Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 17:06
Statue du " Marron inconnu " , Port au Prince ( Haïti ) .Statue du " Marron inconnu " , Port au Prince ( Haïti ) .

Statue du " Marron inconnu " , Port au Prince ( Haïti ) .

" Le marronnage est le nom donné à la fuite de l'esclave de la plantation de son maître en Amérique, aux Antilles, à La Réunion . Le fuyard était lui-même appelé " Marron " ou " Neg'Marron " . S'il était repris, on lui coupait un membre ou on l'exécutait d'une façon barbare, si récidive . Réfugiés des des zones inaccessibles, forêts profondes ou haute montagne, certains parvinrent à fonder de véritables communautés . C'est de ces communautés que partit le révolte des esclaves, en Haïti, qui devait aboutir à l'indépendance de l'île ...

En Guyane, les plantations portaient le nom " d'habitations " .

" Les esclaves ont quitté la plantation et ils ne reviendront plus ", affirme le géographe Christophe Guilluy, l'inventeur du concept de " la France périphérique, ( Le crépuscule de la France d'en haut, Flammarion, sept . 2016 ) .

Comme avant chaque élection, le personnel politique se demande comment faire revenir les classes populaires dans le giron bien ordonné des partis, par quel discours, par quelle audace pourrait-on faire adhérer tous ceux que l'on a relégués des des territoires abandonnés, à une énième alternance en douceur .

Mais c'est fini ! Les classes populaires ont brisé leurs chaînes et se détournent de la classe politique et culturelle .

Dans les banlieues, dans les territoires périphériques, dans les campagnes, le processus d'éloignement concerne toutes les catégories de l'ancienne classe moyenne désagrégée : ouvriers, petits employés, paysans, Français d'origine ou non, musulmans ou non, tous se sentent des " Neg'marrons " . Ils ont quitté " les habitations " des grandes métropoles, contraints et forcés, pour pouvoir survivre . Ils n'y reviendront pas .

Pour autant, ce rejet d'une France d'en haut méprisante et hautaine, n'annonce pas l'aube du " Grand soir " . Il faudrait pour cela qu'une partie de la bourgeoisie et ce petit peuple s'allient, or nous sommes très loin d'une telle alliance .

Ce que les classes dominantes considèrent, bien à tort, comme " un repli ", la société populaire s'autonomise et s'organise - tout comme le firent les communautés de " Neg'marrons ", toutes choses égales par ailleurs - en réalité pour faire face concrètement aux incertitudes économiques, sociales et culturelles générées par un modèle sociétal totalement inégalitaire .

C'est donc tout naturellement qu'en parallèle aux échanges mondialisés est en train de se mettre en place, petit à petit, " un localisme de fait ", une sédentarisation contrainte des plus modestes . Cette sédentarisation n'est pas un choix, elle s'impose désormais aux villes petites et moyennes, comme aux campagnes . Cette " relocalisation de fait " - après le grand exode rural du XXe s. - et ses circuits courts, basés à la fois sur de l'initiative personnelle, de la coopération de proximité et de la confiance dans les échanges, établis sur le paradigme que la classe politique a abandonné les " outsiders " de la mondialisation, ne pourra qu'éloigner davantage, ces derniers de la politique .

Le doute à l'encontre des médiateurs politiques, syndicaux, des intellectuels est désormais bien installé . Mais alors comment faire société , comment " vivre ensemble ", pour reprendre un thème cher à ceux qui nous dirigent ?

Certes les classes populaires ne donnent pas le sentiment de chercher " l'affrontement ", le niveau des violences racistes reste faible à l'exception des actes antisémites, pourtant la société multiculturelle qui nous a été imposée est désormais sous tension .

Ce qui prime, c'est d'abord l'évitement, le séparatisme, quand cela est possible . La recomposition économique, sociale et démographique du territoire a débouché sur une séparation de fait .

Les tensions se concentrent aujourd'hui, sur ce qu'on appelle " les territoires de contact ", quartiers sensibles de banlieue, territoires pauvres - Nord et Nord-Est, frappés par la désindustrialisation - où l'évitement, le desserrement sont impossibles .

Dans les deux cas, la réponse par la " mixité " chère à la France d'en haut, qui ne la pratique pas, est un leurre et l'on voit bien que dans leur quotidien " identitaire " à " 1000 euros par mois " les classes populaires prennent à rebrousse poil un tel slogan .

Les logiques financière, sociale et économique ont fait leur oeuvre en reléguant en douceur les classes populaires dans les " périphéries " . La France d'en haut a tout gagné pour le moment mais elle est dans l'impasse . Son discours politique ne passe plus . Le modèle républicain a implosé .

Note : " Le 14 août 1791, au " Bois-Caïman ", Saint-Domingue, plusieurs communautés de " Neg'marron " rassemblées pour une cérémonie vaudou revendiquent l'abolition de l'esclavage . S'ensuivront de longues années de luttes qui se termineront par l'indépendance de la partie ouest de l'île qui deviendra la République d'Haïti .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens