Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2015 1 21 /09 /septembre /2015 13:46
lesechos.fr

lesechos.fr

" Ô buveuse de sang qui, farouche, flétrie, / Hideuse, entraîne l'homme en cette ivrognerie ... / Folle immense de vent et de foudres armée, / A quoi sers-tu géante, à quoi sers-tu fumée, / Si tes écroulements reconstruisent le mal, / Si pour le bestial tu chasses l'animal, / Si tu ne sais, dans l'ombre où ton hasard se vautre, / Défaire un empereur que pour en faire un autre ." ( Victor Hugo, Bêtises de la guerre, 1871 ) .

Avons-nous vu le pire en Syrie ? Non ! L'émotion suscitée par l'exode des réfugiés syriens devant les crimes de l'Etat islamique, le repli des pays européens devant les menaces de leurs extrêmes-droites de plus en plus menaçantes, la mauvaise foi de pays arabes se revendiquant d'un islam radicalisé et ayant soutenu financièrement l'ascension de cet " EI ", l'irresponsabilité de dirigeants occidentaux ayant mis à feu et à sang le Moyen-Orient ces dernières années, la folie de dictateurs s'étant placés hors du genre humain, pourraient bien céder la place, dans un temps peu éloigné, à un défi plus redoutable encore pour nos consciences : la résignation ! Une résignation née de notre accoutumance à n'être plus que les spectateurs impuissants d'horreurs commises loin de nous . Une résignation nourrie par la légèreté de nos responsables politiques incapables de définir une stratégie de mise en échec de l'entreprise de mort poursuivie par des fanatiques, mais toujours prompts à désigner des coupables, et peu importe si ce ne sont pas les vrais coupables du moment que l'on éloigne de soi certaines suspicions souvent justifiées .

Ces derniers jours les médias attirent notre attention sur la Russie qui achemine de l'armement lourd et quelques centaines d'hommes de ses forces spéciales sur le territoire syrien, sans commentaires, laissant ainsi planer une ambigüité criminelle sur le dessein des Russes . Pourtant, il est facile de comprendre le sens de ces manoeuvres . Les Russes affichent une volonté claire : abattre l'EI, l'empêcher par tous les moyens d'étendre ses métastases jusqu'aux républiques musulmanes qui s'étirent tout au long de leur frontière sud . Et ils ont compris que cela passe par une alliance provisoire avec Bachar-el Assad . La résistance syrienne au dictateur est trop divisée et dépendante du front Al-Nosra ( Al-Qaïda ) .

Ce constat éclaire la stratégie nécessaire pour abattre le califat auto-proclamé . Tout le monde est d'accord pour reconnaître que les frappes aériennes sont vaines sans une intervention au sol . Or, dans la mesure où les Occidentaux, échaudés par les échecs subis en Afghanistan et en Irak, ne veulent plus se retrouver piégés dans ce Moyen-Orient qu'ils ne comprennent plus, quelle est la seule armée organisée capable d'affronter, aujourd'hui, au sol, les djihadistes ? C'est celle de Bachar-el-Assad .

Nous ne sommes plus dans les montagnes reculées de l'Afghanistan où ont prospéré les talibans, mais sur de vastes étendues arides, ces steppes qui entourent Palmyre, où personne ne peut passer inaperçu . Coordonner les frappes aériennes occidentales avec une opération au sol de l'armée syrienne, avec l'aide des services de renseignement syriens, les mieux informés sur les dispositifs de défense des islamistes, par là passe la solution .

Une alliance avec Damas, oui, de circonstance, pas indispensable pour neutraliser l'ennemi commun, et préparer les conditions de la sortie de crise en Syrie . Il ne fait aucun doute que que le Président syrien aura à répondre, un jour, devant son peuple, des morts et des destructions dont il porte la responsabilité . Il n'en demeure pas moins, qu'aujourd'hui, il est un élément incontournable du processus de sortie de crise .

D'ailleurs, le Conseil de Sécurité des Nations Unies vient de reconnaître la nécessaire participation de tous les protagonistes à une solution négociée en Syrie, y compris Bachar-el-Assad .

Nier cela, c'est prendre le risque d'une recrudescence des actes terroristes, c'est aussi se condamner à rester les spectateurs d'une pression migratoire croissante à laquelle l'Union Européenne ne résistera pas longtemps . Et les " vols de reconnaissance de nos rafales ", au nom " d'une soi-disant légitime défense " - dernière invention présidentielle - n'y changeront rien

Et pourtant F. Hollande, Laurent Fabius, Jean-Yves Le Drian persistent à exiger comme préalable à toute solution, le départ de Bachar-el Assad . Mais qui prendra la suite ? Aucune personnalité n'émerge, dans l'immédiat, dans l'opposition syrienne divisée . Que veut-on à l'Elysée ? Une deuxième Libye ? Depuis quatre ans et demi que dure le conflit syrien, cette position dogmatique n'a fait évoluer qu'une seule chose : l'extension des territoires occupés par l'EI .

Sauf à se dire que l'Elysée n'est mû que par un seul souci - ce que je me refuse, bien évidemment, de croire - : complaire aux amis saoudiens et qataris qui achètent les " rafales " de Monsieur Dassault .

NB : d'après l'article d'Horace Bénatier, Maître de Conférence , Humanité du vendredi 18 septembre 2015 , " Pour l'ouverture d'un processus politique en Syrie " .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens