Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 14:08

Sous-titre : " De la revendication collective au fantasme individuel " .

" La séduction, c'est le pouvoir du langage indépendamment du concept, indépendamment de la sagesse . A un moment donné, un discours peut apparaître comme ayant le pouvoir d'anéantir l'être : c'est le discours du paraître, le discours de la séduction . La vérité en tant que telle est alors recouverte " . ( Michel Clouscard . Le Capitalisme de la séduction ).

Dans les années 1970, le poète, écrivain et cinéaste italien, Pier Paolo Pasolini, mettait en garde les " clercs " ( intellectuels de gauche ), contre la " fausse libération " que le système capitaliste mettait en place, avec leur complicité active .

" Aujourd'hui, la liberté de jouissance de la majorité est en réalité une convention, une obligation, un devoir social, une anxiété sociale, une caractéristique inévitable de la qualité de vie du consommateur . Bref, la fausse libération du bien-être a créé une situation tout aussi folle que celle du temps de la pauvreté ...

Ce sont les forces économiques défendues par ces clercs qui sont responsables de ces évolutions si déplorables ...

En servant de troupes d'élites à la destruction des valeurs anciennes, croyant ouvrir une brèche décisive vers l'émancipation humaine, ils se firent l'outil, parfois involontaire d'une domination toujours plus grande du système contre lequel ils croyaient lutter ...

Déconcertés par le reflux de la contestation post- 68, ils mirent longtemps à comprendre que le Marché avait fouillé leurs poches, y puisant l'individualisme, l'aspiration à la liberté et la jouissance sans entrave ... se servant de ce terreau culturel pour discipliner les masses comme jamais ... " .

( Pier Paolo Pasolini , Ecrits corsaires, Corriere Della Sera, janvier 1975 ) .

Pasolini avait très vite compris et nettement perçu la puissance du nouveau pouvoir qui se mettait en place à travers la transformation consumériste, et qui s'emparait ainsi des âmes après avoir soumis les corps .

Une consommation, " libérée ", de marchandises ou de services produits, mais demeurant toujours le fruit de l'aliénation de la force de travail des producteurs . Des producteurs ( les classes populaires ), contraints de s'exploiter pour participer au système des signes de la jouissance .

Cependant le poète, même s'il a l'intuition du désastre, ne peut nous donner les clés qui permettent de décrypter l'inflexion idéologique qui facilite à la société capitaliste le passage d'une doctrine morale répressive à une doctrine morale permissive : une permissivité servant de monnaie d'échange pour déguiser l'oppression des classes populaires, les producteurs, en " nouvelle société " de la jouissance sans entrave .

Il s'agit ici, de saisir, les effets des progrès techniques qui nous donnent accès au stade de l'industrie légère, de la production en série, qui permettent de produire le gadget, l'objet de la jouissance par excellence .

Le "gadget " qui devient " lien " entre l'évolution permissive de la morale sociale et les besoins d'une nouvelle donne mercantile du capitalisme : besoin de créer de nouveaux marchés et de poursuivre l'oppression économique des " classes laborieuses ", oppression sans laquelle aucun profit n'est possible .

Le " gadget " qui va déterminer la fonction mercantile de la promotion de nouveaux modèles culturels dans l'idéologie publicitaire, contre les grands et problématiques récits collectifs qui obligent à la prise en compte des classes sociales .

Révolution culturelle ! Aidée par les formidables gains de productivité, favorisés par la robotisation, ayant permis une production industrielle des biens de subsistance et d'équipement répondant aux revendications sociales basiques, l'économie de marché se tourne vers la consommation, plus créatrice de plus-value, " de la frivolité ", du " mondain ", ( dit M. Clouscard ), à laquelle, sublime imposture, les pauvres peuvent penser avoir accès, mais ne voient pas " l'austérité clivée " qui a fait place à " l'austérité répressive " d'autrefois : pour eux, la consommation frivole minimale, pour les autres, les nouvelles couches moyennes et de la bourgeoisie, la gamme des produits de luxe .

Avec, en plus, dans les périodes de crise, " l'austérité cyclique " : les classes dominantes régulant la consommation en " assouplissant les règles " d'accès de certaines populations, à cette dernière . C'est l'austérité d'aujourd'hui, de l'après 2008 .

L'étape suivante des métamorphoses du capitalisme est dessinée par l'économiste australien Steve Keen : " Au fil des générations, l'immense accumulation de richesses, par certains, peut entraîner un retour à une société quasi féodale où des riches désoeuvrés vivent de la richesse accumulée par leurs ancêtres ... " .

Pasolini : odysseeducinema.fr

Pasolini : odysseeducinema.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans philosophie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens