Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 15:52
Jules Durand : " La seconde affaire Dreyfus " .Jules Durand : " La seconde affaire Dreyfus " .

" Un verdict scandaleux qui porte au coeur même du prolétariat la menace et l'épouvante " , (Jean Jaurès, aux 6000 ouvriers septembre, vers neuf heures du soir, en un des points les plus mal famés du Havre, rassemblés à Paris, à son appel , le 17 décembre 1910, pour défendre le syndicaliste Jules Durand, condamné à mort par la justice du gouvernement, d'un socialiste, déjà, Aristide Briand ) .

Hommage aux huit de Goodyear !

A peine trois jours après le verdict, Jaurès prend la tête dans les colonnes de l'Humanité, le 28 novembre 1910, de la campagne pour la révision du procès de l'ouvrier charbonnier et secrétaire général du tout nouveau " Syndicat des charbonniers ", Jules Durand, qui vient d'être condamné à mort par la Cour d'Assises de Rouen, pour le supposé assassinat d'un " jaune " : en vérité, une rixe entre ouvriers alcoolisés, devant un bar du port, laquelle aurait été commanditée, selon l'accusation, par Jules Durand .

Jaurès démontera, dans les colonnes de son journal, l'une après l'autre, comme il l'avait fait pour l'affaire Dreyfus, les " fausses preuves " et la " machination " de la Compagnie Générale Transatlantique, employeur des dockers du port du Havre, en grève, à l'appel du syndicat des charbonniers, grève lancée en août 2010 . A cette époque-là, la justice passait très vite !

La puissante mobilisation en faveur de Jules Durand finit par aboutir à sa grâce d'abord, puis à sa réhabilitation, mais J. Jaurès, assassiné en 1914, ne le sut pas, pas plus que le syndicaliste qui était devenu fou, en prison .

" LES PREUVES ", par Jean Jaurès, Editorial de l'Humanité du 5 décembre 1910 :

" Le jury de Rouen s'est manifestement trompé . Non seulement il s'est mépris sur l' application de la peine puisqu'il a été stupéfait quand il a appris que par son verdict il venait de frapper Jules Durand à mort .

" ... Durand est condamné, sans circonstances atténuantes, comme complice du meurtre du contremaître Dongé, tué le 9 septembre, vers neuf heures du soir, en un lieu les plus mal famés des quais du Havre, dans une sinistre bagarre d'ivrognes . Quel est donc le fait qui lui est reproché puisque personne ne prétend qu'il ait participé à la scène du meurtre ? Personne ne prétend qu'il y ait assisté . Personne ne prétend qu'il ait été prévenu que le supposé attentat allait avoir lieu, ou qu'il ait donné aux meurtriers, personnellement, des instructions .

" ... Non : la seule chose qu'on lui impute, c'est d'avoir, trois semaines avant le meurtre, présidant une réunion de six cents grévistes, d'avoir donné le conseil de mettre Dongé à mort et d'avoir soumis cette proposition à l'assemblée qui la vota à l'unanimité, puis d'avoir désigné une vingtaine de grévistes pour la mettre à exécution ...

" ... Il ,y a dans l'accusation un aspect incroyable . S'il était vrai, comme le dit la petite équipe d'accusateurs que les agents de la Transatlantique ont conduite devant le juge et dont le témoignage insensé a perdu Durand, s'il était vrai que la mort de trois hommes, et non un, avait été résolue et qu'une commission ait été nommée pour les frapper, il paraît plus vraisemblable que cette commission eût été désignée en secret . La nommer en public fait connaître à tous, et d'abord aux victimes, les hommes chargés de les frapper . C'est du délire ! Non seulement les magistrats connaissaient ainsi leurs futurs coupables, mais ceux qu'on veut atteindre sont mis en garde et connaissent même, à l'avance, qui va les frapper . J'ai presque honte d'avoir à énoncer de telles évidences .

" ... Une commission d'assassinat constituée publiquement, devant les mouchards de la Compagnie et de la police, forcément infiltrés, dans l'assemblée, devant les alcooliques, les bavards, tous ceux qui sont incapables de garder un secret . Et Durand aurait même fait défiler, devant la tribune du bureau, en clamant leur nom, les futurs tueurs . Cela serait bien vrai, puisque les dénonciateurs les nomment, devant le tribunal ...

" ... Mais alors comment se fait-il que Dongé ait été frappé par des gens qui n'ont jamais fait partie de ces commissions, comment se fait-il que d'autres non-grévistes, prétendument désignés par Durand, n'aient jamais été inquiétés et aient continué à aller travailler tranquillement, traversant les rangs des grévistes, sans se faire accompagner ? " ... Ah ! oui, il a fallu un parti-pris bien étrange, et un dessein bien arrêté d'impliquer Durand et le syndicat pour qu'une accusation aussi inepte ait pu se produire ... " .

Lors du meeting du du 17 décembre, à Paris, Anatole France, futur Prix Nobel de Littérature, envoya ce message aux manifestants : " Prolétaires français, saurez-vous donc vous organiser puissamment, comme on voit partout ailleurs dans le monde s'organiser l'armée ouvrière ? " .

Seule une mobilisation populaire puissante empêchera que les huit syndicalistes CGT de Goodyear, qui ne croyaient qu'à la justesse de leur action, ne soient marqués du sceau des criminels, par un pouvoir qui a " perdu pied " devant une réalité qu'il ne comprend plus .

Allez, " Camba ", encore un petit effort, pour te hisser au niveau de Jaurès !

NB : Textes empruntés au site web " Les amis de Jules Durand " .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens