Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 14:50
Arabie Saoudite : le désert .

Arabie Saoudite : le désert .

" Tout porte à croire que, malgré leur opposition idéologique, le wahhabisme saoudien et le courant des Frères musulmans vont poursuivre leur expansion . Leur avatar commun, le djihadisme, devrait lui aussi se renforcer " . ( Nabil Mouline , chercheur au Centre d'études interdisciplinaires du fait religieux, de l' EHESS ) .

A force de trop vouloir focaliser notre attention sur " le furoncle " du traditionalisme musulman, le djihadisme, on nous détourne de l'essentiel, les ambitions hégémoniques de la tradition nées au cours de la deuxième moitié du IXe siècle, au prix de combats acharnés .

Au XIXe siècle, l'ordre ancien est progressivement secoué, dans les pays arabes, par le choc colonial et laisse pénétrer en terre d'islam des discours et des systèmes de valeurs occidentaux . Ces discours offrent une nouvelle conception du monde et permettent à des courants intellectuels, politiques et religieux de s'épanouir, sans que le courant traditionaliste disparaisse pour autant le courant traditionaliste .

Celui-ci s'adapte, forcé mais provisoirement, au début du XXe s., avant de réapparaître avec la prétention de jouer un rôle structurant en tant que défenseur des vraies valeurs de l'Islam .

L'expérience saoudienne est la plus impressionnante par son ampleur et sa longévité . Le wahhabisme ( l'une des quatre écoles juridiques et théologiques du sunnisme ), fondé par Mohamed ben Abdelwahhab, se conçoit, dès son apparition au XVIIIe s., comme la seule vraie religion . Littéraliste, conservatrice et exclusiviste, cette interprétation de l'Islam doit s'imposer à tous les croyants . Ceux qui la refusent sont déclarés hypocrites, hérétiques ou mécréants .

C'est entre les deux guerres mondiales que le fondateur du royaume saoudien moderne, le roi Abdel Aziz ( dit Ibn Séoud ), fort d'avoir préservé l'indépendance de son pays au milieu de la recomposition de la région par les puissances occidentales ( accords Sykes- Picot de 1916 ), entreprend sa grande opération qui doit redorer le blason du wahhabisme, qu'il rebaptise, d'ailleurs : " salafisme ", du nom des trois premières générations de musulmans, les " salafs " . Sa réussite sera d'avoir permis à cette doctrine - une parmi les autres, à l'origine - d'acquérir le statut de nouvelle orthodoxie, acquisition facilitée par la présence des lieux saints sur le territoire saoudien mais aussi par la simplicité de ses préceptes et le zèle de ses adeptes .

La grande expansion du wahhabisme va commencer avec les années 1960, à la faveur des luttes qui opposent l'Arabie Saoudite, théocratie, à l'Egypte en voie de laïcisation de Gamal Abdel Nasser, et grâce à la manne nouvelle des pétrodollars . ( Mais la défaite de l'Egypte contre Israël, guerre des six jours, de juin 1967, disqualifie cette dernière du leadership panarabique ) .

Le royaume inaugure alors une politique que l'on pourrait qualifier de " solidarité islamique " . Plusieurs organisations voient le jour, politiques, économiques, sociales, éducatives et religieuses : la Ligue islamique mondiale, l'Université islamique de Médine, etc ...

L'Arabie Saoudite va dépenser sans compter pour exporter son islam . La Ligue islamique mondiale étend ses activités à des dizaines de domaines : construction de mosquées, aide humanitaire, jeunesse, enseignement, fatwas, apprentissage du Coran ... L'Université de Médine forme des saoudiens et des étrangers à porter la " bonne nouvelle " à travers le monde . Depuis sa création en 1961, cette université a formé plus de 45 000 cadres religieux de 167 nationalités différentes auxquels il faut ajouter des milliers d'étudiants étrangers qui passent par d'autres établissements d'enseignement saoudiens et autres organismes officieux et privés .

Car il s'agit aussi de concurrencer et de discréditer les représentants religieux qui détenaient la parole théologique jusque-là, tels ceux de l'Université d'Al Azhar en Egypte, fondée en 970, ou ceux de la mosquée de la Zitouna en Tunisie, ou encore les théologiens de l'Université la Qaraouiyine au Maroc, fondée en 859, la plus ancienne .

Le monde médiatique et virtuel n'échappe pas non plus à la vigilance des autorités politico-religieuses du royaume . Des dizaines de chaînes satellitaires, des centaines de sites Internet ont vu le jour, les réseaux sociaux ont été pris d'assaut . Toutes sortes de services y sont proposés en plusieurs langues . Mais les moyens de communication traditionnels ne sont pas oubliés . Des millions de brochures, de cassettes, de CD et de livres pieux ont été déversés à travers le monde, à des prix modiques, parfois gratuitement, depuis les années 1980 .

Dans cette ambition d'islamisation des sociétés, et d'abord par le bas, l'Arabie saoudite fut rejointe par la Confrérie des Frères Musulmans, fondée par Hassan Al-Banna, en 1928, ( dont le très médiatique Tariq Ramadan est le petit-fils ) .

Les frères ne font pas l'objet de ce billet, cependant, rappeler leur base idéologique est indispensable : recréer l'unité politique et religieuse originelle de la communauté des croyants," l'Oumma " . La stratégie en sera, islamiser la société par le bas en dépassant toutes les écoles juridiques et théologiques avant de conquérir le pouvoir et de créer des états islamiques . Ces états qui assureront la suprématie des valeurs originelles s'engagent dans un processus d'intégration par des programmes de coopération avancée . Cela aboutira tout naturellement à l'abolition des frontières et à la proclamation du califat .

Dans ce mouvement, un courant radical se distingue, " le qotbisme ", du nom d'un ancien journaliste Sayyed Qotb, qui en 1950, propose une idéologie aux conséquences immenses .

Le monde est tombé dans l'apostasie . Les vrais croyants doivent donc accomplir une véritable " émigration " spirituelle, en se séparant des sociétés impies, physiquement et spirituellement . Du nouveau socle de solidité qu'ils vont constituer, ils devront se lancer à la conquête du pouvoir pour instaurer l'état et la loi islamiques, dans le cadre du Djihad intégral : et c'est là qu'on retrouve le djihadisme contemporain .

L'hybridation du wahhabisme, du frérisme et d'un zeste de fascisme à l'européenne constitue un danger redoutable entre les mains de groupes tels l'Etat islamique, Al Qaïda et le Front Al-Nosra .

Combattre le furoncle sans combattre l'infection qui est derrière revient à assurer au traditionalisme religieux une expansion sans limite, d'autant que les sociétés civiles sont balbutiantes dans le monde arabe et que le champ intellectuel moderniste y est presque en ruine .

NB : d'après l'article publié par le Monde diplomatique de mars 2015, page 3, signé par Nabil Mouline, chercheur au CEIFR de l'EHESS, Ecole des hautes études en sciences sociales, auteur de l'ouvrage : " Les clercs de l'islam , Autorité religieuse et pouvoir politique en Arabie Saoudite ", PUF 2011 .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens