Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 14:34

" Qu'est-ce que la théâtralité ? C'est le théâtre moins le texte . C'est une épaisseur de signes et de sensations qui s'édifient sur la scène à partir de l'argument écrit " . ( Roland Barthes ) .

" Je suis Charlie ", un oxymore ( ainsi est désigné le slogan par la magazine Marianne ) qui s'est substitué à l'argument de la pièce . L'oxymore, effet de style littéraire, mettant en relation un nom et un adjectif de sens opposé, qui permet de décrire une situation de façon inattendue, suscitant ainsi la surprise . L'oxymore qui exprime ce qui est inconcevable et rend compte de l'absurde .

" Je suis Charlie " : je ne lisais pas " Charlie Hebdo ", je ne savais pas que ce journal existait, je ne savais pas que ses journalistes étaient menacés, d'ailleurs, je ne connaissais pas ces " sales gosses ", enfin, si , j'en connaissais un, grâce aux mercredis après-midi de mon enfance et à " RécréA2 " . Il était très gentil, Cabu .

Mais quand même, une salle de rédaction - je ne sais pas trop ce que c'est, non plus - transformée, en quelques minutes, en abattoir : quelle horreur ! Et ces policiers, froidement exécutés, alors qu'ils tentaient de s'interposer ! Et ces Français de confession juive, abattus parce qu'ils sont juifs .

Le Président n'éclaire pas trop ma lanterne : des terroristes ont frappé la France au cœur ! D'accord mais - moi aussi, je me mets à employer la conjonction de coordination chère à nos journaux - d'où ils sortent ces terroristes ? Terroristes de quoi, pour quoi ? En vue de quoi ? On dirait que le Président ne veut pas me le dire . " Comme s'il était tétanisé par la peur des amalgames ", expliquent certains journalistes . Là, je ne comprends pas tout .

Les journaux me décrivent des truands, des gangsters, passés par tous les trafics et la case prison . Bon, je crois comprendre, aujourd'hui, on commence par être gangster puis on devient terroriste : un super gangster, en somme .

Mais quand même, il y a cette histoire de " camps d'entraînement " au Moyen-Orient et d'un Etat islamique qui a déclaré la guerre à tout l'Occident et à la France en particulier .

Ces tueurs, ils sortent bien de quelque part ! On a dû m'en cacher des choses, depuis des années, on a dû même me faire prendre beaucoup de vessies pour des lanternes .

Oui, d'accord, je n'ai pas toujours fait tous les efforts qu'il fallait pour me tenir au courant . Mais, quand même, j'écoutais attentivement, le grand Monsieur à la chemise blanche, qu'on voit sur toutes les télévisions, qui a l'air de tout savoir . Finalement , il ne m'a pas beaucoup éclairé .

C'est dit, je me sens un peu coupable, j'irai marcher dimanche, de la République à la Nation : c'est curieux mais, je me dis, à l'instant où je l'écris, que, République et Nation, ça me parle . C'est l'espace de toutes les grandes manifestations populaires qui ont secoué notre pays, depuis un siècle . Là je suis en terrain de connaissance : boulevard Voltaire . Voltaire, je connais, " l'affaire Calas " et " Candide " .

J'y serai en compagnie - enfin presque - de 50 chefs d'Etat et de Gouvernement : boulevard Voltaire . Il n'est pas dit que dans certains des pays représentés, les écrits de Voltaire n'aient pas été interdits, au moins une fois .

C'est égal, j'irai marcher, à la mémoire des morts et pour montrer aux terroristes " de tous bords " que la France est à nouveau debout, comme le dit le Président : c'est donc qu'elle était à genoux depuis quelques temps ? Il faudra qu'il m'explique .

Mais il faudra que les sociologues, oubliant leur politiquement correct, nous expliquent aussi - avec la profondeur que requiert un tel débat - pourquoi les Français de confession musulmane n'étaient pas aussi nombreux qu'on pouvait l'espérer, dimanche, dans la marche " républicaine " ?

Je n'ai pas peur mais je suis épuisé . Depuis dix jours, trop de signes, trop de sensations, trop d'émotions, trop de chocs épaississent mon raisonnement : telles ces mouches qui tournoient au-dessus des personnages de Tignous .

Une pièce sans texte, autrement dit, la théâtralisation d'une situation, c'est éreintant . Vite, qu'on nous rende " l'argument " de la pièce afin qu'on s'y confronte - intellectuellement, par la raison - en toute connaissance de cause .

C'est peut-être André Malraux - qui n'a jamais écrit que le XXIe s. serait religieux - qui nous en donne la trame, dès 1956, en pleine décolonisation : " C'est le grand phénomène de notre époque que la violence de la poussée islamique, sous-estimée par la plupart de nos contemporains . Les conséquences de ce phénomène sont encore imprévisibles ... L'Afrique noire ne restera pas longtemps insensible à ce phénomène que le monde occidental ne semble guère préparé à affronter " . ( Note sur l'Islam, du 3 juin 1956, source : Institut Charles de Gaulle ) .

Et c'est plus récemment ( avec d'autres ) le grand essayiste franco-tunisien Abdelwahab Meddeb, décédé au printemps 2014, auteur de " La maladie de l'Islam " ( Seuil, 2002 ), écrivant : " L'islamisme est la maladie de l'Islam, mais les germes sont dans le texte " .

Averroès, rélève-toi, et viens nous expliquer, encore une fois, que la raison et la foi ne sont pas incompatibles.

Mosquée de Cordoue .

Mosquée de Cordoue .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens