Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 14:21
Photo tempsreel.nouvelobs.com

Photo tempsreel.nouvelobs.com

" Nous allons vivre une présidentielle particulière où l'on jouera à l'aveugle " ( J. Ch. Cambadélis, Premier secrétaire du PS ) .

J.Ch. Cambadélis s'affole un peu trop vite . Le dernier essai ( Insoumissions, Portrait de la France qui vient , chez Seuil ) de son ami Thierry Pech, directeur général de la Fondation " Terra Nova " - la boîte à idées du PS - ne pourrait-il l'éclairer un peu ?

" La France qui vient ", explique l'essayiste, est en train de naître, sous nos yeux, à partir de l'expression de trois " insoumissions " : dans la sphère du travail, dans celle de la consommation et enfin dans celle de la démocratie . Les figures les plus positives de la société contemporaine, vues par T. Pech, sont donc celles de l'autoentrepreneur et des " slashers " - ces gens qui cumulent plusieurs jobs -, celles des " contre-consommateurs ", ces gens qui veulent consommer intelligemment et celles des audacieux en matière de " démocratie délibérative " en lieu et place de la " démocratie représentative " .

Nous voilà donc placés devant un corpus d'idées parfaitement clair et immédiatement exploitable : la classe politique a en face d'elle " des individus qui se regardent de plus en plus comme des entrepreneurs d'eux-mêmes - l'avenir appartient à ceux qui ont confiance en lui - et d'abord dans les catégories les plus qualifiées " . Là, réside la force phénoménale qui va permettre de " faire surgir immanquablement  les formes de la société de demain ", dans ce désir de chacun " d'écrire sa vie ", de " s'accomplir soi-même " . C'est beau comme du Verlaine !

 Les forces objectives d'un capitalisme en demande de davantage de profits, de plus de flexibilité et de mobilité de l'emploi pour ce faire, de réduction du pouvoir d'achat et des protections sociales, sont oubliées dans la réflexion " terranovienne " . Sûrement par volonté de clarté .

 Une seule question prévaut aujourd'hui : " Quelle politique sociale pour des temps libéraux ? " Mais poser la question ainsi, c'est y répondre : " Le droit du travail, hérité de la civilisation de l'usine, d'un salariat rassemblé, ignore un certain nombre d'autres actifs, tels les indépendants, les artisans, les agriculteurs ... Il faut refondre ce droit du travail en un nouveau droit, " le droit à l'activité professionnelle " , un droit qui engloberait tous les actifs et les protégerait à proportion inverse de leur degré d'autonomie ... " La voilà, la révolution authentique, versus " Terra Nova " .

On prend acte des évolutions de l'individualisme et des attentes sociales qui se cristallisent, aujourd'hui, en un besoin grandissant " d'autonomie ", le maître mot  - en mettant de côté le rôle majeur de la propagande des classes dominantes dans ces évolutions - et l'on décrète, un nouvel ordre social extraordinairement " tarabiscoté " :

" Vous êtes très autonome, très qualifié, votre besoin de protection est sans doute très inférieur à celui d'un salarié ou d'un autoentrepreneur très peu qualifié ", on vous protège moins, mais en contrepartie, vous participerez beaucoup moins à la solidarité et l'on réduit vos cotisations sociales .

Vous me suivez, toujours ? Ou plutôt, suivez-vous bien, Monsieur Pech ? Si c'est le cas, posons lui la question suivante : ces gens autonomes, qualifiés, éduqués se trouvent essentiellement dans les classes moyennes supérieures, et les classes supérieures, dont toutes les enquêtes démontrent que leurs dispositions à la solidarité envers les plus démunis s'affaissent chaque jour un peu plus, alors que dans les classes populaires fleurit le sentiment d'être " les poires du système " . 

En instituant, les classes privilégiées, en " acmé " de la révolution à venir, ne rejetez-vous pas, les classes populaires devenues, dans votre raisonnement réactionnaires, aux oubliettes, ne leur laissant plus le choix qu'entre le retrait de toute vie politique, par l'abstention ou pire, l'abandon dans les bras du Front National ?

La réponse de Monsieur Pech est atterrante : " L'arithmétique, résout la question ", déclare-t-il dans son essai . On ramène les classes populaires vers les urnes, en leur demandant de choisir : " Protection ou Liberté " .  Et ils seront nombreux à vouloir " s'accomplir par  eux-mêmes ", ces ouvriers, sans SMIC, sans Sécu, sans droit au chômage . Car, voyez-vous, la seule définition du socialisme qui vaille est celle du socialiste libéral italien, Carlo Rosselli :  " Le socialisme sera réalisé lorsqu'on aura fait entrer la liberté dans la vie des pauvres " . ( Pour ma part, j'en étais resté au cri du chef de file des " Enragés " à la Convention : " Un affamé n'a que faire d'un bulletin de vote " ) .

" Je suis progressiste, très simplement, car je cherche à jeter les bases d'une confiance dans l'avenir et dans l'idée que demain peut être meilleur qu'aujourd'hui ", clame Monsieur Pech, à la fin de son livre, pris par des convulsions de ses convictions parfaitement émouvantes .

 

NB : les citations sont empruntées à l'entretien accordé par Thirry Pech, à Marianne , No 1033 du 13 janvier 2017 .

 

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens