Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 14:52
La retirada : frontière du Perthus !

La retirada : frontière du Perthus !

" Contre ce peuple espagnol, dont Albert Camus devait dire " qu'il détient quelques-uns des secrets royaux que l'Europe cherche désespérément à formuler ", tous se liguèrent : l'armée franquiste, l'Italie fasciste,, l'Allemagne nazie, les " démocraties d'argent " - Angleterre et France - complices " . ( Jean-Pierre Barou, auteur de " La guerre d'Espagne ne fait que commencer ", janvier 2015, Seuil ) .

Trois Prix Nobel de littérature condamnèrent sans appel " La croisade " du général Franco et de l'Eglise catholique espagnole, contre la République légitime .

L'Allemand Thomas Mann : " Le scandale le plus immonde de l'histoire de l'humanité " . André Gide et A. Camus, y virent : " un avilissement sans précédent de l'esprit " . L'écrivain catholique et monarchiste Georges Bernanos y pressentit " la disparition de l'homme de bonne volonté " .

La guerre civile espagnole ( 1936 - 1939 ) devait enfanter une dictature militaire impitoyable, qui devait durer quarante ans .

En cette année 2015, les Espagnols pensaient pouvoir se préparer à célébrer la fin du franquisme, avec l'anniversaire de la mort du Caudillo ( le Guide ), le 20 novembre 1975 . Cela risque de s'avérer difficile .

En effet, le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, aux abois, vient de faire voter par sa majorité parlementaire issue du " Partido Popular " - , sous la pression de son aile la plus ultra, la Loi la plus liberticide de ces quarante dernières années, les années de l'Espagne démocratique . Résumons la, pour l'instant, en quelques mots : en finir avec les manifestations populaires de rue .

Rappelons que l'Espagne n'a pas d'extrême-droite institutionnelle dans son spectre politique parce qu'elle n'en a pas besoin : son extrême-droite rassemblée autour des nostalgiques du franquisme a su se fondre dans le " Parti Populaire ", pour peser avec plus d'efficacité sur les décisions politiques et être toujours représentée au Parlement .

En politique, les Espagnols sont passés maîtres dans l'art de toujours trouver le mot juste . La loi Rajoy a déjà son nom : " La ley mordaza " ( La loi bâillon ) contre laquelle tout ce que le pays a de démocrates se lève déjà, de l'opposition aux nombreux mouvements sociaux . Ce texte entrera en application le 1er juillet 2015 .

La genèse de cette mesure est très facile à saisir . L'Espagne est entrée en 2015 dans une période de turbulences puisque trois échéances électorales majeures l'attendent . Dans quelques semaines, les élections municipales, suivies aussitôt des élections régionales, importantes car " las comunidades ", les régions, jouissent en Espagne d'une autonomie très large . Ces échéances seront suivies, au mois de décembre, d'élections générales, qui désigneront les Députés et les Sénateurs au Parlement de Madrid .

Le Parti Populaire est très bas dans les sondages, aussi cherche-t-il, à reconquérir son électorat le plus radical, par un texte qui ne peut que séduire les nostalgiques de la dictature .

Et nous en arrivons aux " 87 000 " ! Mariano Rajoy veut mettre un terme à toutes les manifestations anti - austérité qui ont ébranlé son gouvernement depuis son arrivée au pouvoir en 2011 .

Pas moins de " 87 000 manifestations " ont été recensées dans les deux dernières années . ( Marianne No 939, page 60, Diane Cambon ) . Alors le gouvernement a décidé de mettre en garde tous les esprits rebelles du pays, à coups de peines de prison et d'amendes sévères .

Manifester devant le Sénat ou le Congrès ( Assemblée Nationale ), ou tout Parlement régional, sera puni par une amende pouvant aller de 6000 à 30 000 € .

Tout refus de décliner son identité à un agent des forces de l'ordre, situation courante, lors de grandes manifestations, sera puni du même niveau d'amendes .

Finies les manifestations écologiques, tout comme les mobilisations spontanées, même festives,( sauf les processions, cela va de soi ) . Les organisateurs risquent une contravention pouvant aller jusqu'à 600 000 € . De quoi ruiner une ONG !

Les journalistes ne sont pas oubliés ! Il leur est rendu plus difficile, l'exercice de leur métier . Photographier ou filmer un policier durant une manifestation peut coûter 600 € et la confiscation du matériel . Il s'agit, dans ce cas, d'enrayer la détérioration de l'image de la police, trop de clichés ont circulé sur le Web, montrant des policiers passant à tabac des manifestants .

Rappelons à ce stade que l'Espagne est un membre éminent de la très démocratique Union Européenne .

Que célèbrera l'Espagne le 20 novembre prochain ? La fin du franquisme ou la résurrection de Franco ?

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens