Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 14:10
Minute : la voix de Jean-Marie Le Pen .

Minute : la voix de Jean-Marie Le Pen .

Hier matin, en conseil des ministres, F. Hollande a appelé, à propos des élections régionales, à plus de clarté dans le débat politique " ( Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement ) .

J'adhère et pose aussitôt les quatre questions, dont les réponses sont susceptibles d'apporter un peu de cette clarté revendiquée, mais qui fâchent . Elles tiennent en quatre mots : détournement, manipulation, instrumentalisation, recomposition .

Pourquoi le débat des élections régionales a-t-il été " détourné " de son objectif local pour être nationalisé par les grands partis ?

A cause de la tragédie du 13 novembre, vont répondre certains . Il est normal et juste que le Président de la République affiche sa détermination face à l'ère des ténèbres, qu'il s'exprime devant le Congrès, qu'il se rende auprès des victimes ; il est normal et juste que le gouvernement organise la riposte à l'horreur ; il est normal et juste que sous le coup de l'émotion, les " politiques " aient pu envisager l'imposition, au pays, d'un " état d'urgence " provisoire " .

Mais lorsque le Président de la République a décidé d'en appeler à " l'Union sacrée ", il dévitalisait dans le même temps le débat régional, plaçant les enjeux au niveau national : sécurité, protection, restriction des libertés, punition, fermeture .

Pire, il le focalisait sur sa seule fonction : le Président protecteur .

Le débat sur l'une des compétences essentielles des Régions : " Le développement économique " et donc l'emploi, le chômage, l'aide aux petites et moyennes entreprises, du coup escamoté, le résultat était écrit : 76% des jeunes entre 18 et 34 ans ne sont pas allé voter, et ceux qui y sont allés ont voté pour le FN à 36% ; les ouvriers, qui ont voté, l'ont fait à 43% pour le FN ; les chômeurs à 40% .

En même temps, caler le débat sur la sécurité ne pouvait que favoriser le FN qui dans l'esprit de beaucoup de Français représente le mieux le parti de l'ordre .

Pourquoi manipule-t-on les enjeux réels de ce scrutin ?

On continue de proclamer, officiellement, qu'il s'agit d'élections régionales mais tout le monde voit bien qu'elles sont devenues l'avant premier tour de l'élection présidentielle . Une sorte de séance " d'essais " de la Formule1, pour obtenir la " pole position ", en vue du " Grand Prix de France de 2017 " .

Trois pilotes en lice : F. Hollande, N. Sarkozy, Marine Le Pen, mais dont deux d'entre eux, veulent la peau du troisième . C'est presque fait : N. Sarkozy est KO debout . L'un comme l'autre, mais pour des raisons différentes, afin d'éliminer celui qui n'aura aucun scrupule à aller chercher par tous les moyens les électeurs de l'extrême-droite . Les désistements des candidats socialistes dans le Nord-Pas-de-Calais et PACA, comme la position nationale du PS dans l'Est, ne sont rien moins qu'un cadeau empoisonné pour " l'ex " .

Elections régionales ? Non ! Manoeuvres stratégiques pour 2017, plutôt !

Pourquoi instrumentalise-t-on à ce point " la République" ?

Pourquoi affiche-t-on, à tort et à travers, le " Front républicain ", qu'il s'agisse de le louer ou de le réfuter, pour justifier des désistements " secs " qui ne sont que les " cache-sexe " de manoeuvres politiciennes ?

Pourquoi boire le champagne à Paris ou à Toulouse parce que l'Union de la Gauche est réalisée, tandis qu'à Rennes, Jean-Yves Le Drian rejette toute fusion avec les écologistes, peu en phase avec les paysans bretons ?

Quelle éthique républicaine peut présider au désistement socialiste en PACA, en faveur du candidat " Estro ", représentant un FN " light " pour le laisser seul face à la candidate FN " Canal historique " ?

Que dire de " l'exécution " sans ménagement du candidat socialiste récalcitrant, dans l'Est ? Il y avait sûrement des méthodes moins brutales pour le ramener à la raison dans le respect d'une éthique républicaine civilisée .

Quelle recomposition politique se cache derrière autant de " rouerie " ?

Eliminer le Parti Socialiste de toute présence dans trois grandes régions de France, dont deux comprenaient les Fédérations les plus puissantes du parti, non par la volonté du suffrage universel mais par un diktat venu " d'un bureau politique ", est lourd de sens .

Il s'agit, pour F. Hollande, à la faveur d'évènements tragiques et d'une situation politique plus ou moins préparée, d'engager la voie d'une recomposition politique commençant par le déclin d'un PS peu à peu vidé de ses troupes en vue de constituer un grand parti du " Centre " , plus en phase avec le nouvel électorat de ce même PS, constitué par les classes moyennes favorisées et les classes supérieures . Un projet qui lui est cher, depuis 1984 .

Ce choix est terrible : il rejette, définitivement, les classes populaires dans les bras de Marine Le Pen, pariant que les mêmes " artifices " serviront encore pour contrôler les progrès du FN, dans des frontières politiques acceptables . Le pari est osé !

Nous avons là, un modèle de la " stratégie du choc " théorisée par l'économiste américain Milton Friedman et dénoncé par la journaliste canadienne, altermondialiste, Naomi Klein .

Ceci se veut ma contribution à la lutte pour plus de clarté dans le débat public exigée par le Président de la République .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens