Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 14:11
" Au théâtre ce soir " .

" Et que fait le secret au coeur du spectacle ? Il permet justement de masquer le vrai spectacle, au public, autrement dit, sa domination " . ( Guy Debord, La société du spectacle, 1967 ) .

Nous sommes conviés à suivre, ce soir, sur nos chaînes de télévision, un remake des années 1970, " Au théâtre ce soir ", que nous suivions, sur les deux chaînes de la vieille ORTF, " dans des décors de Roger Harth et des costumes de Donald Cardwell ", une fois par semaine, un théâtre de boulevard peu inspiré mais qui remportait des records d'audience .

Au soir du premier tour des primaires de la droite, le résultat était plié . A 44% du score, et l'appui immédiatement annoncé des sarkozystes, prêtes à 80% à le soutenir, F. Fillon, et tout le monde le sait, va remporter le duel dans un rapport de 2/3, 1/3 .

A. Juppé qui n'est pas un perdreau de l'année en politique, a saisi tout de suite, dès dimanche soir, l'équation, et se préparait à se retirer de la course, pour s'épargner une ultime humiliation .

Mais c'était sans compter sur tous ceux que son désistement allait priver d'une occasion de gagner encore, le temps d'une semaine, quelques " tunes " sur son dos, quelques temps de parole sur les plateaux télévisés, quelques recettes publicitaires supplémentaires, quelques honoraires plutôt rondelets pour des éditoriaux bien troussés, quelques sondages de plus confortablement rémunérés .

En premier lieu, le Parti " Les Républicains " suffisamment endetté par les anciennes frasques de N. Sarkozy, pour ne pas cracher sur un deuxième pactole de plusieurs millions d'€ que lui rapportera ce deuxième tour : " l'effet 2 euros de l'électeur " . Même si l'on devine que la participation ne sera pas celle du premier tour, les jeux étant faits : mais un sou est un sou .

On imagine aisément le nombre de coups de fil émanant du siège du parti, rue de Vaugirard, à destination de l'équipe de campagne du candidat Juppé, pour qu'il ne fasse pas de bêtise .

On peut imaginer également que les patrons de presse, proches du Maire de Bordeaux, n'ont pas dû rester muets, ce dimanche soir, abreuvant l'entourage du battu de " mails " pleurnichards et d'invitations à faire face .

Quant aux chroniqueurs adoubés, ils n'ont pas dû être en reste pour adresser à la victime directe des attaques de N. Sarkozy, des milieux catholiques fondamentalistes et des jeunes sans recul historique, des calculs emberlificotés, lui prédisant " une surprise à l'envers ", dimanche prochain .

Toujours est-il, qu'à 22h30, dimanche soir, après deux heures de tergiversations, le candidat apparaissait devant les caméras incandescentes, remonté comme une pendule, pour clamer, haut et fort : " Je continue le combat " .

Un grand " Ouf " de soulagement envahissait alors les poitrines de tous ces gens qui avaient eu si peur de voir s'écrouler " l'échafaudage " mis en place pour la deuxième manche .

Et d'abord, chez F. Fillon, le candidat victorieux, et son entourage, qui n'auraient pu se satisfaire d'une victoire non achevée, d'une moitié de victoire à laquelle il aurait manqué le panache d'un score final à près de 70%, fusée de lancement irrésistible pour la vraie campagne des présidentielles qui débutera dès le 10 décembre avec l'annonce de la candidature, ce dont personne ne doute, de F. Hollande .

Tout cela pour dire que nous vivons " une semaine blanche ", sans enjeu, sans intérêt, privée de sens, une semaine de pur spectacle avec un débat, ce soir, qui tiendra plus de " la farce " que d'une pièce de Corneille . Tout y sonnera faux . On pensera alors au Géronte de Molière, dans les Fourberies de Scapin, en voyant un Juppé déconfit et à la célèbre formule : " Mais que diable allait-il faire dans cette galère ? "

Les secrets, les coulisses du théâtre de la politique, peuvent prendre parfois une dureté que l'on a du mal à imaginer . Bien sûr, depuis dimanche, l'entourage de Juppé rejette toute allusion à ses hésitations, bienséance oblige .

Le mensonge ! Notre société est bâtie sur le mensonge, affirmait Guy Debord, mensonge qu'il désignait par " Le secret ", le secret, comme technique de gouvernement, comme outil de toute démarche politique, clé de voûte du système " spectaculaire " en ce qu'il permet justement de " masquer ", au public, le spectacle, autrement dit la domination idéologique, expliquait-il encore . Il est vital à la domination, mieux, il est le mode de production de la domination . Car sans lui, qu'on l'appelle mensonge ou secret, cette dernière apparaîtrait au grand jour et deviendrait dans sa nudité et son obscénité, insupportable et fragile ...

Et Guy Debord brocardait alors, sans ménagements, politiques, experts et médias : les experts participent à cette dynamique par le rôle qu'ils ont de falsifier le passé en mettant hors la loi l'histoire, en organisant l'amnésie collective de la société ; le rôle de cacher le présent avec leurs récits invérifiables, leurs statistiques incontrôlables, leurs explications invraisemblables, leurs raisonnements insoutenables ; le rôle d'obscurcir le futur afin qu'il ne soit lisible par personne . ( d'après La société du spectacle, 1967 ) .

" Falsifier, cacher, obscurcir ", telle est la règle des " trois unités " de la société du spectacle .

Alors, soyons en sûrs : cette soirée du jeudi 24 novembre que nous ont concoctée tous ces gens va se révéler d'une grande obscénité .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens