Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 14:37
courrierinternational.com

courrierinternational.com

" Qu'y a-t-il dans le dossier de cette histoire ? Un Dieu qui interdit au couple primordial - Adam et Eve - la consommation du fruit de l'arbre de la connaissance ... Passer outre le diktat de Dieu, c'est préférer le savoir à la soumission, vouloir connaître plutôt que se soumettre ...

Que signifie cet interdit de l'intelligence ? On peut tout dans ce jardin magnifique sauf devenir intelligent - l'arbre de la connaissance - sauf devenir immortel - l'arbre de vie - .

Quel destin Dieu a-t-il réservé aux hommes - en laissant Eve croquer un fruit sublime et opter pour l'intelligence - ? L'imbécillité et la mortalité . L'éternelle félicité de l'imbécile heureux ! " ( Michel Onfray, Traité d'athéologie, 2005 ) .

A l'évidence, la Genèse était dans la métaphore, mais les Pères de l'Eglise viendront très vite sexualiser l'histoire, pour que les hommes découvrent sans tarder leur nudité, leur part naturelle, la rudesse du quotidien, le tragique de tout destin, l'abîme qui sépare l'homme de la femme, le travail pénible, la maternité douloureuse et la mort comme délivrance afin qu'ils comprennent qu'il n'est point de salut en-dehors de la foi, des consolations de Dieu et des fables de la religion .

On trouve la même histoire dans la Genèse ( III, 6 ) commune à la Torah et à l'Ancien Testament de la Bible chrétienne, comme dans le Coran ( II, 29 ) .

Nous en sommes là, depuis !

Un récit à dormir debout qui a eu sur les civilisations des conséquences considérables .

Aujourd'hui, la destruction des trésors pré-islamiques du musée de Mossoul, par les djihadistes de l'EI, comme hier les beautés de Ninive, les mausolées de Tombouctou, la mosquée de Jonas ou les Bouddahs monumentaux de Bâmiyân en Afghanistan .

Les islamistes s'en prendront toujours à l'art en général, ils ne laisseront rien exister, préviennent les historiens, mais attention, celui qui donne le ton, c'est Paul de Tarse ( Saint Paul ) qui appelle dans les Actes des Apôtres ( XIX, 19 ) à brûler les manuscrits dangereux . Ce qui donnera, au XVIe siècle, la publication par le Vatican de " l'Index des livres prohibés ", entreprise d'éradication de tout ce qui déborde la ligne de l'Eglise . Il ne sera abandonné qu'en 1966, sur décision, de sa propre initiative, du pape Paul VI .

" Tout ce qui compte de philosophes importants de Montaigne à Sartre, en passant par Pascal, Descartes, Kant, Malebranche, Spinoza, Locke, Hume, Berkeley, Rousseau, Bergson, matérialistes, freudiens, socialistes, figurait dans cet index ... " .

Reconnaissons que, de l'autre côté, les fatwas lancées contre les auteurs musulmans, même s'ils ne défendent pas des positions athées, ou ne discréditent pas les enseignements du Coran, sont nombreuses .

Derrière tout cela se trouve cette loi du " Livre unique ", total, intégral, qui veut que tout se trouve dans un seul texte et qui conduit donc à écarter le recours aux livres non religieux comme les ouvrages scientifiques .

Et pourtant, l'Islam chérit l'astronomie, l'algèbre, les mathématiques, la géométrie, l'optique, alors où est le problème ? On comprend mieux si l'on considère que les recherches en ces domaines ne doivent concourir qu'à une seule fin : mieux calculer la direction de La Mecque avec les étoiles, établir les calendriers religieux, arrêter les heures des prières . L'islam aime aussi la géographie, mais seulement parce qu'elle permet d'établir les chemins qui convergent vers la Ka'aba, lors du pèlerinage des fidèles . L'islam a toujours favorisé la médecine, mais parce qu'elle permet d'éviter l'impureté qui empêche le rapport avec Allah . L'islam prise la grammaire, la philosophie et le droit, mais c'est parce que ces disciplines lui permettent de mieux commenter le Coran et les Haddits .

Pour ce qui est de l'Eglise de Rome, elle porte en elle un tropisme antiscience . Sa constante et acharnée condamnation de toutes les hypothèses matérialistes, du refus de l'hypothèse hélio-centriste de l'Antiquité aux condamnations contemporaines du génie génétique, a provoqué l'amoncellement de vingt cinq siècles de gâchis pour l'humanité .

" On n'ose imaginer l'allure de l'Occident sans d'aussi longues brimades de la science " ! avance M. Onfray .

Oublions Galilée et son " et pourtant elle tourne "- par ailleurs apocryphe - trop connu, pour revenir au commencement : le coup de génie de Leucippe et Démocrite qui, au Ve siècle avant notre ère, découvrent l'atome, sans moyens matériels pour confirmer leur intuition . Pas de microscope, pas de loupe, pas de lentille, mais une pensée expérimentale exceptionnelle : une extrapolation, au vu des grains de poussière dans un rai de lumière, de l'existence de particules invisibles à l'œil nu, certes, mais bel et bien existantes .

Et une conclusion : l'agencement de ces atomes rend compte de la constitution de toute matière, donc du monde .

Et Epicure en rajoute une couche ( De la nature des choses ) : forme, nature, poids, nombre, constitution des atomes, agencement dans le vide, théorie de la déclivité, génération et corruption, rien ne manque pour un décodage intégral du monde . Les siècles ont passé et à l'heure des microscopes à balayage électronique, des accélérateurs de particules et de la fission nucléaire, les intuitions de Démocrite ont toutes été validées .

Mais si tout est composé de matière, l'âme, l'esprit, les dieux le sont aussi . Et de même les hommes . Et un Dieu matériel ! Impensable pour les Pères de l'Eglise .

Quoi d'étonnant à ce que, dès les origines du christianisme, le matérialisme soit devenu la bête noire de ce dernier . Et l'église frappera partout où un soupçon de matérialisme apparaît .

La Genèse affirme que Dieu part de rien et crée le monde en une semaine . Il a créé l'univers à partir de rien ... Avant rien ... il n'y a rien . L'éternité des mondes ? Impossible .

Bien plus tard, Lamarck d'abord, Darwin ensuite, viennent expliquer que les espèces se transforment, qu'elles évoluent en fonction de lois dites de la sélection naturelle : sacrilège ! Insupportable blessure narcissique, pour les prêtres, expliquera Freud : leur pape, cousin d'un babouin !

Eh, bien ! Ce sera non . Le XXIe siècle et sa philosophie ultra-libérale veulent nous ramener à une nouvelle " domestication " des esprits par un retour en force de la religion, même sanguinaire . Ne l'a-t-elle pas toujours été ?

Ce sera non ! Car " à force de viser le Paradis, on manque la Terre " ! ( M. Onfray ) .

NB : d'après le " Traité d'athéologie " de Michel Onfray, 2005 .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Laute 28/02/2015 12:25

J'aime la dernière phrase de M. Onfray :"...à force de viser le paradis, on manque la terre !".
Je crois que relirai le traité d'athéologie il doit bien y avoir de la substence que j'ai oublié de retenir.

regain2012 28/02/2015 14:07

le Traité est très riche et très bien construit .

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens