Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 14:35
cm.umontréal.ca

cm.umontréal.ca

" Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ", ( Siège et sac de Béziers durant la croisade des Albigeois, 1204, expression attribuée, par la légende, au légat du Pape, Amaury de Narbonne ) .

Dérangés dans leur morgue, contrariés dans leurs certitudes, blessés dans leur dignité de " cathédrants ", bousculés dans leur mission de " menteurs sous rémunération ", les chiens de garde du dogme libéral de la " pseudo-modernité " deviennent nerveux . Les bienveillants thuriféraires de la mise en pièces du droit du travail pestent contre " les hérétiques " qui se permettent de manifester .

Comme en 1995, comme en 2005, comme en 2006, comme à chaque fois que le corps social investit l'espace public, les apologues de la "réforme ", les catéchistes de la flexibilité se tortillent sur leur " cathèdre ", et s'irritent que leur " évangile " puisse être contesté par des " manants " et des " vilains ", habitués qu'ils sont à recevoir des louanges et à être adulés, dans les médias où ils " officient " à longueur d'année .

Et les voilà si agacés par ces contestations emmenées par d'irresponsables " hérésiarques " qu'ils ne parviennent plus à cacher leur mépris de la multitude, leurs " haut-le-coeur ", devant de nouvelles résistances qu'ils croyaient définitivement révolues . C'est que voyez-vous, il faut qu'elle soit naïve, mal informée et - osons le mot - manipulée cette foule pour croire - malgré nos efforts constants de pédagogie - qu'il existe une alternative à ce que nous prônons depuis trente ans .

Dans cette " brigade de la juste pensée ", aux meilleures places de ces nouveaux " Pères de l'Eglise ordo-libérale ", on va trouver, ceux de toujours mais aussi de sémillants nouveaux, en mal de notoriété, de reconnaissance, à la recherche d'un " trône apostolique " d'où déverser " la bonne parole " sur des " mécréants " à mater . Des " moines cisterciens " à la " crosse " affûtée, adeptes de la " stricte observance " .

Le " Bernard de Clairvaux " de la brigade militante est sans nul doute l'Abbé Arnaud Leparmentier, directeur éditorial du journal Le Monde, qui fustige depuis Twitter " les gaucho-conservateurs ", " les archaïques ", " les passéistes " qui ne veulent pas de petits boulots à quatre cents euros par mois . Il est épaulé dans sa croisade par le " sous-légat ", l'europhile et grécophobe, lui aussi du Monde, Jean Quatremer .

Hier, pour la journée de mobilisation du 9 mars, le journal du soir, a choisi, très innocemment, de faire sa Une sur Nicolas Sarkozy et sa brillante solution contre le chômage : " Suppression de 350 000 emplois publics " .

Dans " Challenges ", Bruno Roger-Petit n'hésite pas à vilipender " les petits bourgeois de l'UNEF ", ce qui en dit long sur la connaissance qu'a ce journaliste du monde étudiant, où un étudiant sur deux est obligé de travailler pour payer ses études et manger .

Dans le Figaro, on invite la jeune et ultra-réac Eugénie Bastié, pour railler, et ridiculiser carrément, les pétitions - pardon, les " manifestations " - en ligne .

Le service public de l'information est mobilisé . Sur France Inter, pour traiter l'actualité sociale on a invité, coup sur coup, mardi et mercredi, Emmanuel Macron et Marion Maréchal Le Pen, puis on fait dire au " petit perroquet " du journalisme, Léa salamé : " Avec cette loi, le CDI va devenir la règle " .

Au 20 H de France 2, jeudi dernier, c'est David Pujadas qui s'y colle, un véritable barrage d'artillerie : mise en doute du million de signatures de la pétition " Loi travail, non merci " ; multiplication de sujets à charge contre les opposants à la Loi ; désinformation à partir d'une enquête sur une entreprise de dentelle de Calais .

Passons rapidement sur TF1 qui infantilise la jeunesse révoltée, s'en prend à " un code du travail maléfique " - pas moins - et fait usage de son imbécile de service , Jean-Pierre Pernaut, pour, dans son 13 H, nous présenter un patron de PME pour qui le code du travail est " un livre de torture " .

"Le Point ", toujours très en finesse, se joint au sermon : Philippe Martinez, Martine Aubry, William Martinet ne sont rien moins que " des nouveaux dinosaures qui se fichent de l'emploi car pour eux, l'idéologie passe avant ", reprenant ainsi un slogan apparu au début des années 2000 : " les nouveaux réactionnaires ", accolé aux syndicalistes .

Atteint de ce délire mystique, un " Bossuet " du Figaro, n'hésite pas à tonner en chaire, hier matin, " à la dénonciation des soviets et des apparatchiks ", tandis que le très réac sarkozyste des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, vilipende " l'immobilisme " des manifestants et que l'hyper-précaire " SciencesPocrate " Dominique Reynié traite les manifestants " d'hyper-protégés " . Un sous-ministre vallsien y va de son couplet : " Je ne crois pas que ce soit dans la radicalisation et le conservatisme que la gauche trouvera une issue " . Quant à la député socialiste et ex-ministre, Michèle Delaunay, elle se prend les pieds dans le tapis de son mépris envers les gueux : " Du million de pétitionnaires qui exigent le retrait de la " Loi travail ", combien en ont lu une seule ligne " ?

Par ailleurs, économistes et spécialistes du droit du travail ne cessent de tourner dans toutes tous les débats télévisés ( " C'est dans l'air ", la 5 ) et de cosigner des tribunes pour louer les vertus du projet de loi . L'un d'entre eux, Jean Arthuis, de Natixis, ose : " La rue est devenue le théâtre du déni de réalité " .

" La meute est lâchée " !

Sauf qu'à bien écouter tous ces " prêcheurs ", on peut relever quelques flottements de langage, comme si certains étaient en train de perdre " leur vin de messe ", tout à coup confrontés à leurs incohérences .

Il faut pouvoir licencier encore plus facilement pour pouvoir embaucher ; il faut démanteler le CDI pour qu'il y ait plus de CDI . Les falsifications de langage apparaissent très vite : les régressions deviennent des réformes ; le retour au XIXe siècle, " la modernité " ; la peur de licencier " - du patron - a supplanté " la peur d'être licencié " du salarié ; précarisation et paupérisation ont cédé le pas à " la flexibilité " sans sécurité pour le travailleur ; impasse sur l'échec ruineux de la politique de l'offre - CICE, pacte de responsabilité, baisse des charges - contre des promesses non tenues par le patronat .

Tous ces gens-là peuvent rager et trépigner, invoquer même les " bûchers " de l'inquisition contre les " hérétiques " qui contestent leur " dogme ", une opposition résiliente aux injonctions à la résignation, est descendue hier dans la rue et n'a pas fini de les contrarier .

NB . Source : Regards.fr du 10 mars 2016 ; " Loi travail, panique dans l'élite " de Jérôme Latta .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens