Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 15:51
" La République nourrit ses enfants et les instruit " ( Honoré Daumier, 1848 ) .

" La République nourrit ses enfants et les instruit " ( Honoré Daumier, 1848 ) .

" Avec la Révolution, la République est ce qui s'oppose à la féodalité, à la monarchie, au pouvoir de quelques-uns ou d'un seul sur tous . Les Républicains sont ceux qui veulent le bien du peuple, pour et par le peuple ... " ( Juliette Grange, historienne, Université de Tours ) .

J'aime particulièrement cette définition de la République car elle permet d'éliminer beaucoup de " tartufes " du ballet grotesque dans lequel ils s'agitent sur une scène républicaine qui n'est plus que l'ombre d'elle même et de disséquer l'incroyable " supercherie historique " de ces vingt cinq dernières années .

Tout commence aux lendemains de la chute du Mur de Berlin, 1989, et celle de l'URSS . Les logiques binaires d'appartenance politique qui avaient structuré le monde depuis l'après-guerre volent en éclat . Dans une nouvelle période de reconfiguration des identités partisanes, dans un contexte de perte de repères politiques et " d'affolement idéologique ", de nouvelles " hybridations " et alliances tentent de naître et de prendre leur essor .

Un énorme " iceberg " va prendre forme, dont le Front National sera la partie émergée, la partie immergée s'incarnant dans un irrésistible courant de fond, le glissement de la société française vers la droite, masqué par un slogan : " Le national-républicanisme " .

Le " national-républicanisme " diffuse l'idée que les clivages droite-gauche sont dépassés et que les républicains sincères doivent s'allier pour défendre la France des dangers qui la menacent, l'islam d'un côté, l'Europe néolibérale de l'autre . Dans ce mouvement, la question sociale est éludée - il faut bien mettre fin à ce barbarisme que constitua, durant un siècle, le concept de " lutte des classes " - . Exit, la république sociale .

Et ne nous y trompons pas : le plus brillant porte-parole de ce mouvement, largement aidé par des apprentis-sorciers venus de la gauche, se trouve au FN et a pour nom, Florian Philippot, personnage qui ne cesse de revendiquer une filiation avec Jean-Pierre Chevènement qu'il soutint en 2002 .

De la gauche de gouvernement à la droite radicale, " la République " - non définie, mais tout sauf sociale - s'est en effet définitivement imposée comme la référence hégémonique de la vie politique française au détriment des autres marqueurs historiques de notre histoire : " La Démocratie, le Peuple, l'Egalité, la Révolution, les Luttes Sociales, mais aussi le Socialisme " .

Quel parti ne parle pas de République aujourd'hui ?

Mais, qu'il s'agisse, aujourd'hui, de Florian Philippot, de Nicolas Sarkozy, de Manuel Valls, les trois hommes forts des trois principaux partis, dont les divergences sur les sujets économiques et sociaux restent ténues, ces trois personnages participent à la diffusion d'une nouvelle pensée unique, sous couvert d'affirmations des valeurs républicaines . Un républicanisme " new look ", une république débarrassée de ses oripeaux égalitaires et sociaux, qui se transforme ainsi en une référence hostile aux classes populaires issues de l'immigration : le coeur de la supercherie . Haro sur l'immigré et l'assistanat dont il bénéficie, réduisons ses avantages sociaux, il sera très aisé, ensuite, de réduire les avantages sociaux des Français .

" Le National-Républicanisme " : une vision similaire de la France . La République universelle et son destin particulier . " La République dotée d'un Etat à la main droite d'autant plus forte que sa main gauche devient défaillante " ( Joseph Confavreux, Marine Turchi ) . " Une lecture autoritaire et conservatrice de la société " .

Identifier cette " gangrène " qui paralyse le camp supposé " progressiste ", de moins en moins capable de proposer au peuple un projet politique plus convaincant que celui du Front National ( version Philippot ) , n'est pas chose aisée et impose un détour par l'histoire récente . Le moment actuel de confusion politique mêlée d'un certain goût, de quelques-uns, pour les transgressions, possède un arrière-plan intellectuel presque souterrain dans lequel chacun de ces enragés de la République vient puiser pour accentuer le brouillage idéologique autour de cette république qui ne saurait plus être que solitaire et autoritaire, " ultime vigie dans un monde déboussolé " .

Brouillage idéologique passé par différents canaux intellectuels et militants qui a déréglé le partage des rôles entre la gauche et la droite .

L'essor du " National-Républicanisme " s'est déroulé en trois temps .

Le premier temps, au début des années 1990, sera celui des " aventuriers transgressifs ", de " francs-tireurs marginaux ", autour d'un illuminé Jean-Hedern Hallier et de sa publication " L'idiot international ", avec ce titre de mai 1993 : " Vers un front national " ( des républicains ) .

Le deuxième temps, dans la seconde moitié de la même décennie, sera chevènementiste, plus structuré, avec le slogan : " La réunion des républicains des deux rives " . Les républicains ont alors le vent en poupe comme le montre une tribune publiée par Le Monde, le " 4 septembre 1998 " ( date anniversaire de la IIIe République ) et titrée : " Républicains, n'ayons plus peur " !

Après l'échec de Jean-Pierre Chevènement à l'élection présidentielle de 2002, et dans le sillage de la reconfiguration géopolitique " post attentats de septembre 2001 " et " Guerre du Golfe de 2003 ", la nébuleuse " nationale-républicaine " se scinde en deux, et entame le troisième temps de sa mutation . Une partie de cette nébuleuse résolument anti-islamiste se rapproche de la mouvance " Marine Le Pen " et rompt définitivement les amarres avec la gauche ; l'autre partie de la nébuleuse se retrouve plutôt du côté du " Parti de Gauche " .

Nous tenterons dans le prochain billet de comprendre les articulations de ces trois périodes qui nous ont conduits, aujourd'hui, à l'hégémonie des idées du Front National .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens