Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 14:42
" La conjuration des cinquante " .

" Imaginez un monde où les cantines scolaires appartiennent à des firmes telles que Coca-Cola ou McDonald's ; un monde où des entreprises indiennes discutent avec des entreprises brésiliennes le nombre de jours de congés qu'elles accordent à leurs salariés et le montant horaire des négociations ; un monde où le Président de la République française ne peut être élu que s'il accepte de gouverner comme G. W. Bush " . ( d'après le Monde Diplomatique de septembre 2014 ) .

Dans nos deux derniers billets nous dénoncions l'instrumentalisation de la peur du fascisme ancien - l'épouvantail - pour masquer la marche de nos sociétés vers quelque chose de nouveau, encore inconnu, non abouti, un processus de transformation politique dont on ignore largement l'issue .

L'instrumentalisation du FN est faite pour nous contraindre à ne regarder que vers Paris, Lille ou Marseille, mais surtout pas vers Bruxelles et encore moins vers Genève .

Le monde qu'on nous prépare est en gestation, dans les salons de la discrète ambassade d'Australie, à Genève, où se retrouvent, en secret, depuis le mois de février 2012, les représentants de 50 pays, ( UE et ses 28 Etats membres et EEUU, Canada, Norvège, Australie, Japon, Mexique, Chili, Pakistan, Turquie, etc ... ), qui représentent, à eux-seuls, 70% de la production mondiale de richesse .

Ils y négocient un accord mondial sur le commerce des services : ACS ou TISA ( selon l'acronyme anglais ), qu'ils voudraient conclure vers la fin de l'année 2015 .

C'est au moment où les polémiques sur un autre traité " secret ", le Grand marché transatlantique, entre les EEUU et l'UE , fleurissaient, que, avec le cynisme qui caractérise nos gouvernements, les émissaires des " Cinquante " se retrouvaient discrètement à Genève, non au siège de l'OMC, trop voyant, mais, à quelques rues de là, dans les salons d'une ambassade aux locaux sans prétention .

A la demande - très ferme - des EEUU, les textes doivent demeurer secrets, pendant cinq ans, à compter de la signature de l'accord, les propositions doivent être " classifiées ", comme des documents appartenant " au secret défense ", " protégées de toute diffusion non autorisée " et stockées dans un système d'ordinateurs lui-même classifié et maintenu dans " un container clos, hautement surveillé " .

Que de précautions pour des mesures destinées à faire le bonheur des peuples ! Heureusement, les lanceurs d'alerte de " WikiLeaks " veillaient et ont pu lever le voile sur certains aspects des discussions . ( https://wikileaks.org-financial/ https://wikileaks.org/tisa-financial/) .

L'ampleur de l'offensive engagée par Washington, Bruxelles et leurs affidés, est de permettre le moment venu, aux multinationales de concentrer, entre leurs seules mains, le commerce des produits financiers mais aussi de tous les services ( Education, Santé, Sécurité sociale, Eau,Transports, etc ... ) sur tous les grands marchés transatlantiques et transpacifiques .

Ces pourparlers sont nés de l'enlisement au sein de l'OMC de ces mêmes discussions, engagées au sommet de Doha, en 2001, voulues absolument par les pays riches du Nord, mais refusées par les pays du Sud, au nom de leur survie, les syndicats et les mouvements sociaux .

Ironie du sort ! L'OMC, le bras armé des multinationales, faisait de la résistance . Alors les EEUU et l'Europe, désavoués démocratiquement et sortis par la porte ont décidé, en 2012, de revenir par la fenêtre, en organisant, il y a trois ans, une négociation parallèle que j'appelle " la conjuration des cinquante " car l'objectif est d'imposer ces accords - grâce au poids économique de ces dissidents - à toute la planète .

Signalons aux europhiles que cela intéressera, que le Parlement européen a validé ces discussions - sans en connaître les contenus qui sont secrets - le 4 juillet 2013 par 566 voix contre 111 : les députés français du PS, de l'UMP et de l'UDI ont voté pour !

La principale source d'inspiration de ce groupe est constituée " d'experts " venus, pour les EEUU des géants de la banque, de l'internet, de l'énergie ; pour la France, on trouve le géant de l'eau, le groupe Veolia, et, tenez-vous bien " le MEDEF " . A savourer avec délectation !

Dans le cadre de ce billet, je ne peux rentrer dans le détail mais je renvoie chacun au Monde Diplomatique de septembre 2014, pages 12 et 13, " Cinquante Etats négocient en secret la libéralisation des services ", et à l'Humanité du 25 juin 2015, " L'accord secret qui doit dépecer les services publics " .

Retenons seulement ce qu'en dit la secrétaire générale de " l'Internationale des Services Publics " ( PSI ) qui regroupe 669 syndicats , Rosa Pavanelli : " Il s'agit d'institutionnaliser les droits des investisseurs et d'interdire toute intervention des Etats dans un très large éventail de secteurs " .

A ce stade, et pour faire le lien avec les deux billets précédents, je pose la question suivante : que peuvent donner des sociétés sans services publics, sans écoles publiques, sans hôpitaux publics, sans fournisseur public d'énergie, sans transports publics ? La réponse est évidente : des sociétés ultra-violentes, sans règles, sans limites où tout se paie et se gagne par la force .

Faudra-t-il faire appel au fascisme d'autrefois pour régler les conflits ? Absurde, quand la violence est consubstantielle du système !

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens