Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 14:06
rapport ADEME .

rapport ADEME .

" Les graves erreurs de gouvernement sont causées par la peur d'accomplir les changements internes radicaux, alors même que le besoin a été clairement perçu ", ( Frank Herbert, auteur de " Dune " ) .

Les 14 et 15 avril prochains, l'ADEME ( Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie ), placée sous la tutelle des Ministères de l'Ecologie et de la Recherche, organise un colloque sur les énergies renouvelables dans la production d'électricité en France intitulé : " 40% d'électricité renouvelable en 2050, la France est-elle prête ? " .

Au départ, il devait y être présentée, en avant première, une étude de l'agence, sur un scénario bien plus radical : " Une France en 2050 dont 100% de l'électricité serait produite par des sources renouvelables : hydraulique, éolien, photovoltaïque, géothermie, bois, méthanisation, énergies marines ", rapport très attendu et annoncé depuis des mois par l'ADEME .

Mais la séance de présentation du document a été retirée du programme à quelques jours de la réunion ( Le Monde du 4 avril et La Gazette des communes du 17 mars ) .

Fruit de 14 mois de travail, précis et argumenté, soumis à un comité scientifique constitué d'experts nationaux et internationaux du domaine de l'énergie, aux spécialistes de RTE ( filiale de transport d'électricité d'EDF ), à l'Agence internationale de l'énergie, à l'IDRI ( Centre de recherches de Sciences PO ), à Météo France ou encore Total, le rapport de 119 pages explique que " rien n'empêche qu'en France 100% de l'électricité provienne de sources renouvelables , en 2050 " .

Ce texte semble déranger beaucoup de monde ! ( EDF , Areva, Total ... Courage politique ? )

( Voilà ce que nous apprend le site Mediapart, Christophe Gueugneau et Jade Lindgaard, le 8 avril 2015 ) .

L'objectif du rapport était de vérifier la crédibilité de l'hypothèse d'un mix électrique 100% renouvelable en 2050, même avec des conditions météos défavorables . Le premier enseignement qu'on peut en tirer est que la France dispose d'un potentiel renouvelable considérable : la production pourrait atteindre trois fois la demande escomptée permettant d'y répondre " sans défaillance ", en satisfaisant la consommation à tout moment du jour et de la nuit .

L'ADEME décompose la production ainsi : 63% d'éolien, 17% de solaire, 13% d'hydraulique et 7% de thermique renouvelable incluant la géothermie , dans un cadre bien établi : baisse de la production de 11% face à une baisse de la consommation de 14% grâce aux politiques d'économie de l'énergie .

La démarche des auteurs a été très rigoureuse, procédant à des calculs " au pas horaire ", c'est à dire pour chaque heure de l'année .

Une modélisation par région a été réalisée sur toutes les filières renouvelables, pilotables ou non : éolien terrestre, en mer, filières marines, photovoltaïque, hydraulique, géothermie, incinération d'ordures ménagères, cogénération au bois, solaire thermodynamique à concentration, centrales hydroélectriques à réservoirs .

La large part accordée à l'éolien s'appuie sur une nouvelle génération de machines adaptées aux régions où les vents sont plus faibles .

Ajoutons que la réflexion sur l'acceptabilité sociale d'une très forte hausse du nombre de mâts éoliens n'a pas été éludée : une proposition, pour la limiter, est faite à partir d'une extension de panneaux solaires sur les toitures, l'émergence de la filière " houlomotrice ", ( énergie des vagues ) et beaucoup de stockage .

Les auteurs insistent également sur l'importance de la mixité technologique, notamment de la complémentarité entre solaire et éolien comme " facteur de résilience " du système électrique aux phénomènes météorologiques extrêmes .

L'enjeu du stockage est aussi pris en compte et distingue trois processus : le court terme par batteries ; l'infra-hebdomadaire par le recours aux stations de transfert d'énergie par pompage ( STEP, deux bassins hydrauliques à des altitudes différentes ) et l'inter-saisonnier par la filière " méthanation " et gaz .

L'étude a ensuite procédé à la comparaison de plusieurs scénarios : 100% renouvelable, 95%, 80% et 40% .

Les organisateurs du colloque des 14 et 15 avril ont choisi de n'explorer que l'hypothèse basse : cherchez l'erreur !

Les auteurs, dans leurs conclusions, se montrent très raisonnables : " Cette étude ne fait qu'apporter une première pierre à un édifice qu'il sera nécessaire de construire les années prochaines ... " . Mais alors, pourquoi font-ils peur ?

La réponse à la question se trouve peut-être dans le chapitre où sont étudiés les coûts du passage du " presque tout nucléaire " au " renouvelable " . Il y est dit - révélation fracassante qui secoue les idées reçues - que cela ne coûterait pas plus cher que de maintenir le nucléaire à 50% du mix et que l'objectif est parfaitement atteignable " à coût maîtrisé " .

Ainsi, pour le cas de référence qu'est l'année 2050, le coût annuel total est de 50 Mds d'€ répartis comme suit : 65% pour l'essor des énergies renouvelables, 8% pour le stockage, 23% pour les réseaux de distribution et 4% pour le réseau très haute tension, à la norme européenne, 400kv .

Mais qui ne voit au-delà de ce coût maîtrisé coût, les intérêts économiques : relance de l'économie, investissements, nouveaux emplois, lutte contre le chômage, activités non délocalisables . Une mine d'emplois sans limite, si l'on y ajoute les travaux de démantèlement des centrales nucléaires .

Et l'étude ne s'arrête pas là . Elle accorde une place au meurtre d'une autre idée reçue, le coût de l'électricité produite, à l'horizon envisagé .

Les auteurs estiment le coût de la production d'énergie, à ce moment là, dans le système 100% renouvelable, à 119€ le MegaWatt heure ( MWh ) . Mais, surprise, avec seulement 40% de renouvelable, et donc 50% de nucléaire selon la volonté de F. Hollande, ce coût est évalué à 117 € le MWh , soit le même niveau . Mais alors, qu'est-ce qui nous empêche d'arrêter le nucléaire ? Les lobbies ?

Il y a trois jours, je m'en prenais aux " Verts ", les priant de fermer leur gueule ; aujourd'hui, je me désavoue : je leur demande de l'ouvrir et de défendre ce rapport, de secouer le gouvernement, d'emmerder les medias silencieux sur le sujet .

NB : En tapant ce billet, j'apprends que, sous la pression, l'ADEME vient de télécharger son rapport, sur son site . Mais à une place , à l'accès très compliqué .

Pour obtenir les chiffres détaillés de l'étude, je conseille l'article de Christophe Gagneau et Jade Lindgaard sur le site Mediapart du 10 avril, " Le rapport caché sur une France 100% renouvelable " .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens