Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2015 5 02 /01 /janvier /2015 14:57

" Vous avez voté des lois contre l'anarchie ; maintenant votez des lois contre la misère " . ( V. Hugo ) .

Le vent souffle du sud mais pourra-t-il nous réchauffer ? L'annonce d'élections législatives anticipées en Grèce, prévues le 25 janvier 2015, a rendu fous, les dirigeants européens : " un réflexe pavlovien ", explique le journaliste Hervé Nathan, dans le magazine Marianne, tant l'Europe nous a habitués à " péter les plombs " dès que la démocratie pointe son nez .

Le parti Syriza, sorte de Front de Gauche, d'Alexis Tsipras, est donné en tête de tous les sondages, certes, mais ne pourrait pas avoir de majorité seul, au parlement grec, ce qui l'obligerait à " mettre de l'eau dans son vin ", afin de rechercher une alliance avec une autre formation, ce qu'il a déjà entamé d'ailleurs, puisqu'il ne réclame plus la sortie de la Grèce de l'Euro mais seulement une réorientation des politiques d'austérité .

Pas de quoi fouetter un chat ! Et pourtant cela excite et irrite les gouvernants européens, pour leur plus grand déshonneur . C'est qu'à Bruxelles et dans d'autres capitales européennes on ne tolère pas la contradiction ! ( Souvenons-nous des référendums français et batave de 2005 ) , ou de l'éjection de M. Papandréou, Premier Ministre grec, par le couple Merkel- Sarkozy, parce qu'il avait osé évoquer la possibilité d'organiser un référendum, en Grèce, au moment de la crise de 2009, ou bien même de celle de Sylvio Berlusconi, au mépris de toute règle démocratique .

Cette fébrilité peut s'expliquer, partiellement, par la peur de l'effet " boule de neige " : les Espagnols vont voter également en 2015, et en Espagne aussi, le jeune parti " Podemos ", encore une fois sorte de " Front de gauche ", est donné en tête des sondages .

En 24 heures, une nouvelle " Sainte Alliance " était née . On a ainsi vu le FMI se retirer des négociations sur l'aide financière apportée à la Grèce puis le Ministre allemand des Finances proclamer que les grecs peuvent voter ce qu'ils veulent mais qu'on ne les laissera pas changer de politique, raisonnement aussitôt repris par la Commission Européenne ... Les marchés ne sont pas restés indifférents soucieux de rappeler où se trouve le vrai pouvoir : la bource d'Athènes a chuté de 11% dès l'annonce des élections anticipées, et les taux d'intérêt sur la dette publique ont grimpé à 9% .

Et puis, déshonneur des déshonneurs, le socialiste français Pierre Moscovici, Commissaire Européen et ancien ministre de F. Hollande, - implacable opposant à la taxe sur les transactions financières européenne, par ailleurs - embarquait sur une galère de la Commission pour aller hurler son courroux dans l'Attique, le Péloponnèse et sur les rives de la mer Egée, et dire aux Grecs comment ils doivent voter .

Pourtant, les politiques d'austérité imposées à la Grèce affichent un échec indiscutable, plus qu'ailleurs en Europe : 25% de chômeurs, 50% chez les jeunes ; un quart de la population n'a plus accès aux soins ; un quart encore vit sous le seuil de pauvreté ; le PIB a reculé de 26% en cinq ans ; les recettes fiscales ne sont plus que des repères virtuels, les Grecs n'ayant plus d'argent pour payer les impôts ...

Mais voilà : on ne contredit pas l'Europe !

Les élections grecques constituent " un véritable cas d'école " de l'ingérence de plus en plus pesante de l'Union Européenne sur la vie démocratique des peuples . Qu'un peuple, en Europe, refuse démocratiquement l'austérité généralisée que la Sainte Alliance a instaurée comme horizon indépassable est proprement inadmissible . Que l'Union Européenne se soit construite sous l'étendard du libéralisme politique et économique et ait repris à son compte, depuis vingt ans et le traité de Maastricht, la doctrine de la " souveraineté limitée " chère à l'ex-Union Soviétique, à l'endroit de ses pays satellites, explique encore le journaliste Hervé Nathan, n'offusque personne à Bruxelles, Berlin ou Paris .

Comme d'autres font leur pub sur la peur du tabac, l'Europe, depuis des années, fait la sienne sur " la trouille " des désordres engendrés par un usage immodéré de la démocratie .

Au rêve européen de paix, des débuts, s'est substitué un seul horizon : " le bâton " ! Nombre de voix autorisées ont déjà menacé les Grecs des pires maux s'ils votent mal .

L'Europe ne connaît plus que la menace : plus jamais l'envie et l'enthousiasme ! " Le cas d'école " représenté par la Grèce actuelle, c'est " l'évanouissement du rêve européen " .

C'est bien connu, les pays du Nord n'aiment le vent du sud, qu'aux mois de juillet et août !

ebookers.ch

ebookers.ch

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens