Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 15:09
wowthatsloud.canalblog.com

wowthatsloud.canalblog.com

" Celui qui vit vraiment ne peut qu'être citoyen et partie prenante . L'indifférence c'est l'apathie, le parasitisme, la lâcheté, ce n'est pas la vie . C'est pourquoi je hais les indifférents ", ( Antonio Gramsci ) .

" Maldigo la poesìa / Concebida como un lujo / Cultural para los neutrales / Que lavàndose las manos / Se desentienden y evaden / Maldigo la poesìa / De quien no toma partido / Partido hasta mancharse ... Tal es mi poesìa : poesìa- herramienta . / No es una poesìa gota a gota pensada, / No es un frot perfecto, / Es le canto que espacia cuanto dentro llevamos ... Porque apenas si nos dejan decir que somos quien somos ..." ( Gabriel Celaya, La poesìa es un arma cargada de futuro, poète espagnol, 1911 - 1991 ) .

( Je maudis la poésie conçue comme un luxe / Culturel, par ceux qui sont neutres, / Ceux qui en se lavant les mains, se désintéressent et s'évadent . / Je maudis la poésie de celui qui ne prend pas parti, / Parti, jusqu'à se souiller ... Telle est ma poésie : poésie-outil . / Ce n'est pas une poésie pensée goutte à goutte, / Ce n'est pas un beau produit, ce n'est pas un fruit parfait, / C'est le chant qui donne de l'espace à tout ce que nous portons ... / Parce que c'est à peine si on nous laisse dire / Que nous sommes ce que nous sommes ... ) .

On ne peut pas dire que les artistes " français " ( les peoples ) ont brillé par le niveau de leur indignation à l'occasion des attentats du 13 novembre, à Paris . Apathie ? Lâcheté ? Indifférence ? C'est à eux seuls qu'il appartient de savoir dans quelle catégorie ils doivent se ranger .

Nous n'avons plus, aujourd'hui, des intellectuels à la hauteur de la pensée du philosophe italien, Gramsci, pour leur dire tout le mal qu'on peut penser de leur silence .

" L'indifférence oeuvre énergiquement dans l'histoire, elle oeuvre passivement mais elle oeuvre . C'est la fatalité ; c'est ce sur quoi l'on ne peut compter ; c'est ce qui bouleverse les programmes, renverse les plans les mieux construits ; c'est la matière brute qui se rebelle à l'inteligence et l'étrangle . Ce qui se passe, le mal qui s'abat sur tous, revient moins à l'initiative de quelques personnes qui s'activent qu'à l'indifférence, à l'absentéisme de la majorité ... " . L'indifférence est une insulte à l'intelligence .

" L'indifférence est le poids mort de l'histoire . C'est le boulet de plomb pour le novateur, c'est la matière inerte dans laquelle se noient les enthousiasmes les plus radieux, c'est le marécage qui ceint la vieille cité et la défend mieux que les murailles les plus fermes car elle enlise les assaillants dans ses gouffres boueux, elle les décime et les démoralise et quelquefois les oblige à renoncer à leur entreprise héroïque ... " . C'est dans les marécages de l'indifférence que se noient les plus belles utopies . Le Président de la République peut tonner du haut de son Elysée qu'il " doit nous protéger ", il ne peut rien contre l'indifférence qu'il a lui-même, avec tant d'autres, contribué à s'étendre .

" Ce qui advient n'advient pas tant parce que certains souhaitent que cela advienne, mais parce que la masse des hommes abdique sa volonté, laisse faire, laisse se nouer les noeuds qu'ensuite seule l'épée pourra couper, laisse promulguer des lois qu'ensuite la seule révolte fera abroger, laisse accéder au pouvoir des hommes qu'ensuite seule une mutinerie pourra renverser ... " .

En vérité, A. Gramsci écrit ces lignes en février 1917 ( La Città futura ) ; ne semblent-elles pas écrites pour la France de 2017 ?

" Des faits mûrissent à l'ombre ; juste quelques mains, à l'abri de tout contrôle, tissent la toile de la vie collective, et la masse ignore, car elle ne s'en soucie point . Les destins d'une époque sont manipulés selon des vues étriquées, des buts immédiats, des ambitions et des passions personnelles de petits groupes actifs et la masse ignore car elle ne s'en soucie pas ... " . Et n'allez pas croire que le réveil soit à chaque fois plus brutal que le précédent . Non !

" Les faits qui ont mûri aboutissent à leur fin ; la toile tissée à l'ombre s'accomplit ; alors il semble ( à l'indifférent ) que c'est la fatalité qui a emporté tout et tous sur son passage que l'histoire n'a été qu'un énorme phénomène naturel, une irruption, un séisme, dont nous serions tous les victimes, celui qui l'a voulu et celui qui ne l'a pas voulu, celui qui savait et celui qui ne le savait pas, celui qui avait agi et celui qui était resté indifférent ... " . Eh bien, non, cela ne se passe pas ainsi . Il y a toujours des gagnants, même après une catastrophe . Et les " quelques mains " qui ont contribué à l'émergence de la catastrophe reprennent leur métier pour préparer la nouvelle, puisque la masse, indifférente, loin de se demander si elle a fait son devoir, et si dans ce cas, ce qui est advenu, serait advenu, la masse se contente de pleurnicher piteusement ou d'autres de blasphémer avec obscénité .

Peu de personnes se sentent responsables de leur indifférence ou de leur scepticisme, du fait de ne pas avoir offert leurs bras à ces petits groupes de citoyens qui, eux, luttaient pour éviter tel mal et faire advenir tel bien .

" Beaucoup de personnes restent à la fenêtre, à regarder, pendant que le petit nombre se sacrifie, s'évanouit dans le sacrifice ; et celui-là, qui est à la fenêtre, aux aguets, va vouloir profiter du peu de bien que l'action de peu de personnes peut lui procurer ; il ne dédaignera pas, si celles-ci échouent, à passer sa déception sur leur incapacité ... " . Il y a peu de lueur morale dans l'indifférence qui manque cruellement du " sens piquant de la responsabilité historique des hommes qui veut que nous soyons tous actifs dans la contribution à la vie collective " .

" Je hais qui ne prend pas parti ", pour autant, tout en lui demandant des comptes, je continuerai à " gaspiller un peu de ma pitié ", pour lui, afin de l'aider à prendre conscience que chaque chose qui arrive ne saurait être due qu'au hasard, à la fatalité, mais qu'elle peut devenir " l'oeuvre intelligente " d'une majorité de citoyens .

NB : à partir du texte d'Antonio Gramsci, " Je hais les indifférents ", ( Città futura ) du 11 février 1917 .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens