Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 14:00
" La guerre et la paix ", Picasso, 1952,  Musée Château de Vallauris . ( 18 panneaux d'isorel fixés sur une armature en bois, courbe ).

" La guerre et la paix ", Picasso, 1952, Musée Château de Vallauris . ( 18 panneaux d'isorel fixés sur une armature en bois, courbe ).

" Le plat et noir pays mental auquel nous assigne l'Etat islamique ... qui ne suscite aucune résistance, ne déclenche pas la moindre réflexion et suscite, chez nos élites, une véritable peur de penser ... " . ( Martine Gozlan, journaliste, " Pourquoi on ne fait rien ", Marianne No 958 ) .

L'Etat islamique a encore du temps devant lui . Egorgements, décapitations, viols, esclavage sexuel, destructions de trésors antiques, flots de réfugiés aux portes de l'Europe peuvent se poursuivre en toute impunité . Les états-majors américains font savoir au Président Obama que la lutte contre l'Etat islamique durera au moins une décennie - c'est à dire le double , au moins - à coups de drones " espions " et de drones " tueurs ", puisqu'il n'est pas question d'utiliser de troupes au sol, pourtant la seule issue à la tragédie que vivent les peuples du Moyen-Orient .

Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, l'Occident hanté par l'horreur d'Auschwitz, n'avait qu'une obsession: " que personne ne puisse plus jamais dire, je ne savais pas " ! Avec l'Etat islamique, tout le monde sait, puisque les djihadistes veulent que tout le monde sache .

En dehors de théories très lacunaires " d'experts en expertologie " qui nous maintiennent dans l'erreur sur l'horreur, les grandes intelligences européennes ne proposent qu'un silence compassé .

Le silence de " la non-pensée " : c'est que aligner sur une table toutes les cartes des paralysies occidentales : politique, stratégique, idéologique, pourrait se révéler dangereux car ce serait mettre en évidence les alliances hasardeuses et les compromissions fatales de cet Occident .

Entre la " Fin de l'histoire " prophétisée par l'Américain Francis Fukuyama, au lendemain de la chute de l'Union Soviétique, message tout compte fait assez optimiste, et l'intervention semeuse de chaos de Bush en Irak, en 2003, qui relance cette même histoire, aggravée par la décision insensée d'un petit Président français d'intervenir en Libye, en 2011, - excité par un intellectuel de pacotille se rêvant en Malraux - plus personne n'ose prendre position . Pourtant, c'est cette guerre qui a livré aux djihadistes les énormes arsenaux de l'ex-dictateur Kadhafi .

Au mieux, nous demande-t-on de tourner nos regards vers le véritable danger - supposé - Vladimir Poutine, afin de cacher la peur de penser l'avenir du Moyen-Orient .

Le deuxième piège dans lequel l'Occident s'est enfermé réside dans cette " coalition vénéneuse " qu'on appelle l'OTAN qui nous conduit à frapper l'ennemi avec ceux qui l'ont protégé : la Turquie, en accord avec ceux qui l'ont enfanté : l'Arabie Saoudite, dont le système judiciaire est fondé sur une charia tout ce qu'il y a de plus islamique . En dehors de quelques intellectuels encore honnêtes et d'imans encore libres en Occident, bien que vivant sous la menace, aucune autorité musulmane officielle n'a jamais encore osé affirmer que " l'Arabie Saoudite ce n'est pas l'islam " .

C'est ainsi que, " c'est avec des gens qui décépitent, exhibent, voilent, traquent et persécutent les femmes que nous frappons des gens qui décapitent, exhibent, violent, traquent et persécutent les femmes " .( Martine Gozlan ) .

Quant à Recep Erdogan, le nouveau sultan de Turquie, qui achète le pétrole de l'Etat islamique et le soutient depuis le début, c'est seulement aujourd'hui qu'il consent à égratigner " Daesh ", à condition que l'Otan le laisse libre de frapper les Kurdes - l'ennemi héraditaire - bien plus durement, alors que ces derniers sont les seuls à combattre au sol les djihadistes .

Voilà de quelles aberrations se nourrit " l'Absurdistan mental " ( Martine Gozlan ) dans lequel est plongé l'Occident .

Le troisième piège qui paralyse l'Occident, et particulièrement la France, est la présence dans le débat politique d'une extrême-droite politiquement forte, un FN dont la présidente a su - très habilement - réorienter l'idéologie de son mouvement, de l'antisémitisme du père vers le message anti-musulman - . Le résultat en est un sentiment de culpabilité qui s'empare de tous ceux qui veulent condamner l'islamisme, hantés par la peur d'être accusés de faire allégeance à l'extrême-droite allergique à l'islam et qui monte partout en Europe .

Les " panneaux signalétiques " ne manquent pas, après chaque démonstration terroriste, qui traduisent cette auto-censure , car il ne faut pas alimenter le fond de commerce du FN : " Attention aux amalgames " ! ... Cela n'a rien à voir avec l'Islam ! ... Le salafisme n'a rien à voir avec le djihadisme ! " ... Et perle, parmi les perles, la dernière prise de position d'un journaliste de Mediapart : " L'islamisme n'existe pas " !

Voilà comment on prend un phénomène historique avec des pincettes ou avec des gants : on le définit par ce qu'il n'est pas . Dire les choses, c'est être récupéré par le FN !

Marine Le Pen - et ses amis européens - n'ont plus qu'à prospérer sur " les cendres de la réflexion " .

Le dernier piège, éminemment idéologique, se referme sur nous avec " le spectre du religieux " : nous sommes tétanisés par le caractère religieux de cette barbarie, comme l'a démontré l'injonction du gouvernement français aux médias, de ne plus parler d'Etat islamique mais de " Daesh ", qui signifie la même chose . Il y a évidemment de l'islam dans l'Etat islamique - tout comme l'inquisition était une production chrétienne - . Refuser d'admettre cela, c'est amplifier la jouissance des bourreaux .

On se souvient du mot de Camus : " Mal nommer les choses, surtout quand elles se sont nommées elles-mêmes, c'est ajouter aux malheurs du monde " .

C'est pourtant ce que l'on fait en voulant, ainsi, jeter un voile sur les banlieues où l'identification à la religion est devenue le passeport de survie et qui continuent à faire peur .

C'est aussi montrer combien en France reste prégnant le syndrome des guerres de religion que l'on croyait résolu depuis 1905 et qui nous revient en boomerang, avec la montée d'une autre religion dont nous avons du mal à décrypter le message .

Aussi, n'irons nous pas enquêter, en profondeur, sur le phénomène de ces vingt jeunes de la petite ville héraultaise de Lunel, partis en Syrie faire leur djihad, dont la moitié sont déjà morts .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens