Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2015 4 09 /04 /avril /2015 14:01
" La froide matière des statistiques " .

" Au cours des dernières décennies, le néolibéralisme a été si hégémonique qu'il n'a toléré aucun projet politique alternatif, même venant de l'intérieur des élites ... La solidité du bloc au pouvoir n'a de ce fait laissé aucune prise aux mouvements populaires " . ( Gérard Duménil et Dominique Lévy, " Alliance au sommet de l'échelle sociale ", Le Monde Diplomatique, juillet 2010 ) .

Cette tyrannie du système organisée grâce à un outil implacable, la " dictature des marchés ", est attestée par la solitude du gouvernement grec face à l'intransigeance européenne .

Il n'est pas inintéressant de relever, à cet égard, que la crise financière et économique de 2008 n'a pas ébranlé l'unité des classes dominantes .

Encore une fois, citons P. Moscovici, socialiste français et commissaire européen aux affaires économiques, qui apporte une illustration parfaite à ce débat . A propos de la Grèce, il ne manifeste aucun état d'âme : " Nous employons la logique du 70-30 ", explique - t-il doctement . " 70% de mesures ( voulues par Bruxelles ) ne sont pas négociables, 30% peuvent être changées ", ce à quoi s'empresse d'ajouter Mme Merkel : " Dès lors qu'elles ont le même effet " . ( The Financial Times du 25 mars 2015 ) .

Mais de quel effet parlons-nous ?

Du taux ascensionnel des suicides ( + 35% après les mesures d'austérité du mois de juin 2011 ), des malades mourant faute de médicaments et de médecins dans les hôpitaux, du traitement infligé par des eurocrates, proches du règne animal, n'ayant en tête qu'une première expérimentation de dislocation sociale brutale et à grande échelle ?

Le tableau crépusculaire que présente la Grèce aujourd'hui avec ses drames de la faim, du froid et du chômage intenable vient de s'enrichir de nouveaux détails grâce à une étude de deux économistes ( Tassos Giannitsis et Stavros Zografakis ) publiée le 19 mars 2015 par la Fondation " Hans- Böckler ", proche de la Confédération allemande des syndicats .

L'étude conduite par les deux universitaires porte sur les revenus d'un échantillon de 260 000 foyers grecs, et dresse le bilan cinq années d'austérité . Nous sommes loin " de la matière froide des statistiques ", des PIB nationaux, des taux de croissance, des salaires médians, des moyennes de ceci et de cela et autres billevesées uniquement chargés d'occulter les réalités sociales .

Entre 2008 et 2012, les revenus avant impôt des Grecs chutent de 22,6% . Une moyenne " froide " et sans aspérités .

La réalité dénoncée par les deux économistes est tout autre . Les seuls salaires sont scalpés de 27,4%, mais selon un régime qui mérite qu'on s'y attarde : les 10% des salaires les plus bas plongent de 34,6% tandis que les 1% les plus hauts ne dérapent que de 4,8% . Et, loin des moyennes déformantes, les trajectoires des foyers réels, montrent encore autre chose : ainsi, les 10% des ménages les plus pauvres de 2012, ont perdu en cinq ans 86,4% de leurs revenus, les 10% les plus riches ne subissant qu'une décote de 17% .

Certes, nous objectera- t -on, les Européens n'ont jamais promis le rétablissement de l'égalité chère à la Cité de Sparte, " la baisse des salaires n'était qu'un outil stratégique pour restaurer la compétitivité " . Soit ! Mais alors l'échec est cuisant . " En 2014, malgré le tranchoir de la troïka, les exportations restaient inférieures de 11,9% à celles de l'année précédant la crise " .

Pour atteindre l'équilibre budgétaire exigé par Bruxelles, les coupes dans les dépenses publiques comme l'éducation et la santé, se sont accompagnées de hausses massives d'impôts . Et dans ce domaine également les iniquités ont prévalu . Entre 2008 et 2012, " le fardeau fiscal a augmenté de 337,7% sur les faibles revenus et de 9% sur les déciles supérieurs " . Cherchez l'erreur !

Et encore ! Il est utile de préciser que, pauvres et riches présents dans l'échantillon ont payé pour le troupeau des évadés fiscaux en tête desquels on trouve les armateurs milliardaires .

Le nouveau projet européen : la dislocation sociale !

NB : d'après le billet de Pierre Rimbert, Le Monde diplomatique d'avril 2015, " Le Dr Folamour à Athènes " .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

laute 09/04/2015 21:52

Nous étions 300 000 dans les rues pour dire stop à l'austérité. Continuons le combat. Ne lâchons rien. Vive "m6r" !

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens