Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 16:05
 Angela Merkel souffre de maux de " dette " (1) .

" Nous n'entrerons pas dans un affrontement, mutuellement destructeur, mais nous ne poursuivrons pas une politique de soumission ... " . ( Alexis Tsipras, Syriza ) .

(1) . Titre d'un article du Canard Enchaîné du 28 janvier 2015 .

" Soumission ", le mot de trop : trois jours auront suffi aux marchés pour s'attaquer à la Grèce . Hier, la bourse d'Athènes dévissait de 9,2% et les valeurs des quatre plus grandes banques grecques de 26%, pendant que les taux d'intérêts de la dette à 10 ans, franchissaient la barre des 10% .

Quant aux médias, ils sont dans leur rôle . Depuis trois jours, nous n'assistons pas à une volonté d'analyser ce qui s'est passé en Grèce, ce qu'a voulu exprimer ce peuple injustement " mis en l'encan " ( in quantum : au rabais ) . Non ! Les medias poursuivent leur propagande raciste anti-grecque, ce peuple qui a bien cherché ce qu'on lui a infligé, et l'on alimente notre égoïsme - on devine aisément à quelles fins - en ne cessant de nous montrer ce que " va " coûter, à chaque Français, l'effacement de la dette grecque, chiffre qui n'est jamais le même, d'ailleurs . Comme si l'effacement de cette dette était déjà un fait acquis . Et quand bien même !

L'intransigeante Allemagne a-t-elle toujours bien acquitté ses dettes du passé ? Eh ! bien, pas vraiment ! Après la première guerre mondiale, l'Allemagne était supposée régler la bagatelle de 132 Mds de marks-or ( l'équivalent de 2500 Mds d'€ ) au titre des réparations pour dommage de guerre . Mais d'annulations partielles en reports de paiement , le montant se dégonfla, au fil des années, et l'Allemagne ne remboursa que quelque vingt milliards .

Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, l'Allemagne, censée payer les nouveaux dégâts, n'eut de cesse que de faire baisser la note et de repousser les échéances . En 1953, lors d'une Conférence internationale, réunissant 20 pays créanciers de l'Allemagne - dont la Grèce -, ( Le Figaro du 27/01/2015 ) ceux-ci acceptèrent d'effacer la moitié de la dette allemande, et de reporter le paiement du reste jusqu'à la réunification du pays, fort hypothétique objectif, à cette date .

Cependant, quand cette réunification arriva, en 1990, l'Allemagne reprit ses tergiversations, et le dernier paiement, du solde, n'intervint qu'en 2010, vingt ans après . Et encore faut-il préciser que les milliards prélevés par le IIIe Reich, au titre des " indemnités d'occupation ", les pays occupés ayant à pourvoir à l'entretien de l'armée allemande, n'ont pas été remboursés . Daniel Cohn-Bendit évalue cette dette à 80 Mds d'€, Jean-Luc Mélenchon au double .

Quand en 2010, la Troïka fond sur la Grèce, les coups de l'austérité pleuvent sur la santé, l'éducation, les transports, mais épargnent miraculeusement la Défense . Le budget de la défense de la Grèce reste un des plus élevés parmi les pays de l'OTAN, en pourcentage du PIB, note un rapport de la FDIH ( Fédération Internationale des Ligues des Droits de l'Homme ) . C'est que, les deux principaux pourvoyeurs d'armements à la Grèce sont l'Allemagne et la France, qui n'entendent pas lui faire cadeau de ces livraisons .

La coalition " Syriza " a-t-elle tort de vouloir mettre fin à une austérité dévastatrice, imposée par l'Europe ? Alexis Tsipras mène-t-il à Athènes une deuxième Révolution d'Octobre, prépare-t-il une nouvelle " prise " du Palais d'hiver ?

Il veut simplement appliquer ce que tous les économistes non-inféodés préconisent : avec le retour de la croissance, le déficit se réduit progressivement . Il est essentiel de relancer l'activité .

A l'issue de la deuxième guerre mondiale, la dette publique mondiale était très élevée : entre 120% et 300% des PIB, selon les pays et leur implication dans le conflit . Grâce à la croissance des année 1950- 1960, elle s'était réduite comme peau de chagrin pour revenir à des taux oscillant entre 23% et 30% .

Qu'ont fait les EEUUU, après 2009 ? Ils ont laissé filer les déficits afin de maintenir une croissance soutenable, les poussant jusqu'à 12,8% du PIB ; en 2012, ils étaient encore de 9,3% . Peut-on dire qu'ils s'en sortent plus mal que l'Europe ? Ce serait plutôt le contraire . L'Europe lorgne vers la reprise américaine pour essayer de se raccrocher à elle .

Alexis Tsipras ne se propose d'appliquer que ce que proclame le bon sens : la vraie règle d'or des finances publiques . Il est légitime de financer par la dette les investissements publics qui seront utilisés pendant de nombreuses années . En France, par exemple, cela justifie un déficit de 2,5% du PIB, en situation conjoncturelle normale, expliquent " Les économistes atterrés ", dans leur nouveau Manifeste .

Même le FMI avait dû reconnaître, en 2013, que tout euro de baisse de la dépense publique, diminuait l'activité de bien plus d'un euro, donc faisait augmenter mécaniquement le chômage .

L'Etat doit continuer à soutenir l'activité tant que la reprise n'est pas là . En 2013, la France a payé 45,5 Mds d'€ d'intérêts, mais le déficit , financé par émission de dette, s'est élevé à 89 Mds : si la France avait renoncé à la dette, elle aurait dû se priver de 43,5 Mds d'€ de financements . Imaginons-en la traduction concrète : chômage encore plus élevé, fermetures d'hôpitaux, réduction massive des remboursements de la SS, baisse des salaires et des retraites, exactement le traitement infligé à la Grèce .

Mme Merkel peut bien brandir une main menaçante, indiquant un chemin qui serait, pour elle, l'unique chemin viable, elle ne cherche qu'à nous maintenir dans l'erreur .

Les Grecs n'ont fait que lui dire, dimanche dernier, qu'il y en avait un autre, et que de toute façon, vu le traitement qu'elle leur avait infligé, ils n'avaient plus rien à perdre .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens