Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 15:08
Monument à la mémoire des martyrs des rafles du Veldiv' .

Monument à la mémoire des martyrs des rafles du Veldiv' .

" Ils étaient contraints de rentrer dans le silence " . ( Marguerite Duras, " Le square ", 1955 . A propos du retour des déportés, en 1945 ) .

(1) . Chapitre2, du livre de Jean Ziegler, " La haine de l'Occident ", Albin Michel, 2008 .

La mémoire collective obéit à des rythmes qu'aucune raison analytique ne parvient à expliquer complètement . De toutes les structures sociales, elle est probablement la plus énigmatique .

C'est le sociologue français, héritier direct d'Emile Durkheim, Maurice Halbwachs, mort en déportation à Buchenwald, qui en a parlé le mieux . ( " La mémoire collective ", Paris, PUF, 1950, œuvre posthume ) .

Comme les individus, les sociétés humaines connaissent l'état de choc, le désarroi paralysant provoqué par une agression extérieure, subie sans préavis, témoignant d'une violence inouïe qu'aucune catégorie préexistante de la pensée sociale ne parvient à éclairer . Or, comment réagit une société en état de choc ? En évacuant, au plus profond de sa mémoire l'évènement destructeur que sa conscience ne parvient pas à maîtriser . Il existe donc des mémoires claires et des mémoires obscures .

L'écrivain Jean Duvignaud, exégète d'Halbwachs, en résume très bien, la pensée : " Les sociétés historiques possèdent des mémoires qui provisoirement échappent à l'histoire " .

Plus un évènement est traumatisant pour une société, plus profondément celle-ci l'enfouit dans sa mémoire . La conscience collective doit alors lentement apprivoiser l'horreur vécue . Ce n'est qu'après une longue période de maturation que la communication deviendra possible, que l'horreur vécue se transformera en objet d'analyse .

C'est pourquoi, il fallut attendre deux générations, pour que l'on se mît à parler vraiment de la "Shoah " .

Maurice Halbwachs, nous prévient : " On est assez étonné lorsqu'on lit les traités de psychologie, où il est traité de la mémoire, que l'homme y soit considéré comme un être isolé ... Car c'est dans la société que, normalement, l'homme acquiert ses souvenirs, qu'il se les rappelle, qu'il les reconnaît et les localise ... et qu'ils lui sont rappelés du dehors ... Nos souvenirs nous reviennent lorsque nos parents, nos amis ou d'autres hommes nous les rappellent ... " .

Cette analyse nous appelle, tout simplement, à la vigilance quant au poids que la société exercera sur la sélection que nous opèrerons à l'endroit de nos souvenirs personnels .

Les tueries de " Charlie Hebdo " et du " super casher " de la porte de Vincennes, sont à inscrire dans ce " processus de désarroi paralysant ", et " d'enfouissement au plus profond de notre mémoire ", enfouissement auquel nous devons résister - en prenant appui sur les leçons de " l'enfouissement " précédent - sinon, dans quelques années, ces drames ne nous apparaîtront plus pour ce qu'ils furent .

Pourquoi ? Parce que les " filousophes " * sont déjà à l'œuvre .

Certains, qui ont défilé le 11 janvier, arborant le panneau " Je suis Charlie ", commencent à se défiler, aujourd'hui . ( Le journaliste de Marianne, Laurent Nuñez, en donne une liste non exhaustive, No 928 ) .

Le Maire de Villiers-sur-Marne, qui a interdit, pendant quelques jours, la diffusion dans les salles de cinéma de sa ville, le poétique film " Timbuktu " - par ailleurs nommé pour l'Oscar du meilleur film étranger - . Peut-on encore diffuser, en France, un film qui ridiculise l'islamisme ?

La DGSI ( Sécurité Intérieure ) qui a vivement conseillé d'annuler les soirées débats, à Nantes et à Neuilly, autour de la projection du film " Apôtre " . Peut-on encore diffuser, en France, un film où un jeune musulman se convertit au christianisme ?

Le musée " Hergé " de Louvain-la-Neuve, en Belgique, qui vient d'annuler exposition consacrée à la caricature .

Le très moderne comédien, Laurent Deutsch, qui propose de rétablir en France le délit de " blasphème " .

Le courageux dessinateur Philippe Geluk, pourtant ami des victimes, qui s'est ému, sur Europe1, de la couverture du " Charlie Hebdo des survivants ", qu'il a jugée " dangereuse ", ce dessin de Luz, pourtant d'une intelligence folle .

Le refus du New York Times et d'autres journaux de publier la " Une " de Charlie Hebdo, refus jugé " répugnant ", par l'écrivain américain Russell Banks, alors qu'ils n'avaient pas hésité à publier les photos d'une autre œuvre qui avait fait scandale, un crucifix dans un vase d'urine . Mais il est vrai qu'ils ne craignaient pas que des catholiques s'en prennent à leurs locaux .

( La caricature de F. Hollande affublé de la moustache d'Hitler, du journal marocain EL Watan, est la proposition converse des renoncements qui précèdent ) .

Et puis viennent les " vrais filousophes " *, ceux qui sont appointés par le système, et qui entendent nous enfermer dans un syllogisme faussement rationnel, parce que compassionnel, et que dénonce le philosophe Jean-Claude Milner .( Marianne No 928 du 30 janvier 2015 ) .

" Dans les pays européens, les musulmans sont, dans leur majorité pauvres et pieux . L'Islam est donc la religion des pauvres . Par conséquent :

A) On ne saurait retirer aux pauvres leurs croyances religieuses .

B) Quand les pauvres prennent les armes ils ne font qu'exercer leur droit de révolte .

C) Si leurs croyances religieuses les encouragent à s'armer, elles sont excusables .

D) Donc, toute demande injustifiable est justifiée dès lors qu'elle se réclame de l'Islam, car la condamner, c'est stigmatiser les pauvres ... " .

On ne lutte pas contre l'islamisme par des incantations sur le partage et le vivre ensemble, incantations qui ne font que masquer la difficulté . La mémoire collective " désenfouie " nous apprend que sur le terrain religieux, les liens communautaires sont toujours les plus forts .

La haine qui se répand sur " les réseaux asociaux " depuis les attentats, contre la France et les Juifs, doit nous inquiéter . Non, elle n'a plus pour terreau " les frustrations sociales " qui ont eu bon dos, elle prend sa source dans une mémoire collective que les islamistes ont réussi à désenfouir, question qui prend un tour tragique pour la grande majorité des musulmans .

Les frères Kouachi ne sont pas sortis des locaux de Charlie Hebdo en hurlant " nous avons tué la liberté d'expression " mais en clamant " nous avons vengé le prophète " .

La lutte contre ce retour de la haine passe, bien sûr, par des mesures matérielles dont certaines sont simples, mais avant tout par ce que j'appellerai " un prosélytisme républicain " tout droit issu de notre mémoire collective .

* " Les filousophes ", néologisme employé par V. Hugo dans Les Misérables, mais passé inaperçu .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans philosophie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens