Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 15:22
Image " Le Monde diplomatique " .

Image " Le Monde diplomatique " .

" Par un paradoxe caractéristique des époques finissantes, ce sont les seigneurs du moment qui accélèrent eux-mêmes le processus de la décomposition, dont on reconnaît les étapes aux seuils de corruption du langage enfoncés l'un après l'autre ... " ( Frédéric Lordon, économiste et sociologue, les blogs du Monde Diplomatique, 29 mars 2016 ) .

Le projet de " Loi travail ", dit " Loi El Khomri " a été tiré en pleine figure des travailleurs, des chômeurs et des jeunes, au " flashball " ( 186 km/h ), par un gouvernement socialiste, comme une sorte d'apothéose au chemin emprunté par François Hollande depuis mai 2012 : " CDD télescopiques, comptes rechargeables, barèmes à mollettes ... licenciements à la pince monseigneur , moulinette pour les horaires de travail " .

Tout le petit monde de la caste économico-financière et ses larbins politiques " embarqués " continue de s'agiter comme un théâtre d'ombres, nous joue sa comédie chaque jour plus absurde : peser au trébuchet les concessions cosmétiques, pour les uns, les gains dérisoires, pour les autres, les troisièmes à préparer gravement " la primaire à gauche " .

J'ai souvent évoqué dans mes billets " l'insoutenable légèreté de l'être socialiste " . Je me trompais . Il faut avoir l'esprit plus " épais " que le matelas de nos grands-mères pour ne voir, dans les mouvements sociaux actuels, " que des articles de Loi et leurs barèmes d'indemnisation du licenciement " . Mais l'épaisseur d'esprit est ce qui manque le moins aux dirigeants socialistes, comme en témoigne le trait de génie lâché par le patron des députés socialistes à l'Assemblée Nationale, Bruno Leroux : " Il faut que le CDI ne soit pas une prison pour le chef d'entreprise " . On a le vertige ! Une évocation carcérale pour qualifier le " code du travail " : s'agit-il seulement de cacher la brutale agression faite aux plus faibles, femmes, travailleurs usés, handicapés ?

Même épaisseur de vue chez le ministre Emmanuel Macron, quand il déclarait récemment : " Il faut des jeunes qui aient envie de devenir milliardaires " ! Mais le ministre ne va pas jusqu'au bout de sa pensée, prudence politique oblige : il choisit la forme impersonnelle du " il faut " au lieu de l'expression plus brutale : " Nous voulons ... " .

Seulement ces appatchiks n'ont pas vu, qu'à travers leur propos, ce ne sont plus " des clefs à mollette " pour le travail salarié qu'ils proposent aux Français mais bien " une idée générale de l'existence " .

Mais cela n'a pas échappé aux premiers concernés . Il est vrai que depuis les années 1980, la brutalité des assauts du néo-libéralisme associée à l'effondrement de " l'alternative communiste " n'ont pas été propices à ce que les classes populaires reprennent rapidement leurs esprits . Cependant, trente ans de vécu grandeur nature, de ce que le nouveau système apporte de régression sociale, de pauvreté, d'incertitude personnelle change la donne . Le travail du réel a fait son chemin .

Les images des violences policières récentes contre les lycéens et le étudiants ont été plus efficaces que tous les principes pour renforcer les mobilisations .

Et ce d'autant mieux que se développent - grâce aux réseaux sociaux en particulier - les lieux de mise en commun, où les gens redécouvrent que ce qu'ils vivaient, chacun de son côté, est en fait très largement partagé .

La puissance prise par le site " #OnVautMieuxQueCa " témoigne de cette prise de conscience . Mais les slogans qui inondent la toile - et que ni l'Elysée, ni Matignon, ni Solférino ne voient - confirment que le volcan est bien en colère et que quelque chose de nouveau bout sous la roche basaltique refroidie : " Nuit debout ! " ; " Ce soir, on ne rentre pas ", pour la journée du 31 mars ; " Ni amendable, ni négociable " , et surtout " On ne revendique rien ! " en disent très long sur les contestations, tout comme le terrible graffitti : " A franchement parler, le travail ne nous intéresse pas " !

Elles signifient que le stade de l'opposition à la loi est dépassé . Les dernières clarifications s'opèrent . L'idée de la vie que les dirigeants socialistes proposent aux travailleurs, aux chômeurs et aux jeunes, celle d'un " cabotage salarial " apparaît avec une grande netteté, à ces derniers, c'est pourquoi, désormais et en toute connaissance de cause, ils répondent : non !

Et il y a plus révélateur encore . En clamant " nous ne revendiquons rien ", les travailleurs, les chômeurs, les jeunes, disent clairement à ces dirigeants disqualifiés que l'idée de négocier quoi que ce soit avec eux, leur apparaît désormais sans objet . Ils signifient à des dirigeants inféodés au système, que revendiquer n'a de sens que dans un cadre reconnu implicitement comme légitime par tous, ce qui n'est plus le cas .

La journée du 31 mars risque donc de délivrer un message violent : " Le temps des seules résistances à la diminution des miettes est révolu ", c'est à " un nouveau cadre " que nous nous référons . Et ce cadre ne fait plus " l'objet d'une revendication " mais " l'objet d'un renversement " .

NB : d'après le billet de Frédéric Lordon, Le Monde diplomatique, 29 mars 2016, " Nous ne revendiquons rien " .

" Les flancs du volcan sont secoués de grondements " .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens