'il faudrait . Alors, ils sont nombreux à se montrer par fierté, par bravade, par provocation plus différents qu'ils ne sont . Et dans tout ce nombre, certains vont aller bien plus loin, leur frustration débouchant sur une contestation brutale .

Et pourtant la sagesse voudrait que l'on porte un regard plus apaisé sur les tensions entre population autochtone, porteuse de culture locale et population plus récemment arrivée mais riche de traditions différentes .

En matière d'immigration, le premier écueil est celui qui fait voir le pays d'accueil comme " une page blanche où chacun pourrait écrire ce qui lui plaît ou comme un terrain vague où chacun pourrait s'installer avec armes et bagages, sans rien changer à ses gestes et habitudes " .

Le deuxième écueil, tout aussi nuisible, voudrait que le pays d'accueil  soit " une page déjà écrite et imprimée " comme une terre dont les lois , les valeurs, les croyances, les traits culturels auraient été écrits une fois pour toutes et auxquels les immigrants n'auraient plus qu'à se soumettre en silence .

Caricature ? Peut-être, mais parfois la caricature est nécessaire pour permettre à chacun de mesurer l'absurdité de sa position s'il la pousse jusqu'à sa conséquence ultime . Certes, certains continueront de s'entêter mais les hommes de bon sens avanceront vers un horizon moins fermé, fait de ponts et non de murs, à savoir que " la pays d'accueil n'est ni une page blanche, ni une page achevée mais une page que l'on écrit ensemble " .

Bien des conceptions ont prévalu durant des siècles qui ne sont pas acceptables aujourd'hui comme la suprématie prétendument " naturelle " de l'homme sur la femme, la hiérarchie des races ou même " l'apartheid " et bien d'autres ségrégations ; longtemps la torture fut considérée comme normale dans la pratique de la justice et l'esclavage apparut longtemps comme une réalité de la vie que de grands esprits du passé se gardaient bien de remettre en cause . Mais des idées nouvelles ont peu à peu réussi à s'imposer : l'idée que tout homme avait des droits qu'il fallait définir et respecter ; l'idée que les femmes devaient avoir les mêmes droits que les hommes ; l'idée que la nature méritait d'être préservée : l'idée qu'il existe pour tous les humains des intérêts communs ...

Cela veut dire que les idées qui ont prévalu tout au long de l'histoire ne sont pas nécessairement celles qui devront prévaloir dans les prochaines décennies et donc que, lorsque des idées nouvelles apparaissent, nous avons le devoir de reconsidérer nos attitudes, nos habitudes, nos croyances, nos mentalités, car le danger est toujours présent lorsque de nouvelles réalités apparaissent trop vite que nos mentalités ne demeurent à la traîne et qu'alors nous pouvons nous retrouver en train de combattre des incendies en les aspergeant de produits inflammables .

 

NB : d'après " Les identités meurtrières " de Amin Maalouf .

 

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans philosophie
commenter cet article

commentaires

Angelilie 29/09/2017 01:55

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte. un blog très intéressant. J'aime beaucoup. je reviendrai. N'hésitez pas à visiter mon blog (lien sur pseudo). au plaisir

regain2012 01/10/2017 12:58

Merci !

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens