Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2016 5 01 /07 /juillet /2016 13:17
Photo : Simon Guillemin, Hans Lucas, Télérama ( Idées ) . Place de la République .

Photo : Simon Guillemin, Hans Lucas, Télérama ( Idées ) . Place de la République .

" La démocratie devient un spectacle pendant que tout se passe en coulisses " ( Yves Sintomer, Professeur en sciences politiques, Paris VIII ) .

(1) . Expression de Renaud Dély, Marianne No 1004, du 1er juillet, " Notre opinion " ) .

Ils ont dit :

" Ce référendum, ce n'est pas la victoire des peuples sur les élites, mais des gens non formés sur les gens éduqués ", sentencie le prophète de la mondialisation heureuse, le petit Alain Minc, à propos du résultat du " Brexit " .

Comprendre : " des masses abruties " sur " les élites éclairées " .

Il est vite rejoint, dans son mépris de classe, par le pape de la non- pensée moderne, BHL : " Ce Brexit, c'est la victoire non du peuple mais du populisme, non de la démocratie mais de la démagogie, c'est la victoire de la xénophobie, de la haine longtemps recuite de l'immigré ... " .

L'éditorialiste du Monde, le dandy Arnaud Leparmentier, lui, se livre au jeu des pronostics : " On ne fait pas une omelette pour retrouver les oeufs . Le Brexit est matériellement impossible " .

" Nous voilà instruits de ce qui arrive quand on sème le vent du populisme et qu'on agite l'immigration : on récolte la xénophobie ", juge le premier secrétaire du PS, J.C. Cambadélis .

" La solidarité est impossible au sein d'une Europe gouvernée par les masses ", assène Mark Léonard, directeur du Conseil Européen des Relations Internationales .

Cohn-Bendit, fait dans la retenue : " Le Brexit, c'est la victoire du mensonge ", contre l'Europe heureuse, bien entendu . ( France 2 ) .

Chaque époque enfantant ses idiots utiles, il y a onze ans, l'étoile morte de la médiacratie, Serge July, publiait dans son journal Libération, le 30 mai 2005, au lendemain de la victoire du " non " français au référendum sur la Constitution européenne, un éditorial, désormais célèbre, plus gras encore, haineux : " Ce sont les partisans de la France d'en haut que la France d'en bas entend corriger, sinon raccourcir ... Une épidémie de populisme et de xénophobie qui emporte tout sur son passage, même la générosité " .

Certes, le mépris de classe a ses sources, dans la pensée libérale du XVIIIe s. Nous ne prendrons que deux exemples .

L'anglais John Locke, considéré comme un précurseur des Lumières, n'hésite pas à écrire : " Un individu propriétaire est aussi propriétaire de sa personne, tandis que la classe non propriétaire est condamnée au mépris attaché à ceux qui, parce qu'ils n'ont rien, ne sont rien " .

L'abbé Sieyès, inspirateur de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme et du Citoyen, de 1789, ne voit-il pas les travailleurs comme " une foule immense d' d'instruments bipèdes, sans liberté, sans moralité, ne possédant que des mains peu gagnantes et une âme absorbée " . Des sans-dents, en somme .

Dans toutes ces réactions au " Brexit ", une seule approche la vérité, celle du vice-chancelier allemand, le social-démocrate Sigmar Gabriel : " Il existe une division massive entre les gagnants et les perdants de l'UE " .

Peut-on attendre de la nouvelle aristocratie des analyses plus profondes que leurs anathèmes ? Par exemple que, depuis trente ans, gouvernements de gauche et de droite, commissions successives, n'ont travaillé qu'à saboter les conditions de vie, de travail, d'existence des classes populaires, en utilisant " l'ouvre-boîtes " de l'UE : la lutte de tous contre tous . Et que donc, le " Brexit " n'a fait que sanctionner trente ans de dynamitage des avancées sociales obtenues dans le vieux monde " keynésien " des années 1970, sous la menace d'une victoire du communisme .

Uns stratégie de démolition qui est venue s'échouer sur le mur du peuple britannique .

Ces élites racornies sont incapables de saisir la motivation profonde du rejet de l'Europe par les peuples : à défaut de propriété privée, l'apparition de la propriété sociale représentée par les protections gagnées après la deuxième guerre mondiale, a représenté une innovation qui avait permis la réhabilitation des non-propriétaires en leur assurant sécurité et reconnaissance à partir de leur travail .

L'ébranlement de ces protections sous les coups de boutoir de l'UE ultra-libérale fait aujourd'hui émerger un profil d'individus qui refusent d'être privés de leur " être propre ", qui, après avoir gagné de haute lutte des régulations de la société salariale qui leur permettaient d'être eux-mêmes, au travers de leur participation à des ressources communes, n'acceptent pas d'être condamnés à vivre leur individualité comme un fardeau .

Et ce d'autant moins que les normes de l'abattage sont édictées par des " eunuques de la démocratie " avantageusement installés à Bruxelles .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens