Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 15:01

Dans le ventre de la toupie, vous trouverez, disait le sociologue Henri Menras, 75% de salariés et 15% de travailleurs indépendants, les classes moyennes, aux pointes du toton, en bas, 7% de pauvres, en haut 3% de riches ...

La banque Goldman Sachs vous dira que les classes moyennes se situent entre 4600 € et 23000 € annuels de revenus, notez bien : annuels !

Ne cherchez pas de définition claire et nette de cet objet social non identifié, les nouvelles classes moyennes, il en existe autant qu'il existe d'organismes ou de spécialistes de la question . La raison en est que ce phénomène jouit d'une " indétermination de classe " totale . Elles ne participent pas à la production matérielle directe et n'appartiennent donc pas à la classe ouvrière : elles ne sont pas propriétaires des moyens de production, et ne peuvent donc pas appartenir à la bourgeoisie originelle .

C'est pourquoi, il est préférable de parler de " couches moyennes ", de strates, que l'on pourra , alors, désigner plus aisément en fonction de leurs déterminations professionnelles .

Une chose est certaine, c'est qu'elles sont au cœur de la " société de consommation ", et bien qu'héritières des " classes embryonnaires " des temps de Karl Marx ( fonctionnaires, employés et professions libérales ), les Trente glorieuses ont permis leur énorme développement, ont favorisé l'accroissement de leurs capacités monétaires, pour en faire la cible privilégiée du système, par la figure du " consommateur " .

Attention, nous donnons, ici, au concept de consommateur, son amplitude néo-libérale, avancée par le philosophe Michel Clouscard, " le consommateur mondain ", la figure de la consommation, non pas utilitaire, comme peut l'être celle de l'ouvrier en quête d'un équipement électro-ménager, qui veut soulager son épouse qui travaille par ailleurs, mais la consommation de " la jouissance ", gratuite, inutile, source des " surprofits ", nécessaires au capitalisme, pour affronter les crises actuelles de la croissance faible, consommation favorisée par les énormes progrès des industries légères et de la production en série .

Ces nouvelles couches moyennes proviennent également de la modernité, celle de la création de nouveaux métiers qui se développent en fonction du développement du mode de production, mode de production capitaliste d'où provient l'ambigüité de leur statut .

On va trouver, au cœur de ce développement, deux axes d'expansion . Celui des métiers de plus grand profit, radicalisé dans ce que nous appellerons " le parasitisme social " : les golden-boys, les publicitaires, les consultants de multinationales et autres spin-doctors ... ainsi que les métiers du " management " au plus haut niveau .

De l'autre côté se développent les métiers qui, sans constituer de la production matérielle directe, sont nécessaires au procès de production industriel : ingénieurs, techniciens, chercheurs, de même que ceux qui participent à la reproduction de la force de travail, les travailleurs sociaux .

Entre les deux, prolifère un immense corps de nouveaux métiers, les cadres par exemple, fonction de coercition, ou les services bancaires, créateurs de nouveaux profits .

Tous ces gens se retrouvent dans le cercle de la " disponibilité au permissif " - temps libre et capacité monétaire - parce qu'ils sont en totale rupture avec les idéologies de la société traditionnelle, rupture qui est la condition essentielle de l'accès à la consommation inutile, à la consommation de la jouissance .

Ils sont la cible privilégiée du nouveau grand marché, inventé par le néo-capitalisme, " le Marché du désir ", bien au-delà des biens d'équipement .

L'ultime condition à l'explosion du marché : l'invention des codes, des signes, du mode d'emploi du nouveau paradigme . Ce sera la tâche qui sera confiée à l'élite " culturelle " des nouvelles couches moyennes : " la vedette " !

Vedette littéraire, vedette médiatique, vedette artistique, vedette sportive, et - pourquoi pas - vedette de la télé-réalité !

Rappelons la clé initiale, à savoir que ce marché fonctionne sur la réalité d'un surplus de revenus . L'accès au marché inutile suppose que l'on gagne plus que l'ouvrier .

Et c'est là qu'éclot le " génie du capitalisme ", dans l'inversion radicale de la proposition : le désir n'est plus l'effet d'un manque, mais d'un surplus !

NB : Réf. Michel Clouscard . Les métamorphoses de la lutte des classes .

paperblog.fr

paperblog.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens