Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 15:25
Présenté par le politologue Thomas Guénolé .

Présenté par le politologue Thomas Guénolé .

" Le Petit Parisien "  fut le quotidien de référence de toute la IIIe République, de 1876 à 1944 . En 1919, il annonce une nouveauté sociale très progressiste : la durée de la semaine de travail passe à 48 heures, rappelant que l'âge du droit à la retraite avait été réduit à 65 ans, en 1910 .

Réjouissons-nous, la droite, la vraie, celle qui n'était jamais morte mais attendait l'heure de la revanche, nous entraîne, avec F. Fillon, un siècle plus tard, vers une vision du progrès social, retraite à 65 ans et semaine de 48 heures, couleur " Guerre de 14-18 " .

L' aveuglement de ce que l'on appelle gentiment " la gauche de gouvernement " aura été total . Une fois de plus elle avait oublié un morceau de France, ou plus précisément n'avait pas voulu le voir . Les manifestations les plus massives contre la politique de F. Hollande n'étaient pas ces forums nocturnes de la Place de la République, au printemps dernier, attendrissants mais peu efficaces ; ce n'étaient pas non plus les mobilisations spectaculaires des " défenseurs des zones humides " de la Loire Atlantique ; ce n'étaient pas davantage les cortèges syndicaux en colère contre les mesures annoncées dans la Loi El Khomri et durement réprimés par un pouvoir aux abois ; les foules massives qui se levaient contre la politique de F. Hollande, contre " le socialisme " de F. Hollande, s'étaient vues, bien plus tôt, au début du quinquennat, dans les cortèges de " La Manif pour tous " - des millions - vociférant contre les atteintes aux droits de la famille, contre les atteintes aux droits de l'enfant, contre le droit à l'IVG et la contraception : Civitas, Sens Commun, Opus Dei, le FN de Marion, tout y était pour nous prévenir que la France profonde bouillonnait .

Ces gens, " Des réacs, plus réac que ça tu meurs ", estima-t-on en haut lieu, ce n'est pas la France, tout au plus quelques bataillons d'homophobes déphasés, à cacher au plus vite . La question qu'un malaise plus profond pût s'exprimer là ne vint jamais troubler l'esprit de ceux qui pensent " faire l'opinion " . 

Il est vrai que la gauche " façon F. Hollande " planait sur d'autres hauteurs : ayant abandonné toute vision sociale depuis longtemps, elle pensait s'inscrire dans la durée à travers des réformes sociétales et donc ces trublions qui lui disaient tout le contraire n'étaient au mieux que des gêneurs qu'il fallait oublier au plus vite .

Il suffirait, pensait-elle, de reconnaître les minorités, de leur faciliter une expression libre, fût-elle, parfois un peu antirépublicaine, parfois un peu agressive, parfois menaçante, et même un tantinet terroriste, d'une gentille morale sucrée dans ce miel indéfinissable qu'on appelle " le vivre ensemble ", pour rassembler une majorité de " gagnants " de l'ordre nouveau, de la mondialisation, pour s'assurer une confortable pérennité dans les fauteuils de la République étant acquis que les " perdants " finiraient par ne plus venir voter, ce qui arrangerait tout le monde .

La deuxième erreur de ce pouvoir socialiste fut de se croire, face aux gesticulations d'un N. Sarkozy, le seul rempart contre l'extrême-droite . Il ne comprit rien à ce qui se produisit aux élections régionales de 2014 à savoir que par arrogance et aveuglement il laissa la droite seule face au FN dans ses terres historiques du Nord et des Bouches du Rhône au point d'investir un Christian Estrosi comme Sauveur de la République en Provence-Alpes-Côte d'Azur : c'était offrir à " une gentille droite " l'occasion de montrer, qu'une fois au pouvoir, elle saurait être de droite et bien de droite .

La troisième erreur du pouvoir fut de déclarer la CGT hors la loi, d'engager une répression policière et judiciaire d'une violence inouïe contre les militants de la centrale syndicale, toujours en cours, les frappant impitoyablement de peines de prison ferme ou avec sursis, empêchant désormais toute réconciliation entre la classe ouvrière et le parti socialiste et autorisant les prises de position anti-syndicales d'un F. Fillon .

Les imprécations de " cette gauche morale " n'impressionneront plus une droite ultra-libérale désormais désinhibée par l'irresponsabilité socialiste et bien décidée à réduire drastiquement les services publics et à combattre les syndicats .

Et oui, elle est réactionnaire, la droite, elle est de droite, et il ne sert à rien de crier au loup, messieurs de la rue de Solférino, c'est vous, qui l'avez façonnée, depuis cinq ans, pour être ce qu'elle est devenue, tant vous avez discrédité et ridiculisé l'idée de progrès .

F. Fillon n'est rien d'autre que la créature de F. Hollande !

 

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens