Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 15:03
" Il faut engager un bras de fer avec l'Allemagne ". (1) .

(1) . Thomas Picketty, Entretien à Marianne, No 947, du 12 juin 2015 .

" La dette est une question politique, citoyenne, pas technique . A trop la laisser à un petit groupe d'experts, de technocrates et de financiers, on arrive justement à des solutions idéologiques " . ( Thomas Picketty ) .

" Nos défaites, voyez-vous, ne prouvent rien sinon que nous sommes trop peu nombreux à lutter contre l'infamie mais nous attendons de ceux qui nous regardent sans rien faire qu'ils éprouvent quelque honte ..." ( Bertolt Brecht ) .

Oui, le compte à rebours a commencé en Grèce . La sortie de la zone euro interviendra, tôt ou tard . Les épreuves et les défaites valent mieux que l'immobilisme et les pièges de la résignation .

De quoi a-t-on discuté jusqu'à présent ? De l'obligation pour les Grecs de payer jusqu'à 4% de leur PIB en impôts, en plus de ce que nécessitent leurs dépenses publiques, pour rembourser leur dette . C'est pourquoi l'Union Européenne exige, que les montants des retraites soient encore abaissés, alors qu'ils ont été réduits de moitié depuis cinq ans, les salaires contractés encore, la flexibilité du travail aggravée . . A vouloir que les Grecs payent à tout prix, l'Europe invente le paiement éternel, la pénitence éternelle .

Les jeunes Grecs ne sont pas plus responsables des bêtises de leurs parents que les jeunes allemands des années Cinquante ( à une autre échelle ) .

Soyons clairs ! Cela ne se fera pas . Ce que les Allemands veulent à tout prix éviter : restructurer la dette grecque, et avec elle l'ensemble de celles des pays de la zone euro, on finira de toute façon par le faire .

N'en déplaise à Berlin, l'histoire économique nous enseigne qu'on a déjà vécu des situations d'endettement public encore plus élevé qu'aujourd'hui . Pour en sortir, il y a la méthode lente, celle que l'Europe demande aujourd'hui à la Grèce de suivre qui consiste à réaliser des économies comme le ferait un ménage, autrement dit à faire des excédents budgétaires importants selon le principe que le contribuable populaire enrichit les rentiers du pays .

C'est la voie retenue par l'Empire Britannique, au XIXe siècle, après Waterloo ( dans l'actualité de ces derniers jours ) . L'Angleterre avait financé toutes les guerres européennes engagées contre Napoléon et en était ressortie exsangue . Mais le redressement économique lui prit un siècle : et encore avait-elle ses colonies derrière elle . Charles Dickens témoignera de la misère qui avait envahi les Iles Britanniques .

Puis il y a la méthode rapide, qui permet aux peuples de souffrir moins longtemps de mesures injustes et injustifiées, qui combine plusieurs mécaniques : beaucoup d'inflation, des impôts exceptionnels sur les patrimoines privés les plus élevés, et des réductions de dettes pures et simples comme le montre la Conférence de Londres de 1953, qui effaça 60% de la dette extérieure allemande .

Angela Merkel ou son Ministre des Finances Wolfgang Schäuble, qui n'a qu'une idée en tête, pousser la Grèce hors de la zone euro, n'en veulent pas .

Cinq mois viennent d'être perdus dans les négociations UE-Grèce à cause de la France qui s'est mise hors-jeu des discussions, de suite après les élections grecques du 25 janvier 2015, laissant le nouveau gouvernement grec seul, face à Berlin .

Rien n'obligeait F. Hollande à agir ainsi . L'Allemagne toute seule, sans l'accord de la France, n'aurait pas pu imposer ses choix au reste de l'Europe . Encore une fois, la pusillanimité de F. Hollande, lui fera porter une lourde responsabilité historique dans les mois qui viennent .

La France, sauf à choisir de se suicider, n'a pas le choix . Elle doit engager un bras de fer avec l'Allemagne, avec à ses côtés, l'Italie, La Grèce, demain l'Espagne, pour lui dire qu'il ne peut pas y avoir de monnaie unique sans un minimum de processus démocratique sur les questions du choix des déficits publics, de la supervision de la BCE, du niveau des investissements, de l'union bancaire .

Un Parlement de la zone euro s'impose et non pas un ministre des finances de cette zone qui ne sera qu'un technocrate de plus .

Les Allemands en prendront ombrage au début . Mais bien que férocement attachés au refus des déficits budgétaires, parce que leur population est vieillissante et qu'il faut lui payer des retraites par capitalisation, s'ils jugent la détermination de la France inébranlable, ils céderont .

Ils ne prendront pas le risque politique et historique et surtout la responsabilité de l'échec définitif de la construction européenne . 1945, c'était hier !

Le moment est donc venu pour la France de dénoncer le Traité de 2012 ( TSCG ) . Les élections grecques n'ont visiblement pas été suffisantes pour faire bouger le gouvernement français, celles à venir en décembre, en Espagne, pays d'une autre taille que la Grèce, pourraient l'être ...

Le sommet européen de ce lundi 22 juin 2015 nous dira où en est le niveau de courage du " silencieux " des sommets européens .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens