Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 14:54
" L'économie mondiale pourrait dérailler ... "

" Le FMI se dit inquiet d'un risque de déraillement, en 2016, de l'économie mondiale en pleine tempête boursière, si les transitions importantes de l'économie ne sont pas bien gérées " .

Le Fonds vient d'abaisser ses prévisions de la croissance mondiale en 2016 et 2017, de o,2% , pointant la situation " périlleuse " de nombreux pays émergents, guettés par un " ralentissement généralisé ", alors que ces pays représentent plus de 70% de la croissance planétaire .

Le premier d'entre eux, la Chine, qui a engagé une difficile transition davantage tournée vers la consommation intérieure, en vue de se protéger de chocs sociaux devenus inéluctables, est prise dans une cascade de krachs boursiers qui ont fait dévisser les marchés mondiaux . En outre, la chute historique de la croissance chinoise à 6,9% ( officiellement ), mais plus prés des 3% ( officieusement ), et alors que la Chine est devenue la 2e puissance économique du monde, fait peser sur les autres pays émergents qui profitaient de son appétit insatiable pour les matières premières, ou des produits fabriqués tels l'acier, de lourdes conséquences, privant ces pays de précieux relais de croissance et de ressources .

Les prix du pétrole qui sont tombés en-dessous des 30$ le baril, du jamais vu depuis 13 ans, malgré un court effet d'aubaine, s'atténuent, sur le plan macro-économique, à mesure qu'augmentent les pertes des pays producteurs ( Arabie Saoudite, Russie, Vénézuela, Nigéria ) et que se réduisent les investissements dans l'extraction de pétrole et de gaz .

A cela, il faut ajouter la remontée des taux américains sur l'achat de dollars qui provoque un reflux de capitaux vers les EEUU et saigne à blanc ces pays émergents qui en avaient terriblement besoin pour les investissements nécessaires .

Le fonds revoit également à la baisse de 0,2% le taux de croissance de la France, en 2016, accordant à la zone euro, un petit 0,1% d'amélioration, mais situant cette croissance à 1,7% seulement, niveau insuffisant pour une création massive d'emplois . L'UE gardera donc ses 20 millions de chômeurs, " en stock ", pour employer le vocabulaire délicat des économistes .

Petite " pique ' à l'optimisme du Président Hollande écartant d'un revers de main la crise chinoise, comme ne devant pas impacter notre économie .

Tout cela, c'est de la " macro-économie " . Mais ce que ne dit pas le FMI - car ce serait toucher le coeur du réacteur - c'est que la catastrophe ferroviaire - pointe, effectivement, mais c'est du côté de la finance qu'il faut la dénicher .

Souvenons-nous ! La crise financière débute, en 2007, avec la faillite de deux fonds spéculatifs de la banque américaine Bear Sterns . Du fait du retournement du marché immobilier de nombreux souscripteurs réclament en même temps la récupération de leurs avoirs . Incapables de rembourser, les deux fonds font faillite, puis des banques de taille moyenne, puis la grande banque Lehman Brothers ... Les bourses mondiales dévissent et tout cela se termine par la plus grosse crise financière depuis la crise de 1929 .

Or, en décembre dernier, les observateurs avisés, ont relevé le même phénomène, outre-atlantique : des fonds spéculatifs, le New-Yorkais Third Avenue ou Stone Lion, ont mis la clef sous la porte dans l'incapacité de faire face aux demandes soudaines et massives de retraits de fonds .

Bien sûr, cela ne pourrait être qu'une simple coïncidence, si ces deux événements n'intervenaient dans un contexte financier extrêmement similaire . Les banques centrales ont inondé l'économie mondiale de liquidités, soignant le mal par le mal, et provoquant la formation de bulles en injectant cet excès d'argent dans le système . Si l'économie américaine semble avoir redémarré, la réindustrialisation reste un leurre, quant à l'Europe, elle a le plus grand mal à sortir de la déflation dans laquelle l'empilement de plans d'austérité successifs, l'a plongée .

La coopération internationale qui devait primer après 2008, à travers le G20, n'a été qu'une entourloupe, et c'est la guerre de tous contre tous qui l'a emporté .

La finance devait être régulée et réformée . En fait, les problèmes ont été transférés des grandes banques, dites systémiques, mieux surveillées, vers " une finance de l'ombre " , encore moins régulée que les grandes banques d'avant 2008 . Selon le " Financial Stabilty Board ", le " shadow banking " représente, fin 2015, 80 000 milliards de $, soit plus de 50% des actifs financiers et de 120% du PIB mondial ( contre 50 000 Mds en 2007 ) . Autant dire que, dans un contexte d'accélération, toujours plus grande, des transactions financières, l'opacité et l'instabilité du système financier n'ont fait que se renforcer .

C'est d'ailleurs le célèbre spéculateur Georges Soros, qui le dit : " La situation actuelle est très semblable à celle de l'époque " .

Et peut être suffira-t-il d'un " cygne noir " , un de ces fameux événements imprévisibles, pour amorcer un nouveau mouvement de panique .

Et, dans une telle situation, notre pays dont le tissu économique et social a tant de mal à se remettre de la précédente crise, aura en effet beaucoup à perdre d'une deuxième secousse .

Les incantations à l'Union nationale et au renouveau patriotique seront de peu d'effet face à un délitement général de la société .

NB : d'après le billet de Benjamin Masse-Stamberger, dans " figarovox ", économie .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens