Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 15:10
La louve .

La louve .

" Il faut écouter les mots, mais aussi découvrir ce qu'ils portent en eux d'ombre " .

" Sait-on pourquoi, un matin, / Cette bête s'est réveillée, / Au milieu des pantins, / Qu'elle a tous émerveillés / En proclamant partout, haut et fort, / Nous mettrons l'étranger dehors ? ...

... Attention mon ami, je l'ai vue, / Méfie-toi, la bête est revenue ! / C'est une hydre au discours enjôleur / Dont les cent mille bouches / Crachent le malheur, / Il y a nos libertés sous sa botte . / Ami, ne lui ouvre pas ta porte . / Car vois-tu, mon petit, je l'ai vue, / La bête, la bête est revenue " .

( Chanson de Pierre Perret, La bête est revenue, 1998 ) .

En ce matin du 7 décembre, nous nous retrouvons ensevelis sous l'ombre portée d'un danger que nous pressentons mais auquel nous sommes trop nombreux à refuser de donner un nom .

Ce matin, commentaires, analyses, manipulations - même plus cachées - détournements de sens calculés, nous feraient presque prendre peur des mots .

Bien sûr, il y a toujours eu dans les tempêtes de l'Histoire, des mots et des actes qui les ont suivies, soufflant l'émotion, la révolte, l'ambition d'un nouvel horizon mais nous devons admettre, qu'aujourd'hui, cet horizon a bien du mal à se dessiner .

Les hommes inventent des mots et les utilisent, des mots qui résument un savoir historiquement constitué, mais dont on peut méconnaître le sens profond, et donc, par lesquels on se laisse piéger .

Nous devons savoir que certains hommes se servent aussi des mots, en toute lucidité, pour travestir la réalité, pervertir les pensées, détourner des actions nécessaires .

Il ne suffit pas d'écrire un mot pour tout expliquer . " Guerre, barbarie, fascisme, civilisation, religion, monde-libre, radicalisme, fondamentalisme, politique, démocratie, droit, libre-échange, société, gauche, droite, république ... " . En ces jours malmenés par une avalanche de mots, leur plasticité doit nous interroger : parce que chacun prête au mot une signification en fonction de sa sensibilité, de sa culture, de son vécu, il ne lui attribue que ce qu'il en sait et ne voit pas tout ce qu'il en ignore .

Ainsi avec le mot " gauche " ! La gauche, de ce matin, est-elle encore la gauche de la semaine dernière, celle d'avant le 6 décembre ? La gauche, si mal définie qu'on la détricote, en gauche radicale, extrême gauche, gauche de gouvernement, gauche centriste et même, pour certains adeptes de la clarté, cela peut aller jusqu'à gauche de droite .

Ainsi avec le mot " république " ! Quand trois partis au moins, tentent de nous mobiliser autour du même mot " république ", nous devons tenir en éveil notre vigilance . " République " ou " république " ? Nous avons connu tant de républiques : sociale, populaire, bourgeoise, démocratique, du prince ...

Vigilance quand le politique adjoint à son " mot-slogan " un qualificatif . Le bon mot de Clémenceau doit nous revenir à l'esprit : " Il suffit d'ajouter militaire à un mot pour lui faire perdre sa signification : ainsi de la musique militaire qui n'est pas la musique ; ainsi de la justice militaire qui n'est pas la justice " .

Dans l'inimaginable multitude des prises de position individuelles gonflées par l'irruption des réseaux sociaux dans le débat, il est plus qu'essentiel de prendre de la distance, d'écarter les malentendus, de se méfier du besoin irrépressible d'expression immédiate, précautions indispensables pour disposer de la possibilité de dire ce que l'on pense soi-même . Le philosophe Raphaël Enthoven, sur Europe 1, a largement oublié ces précautions quand il a traité, s'y reprenant à deux fois, les abstentionnistes de " fainéants, d'ingrats et de cons " . Encore des mots !

Parfois changer un mot pour refroidir le texte peut être salutaire à la facilitation du dialogue, à la clarification de la controverse et ainsi écarter les manipulations perverses les détournements délibérés, toujours et pour autant que le but recherché demeure de trouver collectivement le sens réel des choses .

C'est en cela que la chanson de Pierre Perret est rafraîchissante : le danger est désigné clairement, " la bête " - l'article défini prend toute sa force -, son imminence ne se discute pas puisque " je l'ai vue " ; après, il appartient à chacun de juger vers où peuvent nous mener " les tirades insidieuses de l'ogresse aguicheuse " .

(1) . Titre d'un poème de Louis Aragon chanté par Marc Ogeret .

NB : d'après le billet de blog " les mots ", de René Piquet, ancien responsable du PCF .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

vero 30/12/2015 09:31

Merci d'exprimer avec clarté ce que je ressens confusément

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens