Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 14:48
" Prechi-precha.fr "

" Prechi-precha.fr "

" Le totalitarisme isole l'individu, le rend impuissant, le désole en lui donnant le sentiment d'être coupé et à l'écart de toute relation humaine authentique " ( Hannah Arendt, Le système totalitaire ) .

Le libéralisme était une doctrine engendrée par la philosophie des Lumières qui visait à imposer à l'Etat la distance nécessaire au respect des Libertés et à l'avènement des émancipations démocratiques . Il a été le moteur des progrès réalisés dans les démocraties occidentales ...

Le néolibéralisme apparu dans les années 1980, est cet " économisme total " qui frappe toutes les sphères de nos sociétés, chaque instant de notre époque, chaque individu dans sa sphère privée .

Le fascisme se définissant comme l'assujettissement de toutes les institutions de l'Etat à une seule idéologie totalitaire, nous pouvons affirmer que le néolibéralisme est un fascisme car l'économie a proprement assujetti les gouvernements des pays démocratiques, allant plus loin encore, puisqu'il a; grâce à la puissance des médias, accaparé chaque parcelle de notre réflexion .

L'Etat est maintenant au service de l'économie et de la finance qui le traitent en subordonné et lui ordonnent jusqu'à la mise en péril du " bien commun ", la planète .

Certes, chez nous, on ne garrotte plus, on ne fusille plus, on ne nous fait plus disparaître dans des goulags ou des camps de redressement idéologique, on n'extermine plus, mais la solitude urbaine, l'isolement psychologique, la répression syndicale, la déshumanisation au travail, l'hystérisation de la consommation, sont autant de marqueurs de la déshumanisation en cours .

L'austérité voulue par les milieux financiers est devenue une valeur supérieure qui remplace la politique et le jeu démocratique : faire des économies - surtout au détriment des mêmes - évite la poursuite de tous les autres objectifs publics, et même, tente de justifier le démantèlement de " ce qui est allé trop loin " - selon ceux qui commandent - comme les protections sociales .

C'est ainsi que nous entendons de plus en plus souvent que le principe de " l'orthodoxie budgétaire " doit être inscrit dans " la Constitution des Etats ", ce qui est loin d'être anecdotique puisqu'une telle mesure inscrite dans la Loi fondamentale signerait la mise à mort de tous les services publics .

On peut donc évoquer le nihilisme qui sous-tend cette nouvelle idéologie qui  prétend chasser de nos coeurs l'universalisme et les valeurs humanistes les plus évidentes : solidarité, fraternité, accueil, hospitalité, intégration, respect de tous et des différences . Même la théorie économique classique n'y trouve plus son compte : le travail qui était un élément de la demande, autrefois, et entraînait le respect de celui qui avait un savoir-faire, se dissout lentement dans un précipité glauque qu'on appelle " variable d'ajustement " . On ne peut imaginer une déshumanisation plus " douceatre " .

Le fascisme " doux " a toujours besoin d'une déformation du réel qui prend racine dans ce que nous appellerons avec Orwell, " le dévoiement du langage ", que d'aucuns croient intelligent de désigner comme " novlangue ", alors qu'il ne s'agit, ni plus ni moins que d'une arme du fascisme doux .

Ainsi les nouvelles dénominations attribuées à ce qu'il conviendrait d'appeler " des coupes budgétaires " : 

  • Quand les plus démunis ne se voient plus rembourser des soins de santé, on évoque " la modernisation de la Sécurité Sociale en marche " .
  • Sur l'immigration : on ne peut plus accueillir avec humanité plus d'étrangers ; on créerait " un appel d'air " insupportable pour les finances publiques .
  • Des personnes qui ont relevé pendant des décennies de " la solidarité nationale ", sont devenues " des assistées " .
  • L'école par où nous sommes tous passés, s'est transformée en " système scolaire " . C'est à dire qu'il n'y a plus d'élèves à l'école, mais les rouages d'un système, que l'on fait évoluer comme le commande l'économie .
  • Nous l'avons déjà dit : les travailleurs ne sont plus que des " variables d'ajustement " ...

L'histoire régie par une seule nécessité : l'économie . C'est aussi cela le fascisme - sans bruit de bottes .

 

NB : Source : billet de Manuela Cardelli, présidente de l'Association des magistrats belges, " Le néolibéralisme est un fascisme ", journal " Le Soir ", du 3 mars 2016 .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens