Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 14:46
Ligue de l'enseignement .

Ligue de l'enseignement .

" Si les citoyens ne sont pas éclairés, le suffrage universel peut tourner au profit d'un régime autoritaire - Louis Napoléon Bonaparte - ou le mécontentement populaire peut engendrer l'émeute - La Commune - " . ( Léon Gambetta, 1871 ) .

Nous avons vécu durant des décennies avec " le raccourci " que nous devions à Jules Ferry l'école gratuite, laïque et obligatoire . Ce raccourci est inexact, et le rétablissement de l'exactitude historique s'avère essentiel, dans la période actuelle .

La loi du 28 mars 1882 dispose que l'instruction est obligatoire ' pour les garçons et les filles de 6 à 13 ans ) et que l'école publique est gratuite et laïque . Mais jamais la liberté de l'enseignement privé n'a été abolie et le droit d'une instruction à domicile fut maintenu .

Jules Ferry avait tout de suite saisi qu'un lien indissoluble unissait obligation et laïcité et s'était demandé comment il était possible de respecter la liberté de conscience à partir du moment où l'instruction devenait obligatoire : sa réponse fut la création de l'école publique laïque, dont il est bon de rappeler qu'elle constitue une des réformes les plus fondamentales réalisée de la façon la plus démocratique, en France .

Quelle est l'atmosphère en France, en octobre 1882, lors de la rentrée des classes ( La loi ayant été adoptée en mars ) ? Elle varie selon les régions . Là où le gouvernement a donné des consignes de prudence, comme en Bretagne ou dans le Dauphiné, la rentrée ne diffère guère des années précédentes . Dans les grandes villes comme Bordeaux, Lyon, Marseille, Paris, l'école primaire apparaît plus laïque .

Les dispositions essentielles contenues dans les trois premiers articles indiquent que l'instruction civique et morale est la première matière à enseigner, la vacance un jour par semaine pour faciliter l'enseignement du catéchisme hors de l'école, l'abrogation de la tutelle des ministres du culte sur les instituteurs ( Loi Falloux ) .

Un problème majeur n'est pas réglé : le présence des crucifix dans les salles de classes . Une circulaire du 2 novembre 1882, signée de Ferdinand Buisson, Directeur de l'Enseignement primaire au Ministère, précise : " Cela dépend du vœu des populations " . Les préfets apprécieront au cas par cas, et si les crucifix peuvent être ôtés, il conviendra de le faire avec respect, en évitant tout incident, car " il ne faut pas risquer de porter le trouble dans les familles ou dans les écoles " . La loi adoptée n'est pas " une loi de combat ", mais " une de ces grandes lois organiques destinées à vivre avec le pays " .

Et Ferdinand Buisson d'ajouter : " On enlèvera les crucifix au moment - impossible à préciser, ici - où tous les hommes de bonne foi reconnaîtront que la place du crucifix est à l'église et non pas à l'école " . Comme on peut en juger, ces mots ne sont porteurs d'aucune déclaration de guerre .

Les nouveaux programmes - rédigés essentiellement par F. Buisson et Paul Janet - paraissent le 27 juillet, et pour ce qui concerne l'instruction morale, sont loin d'être radicaux : J. Ferry reconnaît qu'ils comportent une certaine essence spiritualiste, car " la majorité de la population française se rattache aux croyances spiritualistes ", écrit-il . Mais cet état de fait ne devant pas se transformer en droit légal, et les questions de liberté de conscience étant des questions de principe, les devoirs envers dieu ne seront pas la base de l'instruction morale, et évoqués seulement en fin d'année .

Malgré tout le pragmatisme de J. Ferry, ce sont les catholiques militants et la hiérarchie de l'église qui engagent le combat, à propos des manuels de morale . Quatre des manuels de morale sont mis à l'index par le Vatican . Des évêques menacent du refus du sacrement de la première communion .

Ferry, en politique visionnaire, perçoit que cette mise à l'index, qui ne condamne pas complètement sa loi, est une chance, et accepte qu'une nouvelle édition épurée , de ces manuels, soit publiée .

Ferry se justifie auprès des instituteurs ( Lettre du 27 novembre 1883 ) ainsi : " Ne mettez pas votre amour-propre à adopter tel ou tel livre, l'important est que les populations reconnaissent que vous n'avez d'autres arrière-pensées que de rendre leurs enfants plus instruits et meilleurs ... alors la cause de l'école laïque sera gagnée " .

Ce langage ne désarma pas les catholiques militants contre l'école laïque qui dépossédait leur Eglise de son rôle public de socialisation morale . Et cela devait durer longtemps . Et cela doit nous éclairer sur la situation actuelle .

La tâche fut rude pour les instituteurs de la IIIe République, et elle va l'être, à nouveau, pour les professeurs du XXIe s.

Face aux deux France, Ferry se voulut novateur et pacificateur . La morale laïque de la fin du XIXe s. emprunta, de manière très éclectique, ses éléments à diverses traditions : l'Antiquité, les moralistes français, les Lumières, Auguste Comte et son positivisme scientifique, le christianisme et même Confucius ... Ces emprunts sont revisités à l'aune de la confiance dans le progrès et de deux notions clés : la dignité et la solidarité . Un manuel de 1883 n'hésitera pas à modifier ainsi la devise républicaine : " Liberté, Egalité, Solidarité fraternelle " .

La notion de dignité, qui permet de postuler l'égalité des êtres humains, chacun possédant sa propre dignité, quels que soient son ancrage social, son sexe ou sa conduite morale ; l'égalité des sexes reste encore brouillée mais est présente .

La notion de dignité qui génère du droit : les devoirs de l'un sont les droits de l'autre, et quand les droits se développent, les devoirs augmentent aussi . Une société démocratique qui multiplie les droits doit se montrer exigeante en matière de devoirs : aussi la dénonciation des diverses formes de vol est très présente dans la morale laïque .

La maîtrise d'un langage très précis est un souci permanent des hussards noirs de la République car elle est la condition de la structuration de la pensée et de la conduite .

On enseigne également la solidarité, interdépendance qui est un fait incontestable et une attitude volontaire marquée par l'association et l'échange . " Aimer ses parents, c'est payer une dette ... ", expliquent certains manuels .

On y enseigne la longue durée : " Nous sommes des héritiers de tous ceux qui sont morts, les associés de tous ceux qui vivent, la providence de tous ceux qui naîtront " .

On fait percevoir le passé comme le progressif affranchissement de l'esprit humain des contraintes matérielles et des préjugés intellectuels et moraux .

On y prône un itinéraire personnel de l'élève, avec les espoirs d'ascension sociale par l'école, inséré dans une aventure collective où ses progrès scolaires deviennent un élément du progrès de la République .

La morale laïque insiste sur la nécessité d'une conduite morale parce que la société se délite, à cause de l'exode vers les villes lié à la révolution industrielle ; la société des villages, des bourgs, des quartiers où tout le monde connaît tout le monde, où s'organise, sous l'égide des anciens et de notables, la surveillance de tous par tous, a tendance à disparaître .

En fait, la République a besoin d'un être humain moral et libre capable d'intérioriser des règles pour pouvoir les vivre débarrassé de ses allégeances traditionnelles et du regard des autres .

Eh ! bien, disons-le, peu de choses ont changé . Mme Vallaud-Belkacem, en réintroduisant la morale laïque à l'école, à la rentrée 2015, confie aux professeurs l'impossible tâche que celle de construire, en leur élève, " un être moral et libre ", face à un retour des obscurantismes meurtriers, face à la montée des doctrines de haine qui empêchent toute conciliation, face à un monde globalisé qui ne connaît que la compétition, face aux Prélats de la Finance officiant depuis leurs tours de verre imprenables .

Doivent-ils faire confiance au J. Ferry qui déclarait : " La morale tient debout toute seule " ou au J. Ferry qui admettait que " l'aide des religions positives à la formation morale est bienvenue " ?

NB . Source : " Histoire de la laïcité en France " . Jean Baubérot, Que Sais-je ? PUF, 2008 .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans histoire
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens