Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 15:32
Fontainebleau : salle du trône .

Fontainebleau : salle du trône .

" Un traître est celui qui quitte son parti pour s'inscrire à un autre ; un converti est celui qui quitte cet autre pour s'inscrire au vôtre " ( G. Clémenceau ) .

" Ce matin-là, le ciel était lourd, le temps frais, et le jeune homme au sourire enjôleur pétri d'idéal  était bien décidé à laisser éclater sa révolte contre la décrépitude d'un " système " impuissant et corrompu . Le jeune ambitieux n'avait pas encore quarante ans et voulait restaurer " la vertu " du régime . Il se dressa contre le vieux souverain fatigué et lui porta le coup fatal ... " ( Suétone : récit de l'assassinat de Jules César par son fils adoptif Brutus et 22 autres sénateurs conjurés, aux Ides de Mars de l'an 44 avant J.C. ) . Citation du journaliste Renaud Dély, dans son article " Brutus Président ", Marianne No 1025 du 18 novembre 2016 .

Protégé, choyé, nommé, promu sur la scène politique par trois " morts-vivants " de la Mitterrandie, - Jacques Attali, Jean-Pierre Jouyet et F. Hollande - Emmanuel Macron passe aujourd'hui pour la quintessence du  traître . 

Est-ce si grave que cela ? N'est-ce pas cet art aiguisé de la trahison - entre duplicité et rouerie - qui conforte la légitimité de sa candidature à la présidentielle ? 

N'est-il pas bien établi, qu'en politique, la trahison est le passage obligé, la figure imposée, qui propulsent l'ambitieux apprenti dans la cour des grands de la conquête du pouvoir ?

Tromper ses aînés, se débarrasser d'encombrants parrains, bref " tuer le père " pour voler de ses propres ailes, n'est-ce pas la cérémonie d'initiation incontournable pour qui prétend s'asseoir sur le trône ? 

Tous les Présidents de la Ve République, absolument tous, ont trahi pour atteindre le sommet et le discours d' E. Macron, ce mercredi 16 novembre, à Bobigny, n'a fait que rejoindre la longue litanie de ces allocutions félonnes qui font les chefs d'Etat .

Cela commença par le " Je vous ai compris " du Général de Gaulle, aux Français d'Algérie, en 1958, depuis le balcon du gouvernement d'Alger . En 1969, c'est G. Pompidou, qui met les pieds dans les pas du Général, avec " l'appel de Rome " : " Ce n'est un mystère pour personne que je serai candidat à une élection présidentielle dès qu'il y en aura une ... ", prise de position qui affaiblit le Général de Gaulle, toujours président, à la veille d'un référendum à hauts risques . Giscard d'Estaing ne sera pas en reste, lui qui, ancien ministre de De Gaulle, donne, la même année, la consigne de voter non à ce même référendum sur le Sénat et la Régionalisation, consigne qui va accélérer la chute du " Vieux " . A peine deux ans après c'est au tour de F. Mitterrand, par le complot d'Epinay, en 1971, de tromper son monde et de s'emparer du PS  lors du faux Congrès du même nom .

Le 13 avril 1974, Jacques Chirac entre en scène et torpille la candidature à la Présidentielle de J. Chaban Delmas, gaulliste historique, en faveur du centriste Giscard d'Estaing à travers " l'appel des 43 " qu'il pilote : 29 députés et 4 ministres gaullistes appellent à ne pas multiplier les candidatures à droite, s'adressant à J. Chaban Delmas dont J. Chirac, ministre de l'Intérieur, sait qu'il n'a que peu de chances d'être élu . Le très empathique Chirac remettra cela, en 1981, mais cette fois contre Giscard d'Estaing et fera élire Mitterrand .

Ajoutons à cet éloquent palmarès, un certain Nicolas Sarkozy, qui en 1994 prend parti pour Edouard Balladur contre son mentor J. Chirac, en vue de la présidentielle 1995 ou encore les manoeuvres de F. Hollande en 2007 pour torpiller la candidature de Ségolène Royal, sa compagne, qui si elle avait été élue aurait bouché l'horizon pour au moins dix ans à ses propres ambitions .

Autant de manoeuvres, et tant d'autres oubliées, qui élèvent les sept présidents de la Ve République au rang de " Traîtres " couronnés . 

Allons, " mi Manu ", poursuis " ta marche " vers le trône, sans rougir, ceux qui t'ont précédé n'ont jamais exprimé de remords sur leurs turpitudes car, toi, au moins, tu n'as pas encore eu le temps de t'attaquer à la deuxième étape qui donne sa plénitude à la trahison : " trahir ses engagements ! " 

De " changer la vie " à " la fracture sociale ", de " la vraie rupture " à " la finance étranglée ", il y a vraiment quelque chose de " cocasse " à entendre les indignés du bocal parisien tancer ton manque d'éthique .

Attention " mi Manu ", ne te méprends pas : je ne défends pas ta candidature . Elle est aussi " indécente " que toutes les autres - sur le spectre qui va de la gauche socialiste à l'extrême droite -, je voulais simplement rappeler, que l'accession au Trône n'exige aucun brevet de vertu .

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens