Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 07:53
Sculptures en granit et bronze : jardin des Tuileries .

Sculptures en granit et bronze : jardin des Tuileries .

" A la fin du XIXe siècle, des parlementaires bourgeois ayant conservé l'habitude de se rassembler à la gauche de l'hémicycle de l'Assemblée Nationale, vont assez logiquement défendre la Révolution de 1789 et la République, tout en s'opposant au mouvement ouvrier en plein essor et à ceux qui veulent instaurer une véritable démocratie : on les désigne sous le nom de républicains " ( http://w.w.w. pardem.org ).

La République " bourgeoise ", c'est la souveraineté parlementaire en lieu et place de la souveraineté populaire . Le parlement est entièrement sous le contrôle de ces nouveaux maîtres de l'Etat qui en profitent pour développer le capitalisme ( Lois constitutionnelles de 1875 ) . Si le peuple est leur caution, la classe ouvrière est leur ennemi pratique .

On le voit tragiquement quand, au mois de juin 1848, les ouvriers réclament " le droit au travail et la république sociale ", c'est l'armée républicaine et le général Cavaignac qu'ils trouvent en face d'eux . Et la même chose va se répéter en 1871 pendant la Commune de Paris, lorsque le mouvement ouvrier va s'opposer à la " gauche républicaine ", celle de M. Thiers, et sera massacré par elle .

C'est pourquoi, le mouvement ouvrier naissant sera toujours hostile à cette gauche de républicains " bourgeois " . Et d'ailleurs, dans les textes de Karl Marx et Friedrich Engels, le terme de " gauche " n'apparaît jamais .

Il est donc très important de prendre acte que le mouvement ouvrier n'a commencé à exister qu'en s'affirmant en dehors du système " gauche-droite " interne aux classes dominantes . Ne pas intégrer cela ne peut conduire qu'à tous les égarements car, certes dans des conditions différentes, nous en sommes revenus au même point aujourd'hui .

Force est de constater que nous retrouvons au début du XXIe siècle les fondements du de la gauche du XIXe lorsqu'elle rassemblait les idéologies les plus en phase avec le capitalisme redevenu triophant, ses besoins de développement te les nouvelles bases de sa reproduction matérielle . Au XIXe siècle le capitalisme avait besoin de briser non seulement l'Etat absolutiste et théocratique, sa structure sociale et ses rigidités mais aussi l'autonomie des petits producteurs, des corporations, des traditions locales et populaires, des solidarités collectives traditionnelles et familiales afin de marchandiser le travail et d'industrialiser la production, de développer la colonisation . Aujourd'hui, rôle dévolu à la mondialisation .

Cette gauche d'alors ( le PS d'aujourd'hui ) proposer d'enchanter le monde avec les concepts de " progrès ", de " raison ", et de " république " avec la caution de la légitimité populaire apportée par le suffrage universel . Le capitalisme avait plus besoin de ces valeurs que du " conservatisme moral et politique " de la droite .

Tous les capitalistes bourgeois les plus importants se retrouvaient donc l'idéologie de la gauche parlementaire, donc de la gauche tout court, car le mouvement ouvrier, lui, ne se situait pas à gauche .

Tous ceux qui luttaient structurellement contre le capitalisme, pour établir une véritable démocratie, pour établir dans les faits le pouvoir des dominés, socialistes d'alors et syndicalistes, étaient les ennemis de cette gauche .

Les appellations de " gauche " et de " droite " en tant que clivage politique structurant ne s'imposeront qu'au début du XXe siècle avec " l'affaire Dreyfus " et la naissance du " Bloc des gauches ", anticlérical, ( Waldek-Rousseau, Emile Combes ) puis le " Cartel des gauches ", fin 1923, contre le " bloc national " mais toujours sans le soutien du mouvement ouvrier pris dans son ensemble, seuls quelques socialistes indépendants s'y associent .

En 1920, la scission de la SFIO ( ancêtre du PS ) qui entraîne la naissance du Parti Communiste Français va libérer les socialistes qui entament un rapprochement avec les radicaux en plein essor, tandis que les premiers députés communistes ( ils sont au nombre de 26 ), élus en 1924, restent à l'écart du " Cartel des gauches " .

Ils renvoient dos à dos la gauche et la droite assimilées à " deux fractions de la bourgeoisie ... le bloc des arrivistes, sous l'étiquette de gauche qui disputent les places au bloc des bourgeois repus ... Capitalistes de gauche et de droite se valent ... La gauche n'est qu'un autre visage de la droite, sous deux faces différentes, la tête reste la même ... " . Ainsi s'exprime-t-on dans les publications du tout jeune Parti Communiste , qui engrange près de 10% des voix, aux premières élections législatives auxquelles il participe, en 1924 .

Un peu plus tard, à partir de 1983, le PS de F. Mitterrand va engager le " virage néo-libéral " du pays aggravé trente ans plus tard par F. Hollande : " Rétablir les taux de profit des grandes entreprises, réhabiliter les capitaines d'entreprise, valoriser la France qui gagne, neutraliser les syndicats, marginaliser le PCF ... ", tout en nous tenant enfermés dans le schéma intellectuel " droite-gauche ", complètement mystificateur et source de toutes les confusions contemporaines .

Concluons en paraphrasant le poète F. Villon ( encore un François ) : " Hé, Dieu ! Si j'eusse mieux étudié mon histoire politique, au temps de ma jeunesse folle ... Que d'illusions je me serais épargnées ! "

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens