Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 15:47
La catastrophe de Courrières ( Publication de Céline Malaisé sur FB ) . Illustration du " Petit Journal " du 15 avril 1906 .

La catastrophe de Courrières ( Publication de Céline Malaisé sur FB ) . Illustration du " Petit Journal " du 15 avril 1906 .

" C'est la dure et douloureuse réalité qui, une fois de plus, se manifeste à tous . L'action politique serait-elle autre chose que le triste jeu des ambitions et des vanités si elle ne proposait pas la libération du peuple ouvrier et l'organisation d'une vie meilleure pour ceux qui travaillent " * . ( Jaurès, l'Humanité, au lendemain de la catastrophe minière de Courrières ) .

* { Une leçon pour F. Hollande . }

Le 10 mars 1906, il y a 110 ans, se produisait, à Courrières, dans le Pas-de-Calais, sur le territoire de trois communes : Méricourt, Billy Montigny et Sallaumines, la plus grande catastrophe minière de tous les temps . Officiellement 1099 morts, plus vraisemblablement 1200, sur les 1800 mineurs descendus au fond, ce matin-là .

Le point de départ de la tragédie est l'explosion d'une nappe de grisou dans le chantier Lecoeuvre . Les mineurs de fond avaient signalé la présence de ce gaz quelques jours plus tôt à la compagnie qui n'avait pas tenu compte de leurs avertissements .

Le coup de grisou soulève la poussière de charbon qui est beaucoup plus explosive que le gaz, celle-ci s'enflamme et cette flamme va parcourir, en moins de 2 minutes, près de 110 kilomètres de galeries . Cela porte un nom : " un coup de poussière ", dans le langage de la mine .

La catastrophe est immédiatement médiatisée, des équipes de secours arrivent des puits voisins, du Borinage belge, de la Ruhr allemande ( huit ans avant la grande guerre ) . Les opérations de sauvetage feront elles-mêmes 16 morts, dans les premières heures, lorsque des mineurs s'enfoncent dans la mine sans attendre, pour porter secours à leurs camarades .

La compagnie hâte les opérations de secours pour relancer l'exploitation et décide d'arrêter les recherches de survivants au bout de trois jours afin d'engager, sans tarder, les mesures de protection des installations .

Lors des obsèques des victimes la colère gronde, l'indignation monte contre la compagnie : les dirigeants de celle-ci se font traiter " d'assassins " ... Et voilà que le 30 mars, vingt jours après la tragédie, 13 survivants, qui ont erré pendant vingt jours dans l'obscurité, retrouvent le puits et font leur apparition . Un quatorzième mineur, apparaîtra quatre jours après ses treize camarades .

Jaurès interroge dans l'Humanité : " Serait-il vrai que par une funeste erreur, ceux qui avaient la responsabilité des sauvetages, croyant qu'il n'y avait plus de vies à sauver, se sont plus préoccupés de la mine que des hommes ? .

La fureur des " gueules noires " est à son comble, et 50 000 mineurs se lancent dans une grève illimitée qui va très vite menacer l'approvisionnement du pays, en charbon .

Le nouveau Ministre de l'Intérieur, Georges Clémenceau ( l'idole de Manuel Valls ), mobilise 20 000 gendarmes et militaires contre les grévistes . Treize trains de renforts militaires partiront de Paris en direction du bassin minier .

Mais la catastrophe et le conflit déboucheront, quelques mois plus tard, sur l'instauration du jour de repos hebdomadaire, en juillet 1906, puis la création d'un Ministère du Travail et de la Protection Sociale ( vous avez bien lu ), en octobre 1906, chargé de rédiger un " Code du Travail " ( à noter ) qui voit le jour en 1910 .

En ce moment, où F. Hollande, joue l'avenir de ce " Code ", qui est la contrepartie du " Contrat de travail ", lui-même lien de subordination entre un salarié et un employeur, rappelons-nous, dans les manifestations contre le projet de Loi, improprement appelé, " El Khomri ", que le " Code du Travail " est le bien des travailleurs et qu'il a été baptisé avec le sang de " 1099 " mineurs .

Note : C'est à l'occasion de cette tragédie que deux expressions sont entrées dans la langue française : " rescapé ", à partir d'un mot de la langue picarde et " briseur de grève ", qui avait qualifié G. Clémenceau .

NB : d'après le billet de Céline Malaisé ( FB ), " Vingt jours au fond de la mine " .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens