Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 14:32

( Nocence : du latin - nocere : nuire - néologisme inventé par l'écrivain d'extrême-droite et admirateur de Marine Le Pen, Renaud Camus, dans " Le Grand Remplacement ", la bible du FN, pour décrire les nuisances importées par les immigrés : atteinte à la nature et à la qualité de vie ) .

" Sur les lieux mêmes de ma culture et de ma civilisation, je marchais dans une autre culture et une autre civilisation ", ( Renaud Camus, Le Grand Remplacement ) .

Poser le débat de l'identité par la civilisation et la culture en instituant un préalable non négociable - la nocivité des étrangers dans notre quotidien - revient à " écraser " tous les autres niveaux de définitions possibles, au profit d'un seul, ce qui s'apparente à un totalitarisme idéologique aux frontières du fascisme . C'est ce que fait le Front National au quotidien, en écho aux discours du très recommandable Renaud Camus .

Commençons par rappeler l'étrange " Débat sur l'Identité Nationale " lancé en 2010 par N. Sarkozy et son égrégore Eric Besson, débat raté, empoisonné, interrompu sans tambours ni trompettes, parce que, le Président sans culture que les Français s'étaient offert, n'avait rien compris au sujet auquel il s'attaquait .

L'identité est une notion vaste, abstraite presque métaphysique et ce n'est pas parce qu'il y a des nationaux et des étrangers qu'il y a des formations d'identités . C'est à dire que cette différence du national et de l'étranger s'inscrit dans beaucoup d'autres possibles, et des possibles qui se présentent dans les hasards offerts par la longueur d'une vie .

Concrètement, la notion d'identité ne peut se concevoir sans le sentiment d'appartenance car elle est une façon pour chacun de se rapporter à lui-même ; il ne peut pas y avoir d'identité pour un individu isolé . Il ne peut y avoir d'identité que comme moyen de se reconnaître membre d'une communauté ; toute identité est un lien, en ce sens qu'elle dépasse l'individualité de celui qui la porte et constitue un moyen d'entrer en communication .

Toute identité est également un regard, c'est à dire une façon de voir les autres mais aussi de se voir soi-même à travers les yeux de quelqu'un d'autre, et dans cet échange, deux formes vont se heurter : soit je crois voir, en face de moi, le regard de quelqu'un qui serait mon double, presque indiscernable de moi-même, soit je crois voir le regard de quelqu'un de totalement différent, presque d'une autre espèce . Illusions extrêmes, fantasmes ! Les phénomènes d'identifications relèvent donc ainsi d'un véritable imaginaire, ce qui tend à signifier que l'on se raconte aussi des histoires, qui peuvent être des histoires dans lesquelles on cherche à s'isoler ou, au contraire, des histoires avec lesquelles on tente d'entrer en communication avec toutes sortes d'autres, ce qui indique que toutes sortes d'identifications sont possibles .

L'identité est aussi une trajectoire personnelle que j'ai construite en fonction des possibilités qui m'étaient offertes de jouer un rôle dans plusieurs identités : la famille, l'école, l'entreprise, le métier, le syndicat, le parti, l'église, la synagogue, la mosquée, l'association, la société de chasse, l'association de boules, le club de foot ou tout simplement le quartier, le village ...

Relevons que dans la grande majorité de ces cas, l'étranger n'apparaît pas !

Soulignons, par ailleurs, qu'il peut exister, à l'opposé, une forme intenable psychologiquement : l'absence d'identité, le fait de n'avoir aucune identité particulièrement déterminante, en somme le fait de n'être personne ou, dit autrement, d'être tout ce qu'on veut . Le " monde virtuel " vers lequel on nous projette, la dématérialisation par le numérique, va en engendrer en masse, de ces êtres dépersonnalisés, transformés en objets . Cibles très recherchées par les néo-fascistes, car la banalisation absolue peut se renverser brutalement en délires identitaires, en chasses ouvertes à l'altérité .

On le voit bien, l'extrême diversité d'identités qui traverse nos existences, leur caractère souvent abstrait voire trop lié à l'imaginaire de chacun, gênaient les théoriciens du FN . Il fallait donc " écraser " tous ces niveaux, en vue de fabriquer " une identité pleine ", exclusive, par la fusion " Famille - Nation " - sous le signe de la religion ( chrétienne, cela va de soi ), une référence culturelle ( Jeanne d'Arc ) pour la communauté du sol et du sang, et un combat contre " le mélange " et la " mixité " par l'apologie de la généalogie .

Le drame de tout cela et - l'opération éditoriale d'un Zemmour en atteste - c'est que les notions mêmes de "francité ", de France ou d'Histoire de France, ont été vidées de tout leur sens, ne sont plus que des " notions vides " pour beaucoup de Français, au profit d'un " fétichisme exacerbé de cette histoire " . Et c'est peut-être là, le plus grand danger .

NB : d'après l'exposé d'Etienne Balibar sur les identités, dans le livre " Aux sources du populisme nationaliste " .

( NLTO ) .

( NLTO ) .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans philosophie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens