Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 14:59
loup.org

loup.org

" C'est bel et bien quand la politique se mêle d'intervenir que la " sauvagerie " apparaît ... Chacun doit s'associer à un groupe pour éviter d'être dépouillé ... " ( Paul Valéry ) .

C'est dans une terre de gauche, de tradition ouvrière, que dimanche dernier, le Front National a recueilli presque 49% des suffrages, lors du deuxième tour d'une élection législative partielle, et ce dans un contexte très précis : seul contre tous, si l'on se réfère aux seuls appareils partisans . Le taux de participation ayant fait un bond entre les deux tours, la candidate FN progresse de 15 points, d'un tour à l'autre .

La signification de ce constat est évidente : une fraction importante des abstentionnistes, sont d'anciens électeurs, dégoûtés, mais devenus enragés et qui, lorsqu'ils se sentent contraints de voter, apportent leur suffrage au FN .

Les enquêtes menées tout au long de la semaine, sur ce scrutin, constituent un redoutable avertissement . Elles permettent d'établir que 45% des électeurs UMP du premier tour ont voté FN au deuxième ; 30% de ceux-ci se sont abstenus ou ont voté nul ; 25% seulement ont voté pour le candidat du PS .

" L'esprit du 11 janvier " devait produire des miracles : c'est l'inverse qui est arrivé !

La base électorale de l'UMP, chauffée à blanc par le quinquennat de N. Sarkozy, est aujourd'hui plus à droite que les leaders du parti et prête à une alliance avec l'extrême-droite .

Occulter cette réalité serait suicidaire . La phobie pathologique à l'égard de tout ce qui sent " le socialo ", dans les rangs UMP, relève de la paranoïa . Il suffit, pour s'en convaincre, de naviguer sur les réseaux sociaux ou de regarder les images d'un meeting de l'UMP : la moindre évocation du nom de Hollande, de Taubira ou du Modem provoque des crises d'hystérie qui font peur .

L'histoire, encore une fois, est pleine d'enseignements . A la fin du XIXe siècle, l'épisode du Boulangisme et l'affaire Dreyfus virent une fraction importante de la droite , officiellement ralliée à la République, basculer du côté de l'extrême-droite pour s'opposer à la gauche, incarnée par Clémenceau .

En 1940, quand le général de Gaulle constitua, de facto, un front antifasciste, la majorité de la droite le refusa et se rallia au Maréchal Pétain .

En 1962 encore, les gaullistes et leurs alliés assumèrent une union républicaine certaine contre l'OAS, mais une fraction importante de la droite la récusa, la même qui fit battre le général de Gaulle, lors du référendum de 1969 .

Ces cassures n'ont jamais cessé d'être d'actualité, c'est pourquoi l'on ne doit pas tomber dans la naïveté et croire que le temps effacerait les leçons de l'histoire .

Aussi, faut-il alerter les socialistes que le " Front Républicain " n'est qu'un mythe, à abandonner dare-dare, car il est même devenu dangereux .

Il est devenu urgent de regarder cette réalité en face : la constitution d'une entente électorale anti-FN qui réunirait l'UMP et le PS ( et quelle que soit leur unité de vue sur les questions économiques et sociales ) conforterait le FN qui se donnerait, alors, ce qu'il fait déjà, comme seul vrai parti d'opposition, seule vraie droite, récupérant illico une grosse partie de l'électorat conservateur .

Une telle situation pourrait faire monter le FN à 40% de suffrages, dans un premier tour d'élection présidentielle .

Les inconscients qui se sont longtemps réjouis de ce que notre mode de scrutin majoritaire à deux tours, suffisait à empêcher le FN d'avoir ne serait-ce qu'une représentation parlementaire, tant qu'il restait sous les 20% de suffrages lors des premiers tours, pourraient tomber de haut, avec un FN à 40% . Car là, toute la logique électorale s'inverse, et un Président de la République, d'extrême-droite devient une quasi certitude .

Imaginons, une séquence précise, d'élections législatives, digne d'un de ces politologues qui hantent les plateaux de télévision . Le FN obtient 30% de voix au premier tour ; la droite 26% ; le PS 24%; le Centre 8%; le Front de Gauche 6%, les écologistes 6% .

Le calcul est vite fait . L'UMP refuse toute alliance avec le FN qui se maintient dans toutes les circonscriptions, et l'UMP est battue . Le PS l'emporte .

Mais vous n'avez pas oublié la grave maladie anti-PS qui a atteint la base des électeurs UMP . Alors N. Sarkozy va conclure des accords tactiques avec le Parti lepéniste . Il en résultera un raz- de- marée de droite, et 150 députés du FN à l'Assemblée Nationale .

Certes, les enquêtes récentes montrent que l'électorat le plus radical de l'UMP a glissé vers celui du FN, mais la saignée des votes populaires vers ce même parti est loin d'être terminée comme le montrent ces derniers chiffres : depuis 2012, le FN a pratiquement progressé de 12 points ; mais l'UMP a également gagné des points . C'est donc qu'un électorat populaire, autrefois ancré à gauche, continue de rejoindre le parti d'extrême-droite .

On serait presque tenté de conclure ce billet par la formule : Marine Le Pen, mène le bal . Ce serait une erreur . C'est F. Hollande qui a la main . Qui a provoqué la désespérance, le sentiment de trahison, le dégoût des classes populaires sinon la politique menée depuis 2012 ?

On peut faire que le FN cesse d'être incontournable : il suffit pour cela de changer de politique et nous pourrons cesser de danser avec les loups .

NB : d'après l'article de J.F. Kahn " Vers un mégaséisme ", Marianne No 930 .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens