Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2016 2 06 /12 /décembre /2016 14:25
 Un gros chewing-gum collé à la semelle . Un gros chewing-gum collé à la semelle . Un gros chewing-gum collé à la semelle .

Manuel Valls est candidat à l'élection présidentielle de 2017, mais de là à l'imaginer à l'Elysée, il y a un gouffre car nombreux sont les obstacles qui se dressent sur sa route : un gros chewing-gum collé à la semelle de sa chaussure .

Manuel Valls doit d'abord passer par une " primaire socialiste " qui ne sera pas sans danger . Il n'est pas encore sûr de qui il va devoir affronter . Ce qui reste de " hollandie " est persuadé qu'il a porté le coup fatal à F. Hollande et ne le lui pardonnera pas . On sait " les hollandais " en recherche d'une alternative à Manuel Valls, pour la primaire, ( Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem ) afin qu'il ne soit pas seul à y représenter le gouvernement sortant et pour s'assurer que le bilan du quinquennat, jugé positif par ces pauvres orphelins, soit défendu comme il se doit . Les candidats, déjà connus, qui ont fui le navire avant qu'il ne sombre, ne l'épargneront pas davantage . L'influente Martine Aubry, de son côté, a déjà fait connaître ses fortes réticences à l'encontre de la candidature de Manuel valls . La maire de Lille n'a jamais oublié la véhémence de M. Valls contre elle, lors du Congrès de Reims, de 2008 . Une aide éventuelle de Ségolène Royal est à écarter, tant les oppositions entre ces deux personnes ont été nombreuses au sein du gouvernement ... Enfin, le salut ne viendra pas de F. Hollande qui n'a pas eu un mot de soutien pour son Premier Ministre lors de son allocution " hara-kiri " du 1er décembre, oubli qui donne à penser que le Président voudrait bien entretenir un certain flou sur la mise en oeuvre des réformes libérales - pacte de responsabilité, loi Macron, loi El khomri - à savoir, lequel des deux tenait le manche et qui usait de la lame .

Il n'est pas inutile de savoir que pour les " primaires socialistes " de 2011, Manuel Valls n'avait pas les parrainages suffisants pour se présenter et que F. Hollande est intervenu auprès d'élus socialistes pour qu'il les ait, afin de contrebalancer le poids de Montebourg à gauche .

 Même dans le cas d'une neutralité relative des " hollandais ", la partie est loin d'être gagnée . Au sein des sympathisants socialistes, futurs électeurs de la primaire, la ligne " vallsiste " faite de social libéralisme - libéralisme économique sans parapet et protection des plus démunis, mais eux-seuls - est loin d'être majoritaire .

Cependant, le " chewing-gum " qui colle à sa semelle et qui peut le faire trébucher dans le parcours du combattant qui l'attend, c'est lui-même, c'est sa personnalité, dont les méthodes parfois brutales ont rebuté plus d'un socialiste qui lors de la campagne des présidentielles de 2012, et alors qu'il était porte-parole du candidat Hollande, l'avaient surnommé " Kommandantur " .

De sa théorie de " deux gauches irréconciliables " d'il y a quelques mois, à ses imprécations d'avant 2011, contre un PS moribond à reconstruire, et dont il fallait changer le nom ; de son passage en force, à coups de 49.3, devant l'Assemblée Nationale, pour faire adopter la loi El Khomri à la répression policière qu'il a engagée contre les opposants à son texte ; de ses déclarations d'amour à l'entreprise devant l'assemblée générale du MEDEF à son choix de supprimer les 35 heures, lors de la primaire socialiste de 2011 : de sa proposition d'une TVA sociale - version F. Fillon - à son soutien total à l'allongement de la durée de cotisation pour les retraites, le chewing-gum n'a cessé de s'élargir . 

Aucun véritable militant socialiste ne peut avoir oublié son livre d'avril 2008 : " Pour en finir avec le vieux socialisme ... ", où toute sa pensée est résumée : " Le Parti socialiste, c'est daté . Ca ne signifie rien . Le socialisme ça a été une merveilleuse idée, une splendide utopie . Mais c'était une utopie inventée contre le capitalisme du XIXe siècle " .

On ne peut rêver plus belle épitaphe pour un parti dont aujourd'hui, l'auteur, réclame le soutien,  alors qu'il l'enterrait il y a déjà bientôt dix ans, pour le conduire vers la gloire élyséenne .

Malgré tout cela, et même si Manuel Valls franchissait tous les obstacles avec succès, il lui resterait une élection présidentielle à gagner, et là, les choses pourraient se compliquer sérieusement . Il aurait d'abord à faire face à une droite et une extrême-droite très forte mais il aurait aussi à ferrailler avec une offre à gauche et au centre ( son positionnement naturel ) très pléthorique : Macron - fils de Hollande - , J. L. Mélenchon, gonflé à bloc par les sondages , l'écologiste Yannick Jadot ; peut-être Mme Pinel pour le PRG ; les deux trotskystes de service .

Dans ces conditions, les sondages deviennent inutiles : la qualification est impossible à assurer .

 

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens