Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 14:06

L'élite reproche souvent au peuple l'ignorance dans laquelle elle le maintient ... On ne saurait attribuer les maux d'une société à la méchanceté humaine, mais aux défauts de l'organisation politique de cette société ... tentait de nous expliquer Spinoza, au XVIIe s.

Ils ont osé ! Le bavardage des journalistes n'a pas de limites . Ces derniers jours, à propos de la barbarie de L'Etat islamique, au Moyen-Orient, nos journalistes ont franchi le Rubicon et les bras m'en sont tombés . Las de ressasser des élucubrations " psychanalytiques " - du type, " la mort du père " - pour tenter d'expliquer les horreurs commises par les djihadistes, ils ont atteint les profondeurs où l'ignorance fraye avec l'imbécilité .

Les " néo-convertis " à l'Islam, français, qui partent en Syrie seraient pareils à ces combattants démocrates, républicains, socialistes et communistes, des Brigades Internationales, partis défendre, en 1937, au nom d'un idéal d'émancipation et de progrès de l'humanité, la République espagnole, légitime parce qu'issue du suffrage universel, agressée par le fascisme européen, en pleine ascension .

Le renversement idéologique accompli par ces " piètres " médiateurs est " renversant " . Dieu avait été " phagocyté " dans la célèbre Croisade, menée au nom du Christ, de Franco, les brigadistes se battaient pour la liberté ; ils étaient du côté de Spinoza et de sa célèbre formule : " Dieu est l'asile de toutes les ignorances " .

Les Brigadistes vivaient le temps de la création, les djihadistes vivent au temps de la destruction .

Tentons de revenir à une approche par la raison, aurait suggéré le philosophe, pour comprendre, la tragédie qui ensanglante l'Irak et la Syrie .

Le Big- Ban de cette tragédie a eu lieu, dans les années 1980, avec la chute du communisme soviétique - avec pour toile de fond, l'installation en Iran d'un régime théocratique, le régime de l'Ayatollah Khomeini - . La chute du communisme eut deux effets essentiels . Il permit d'abord, l'accélération de l'ultra-libéralisme, libre désormais de toute entrave, préparé par le reaganisme et le thatchérisme, et le basculement de l'Europe, sous la houlette de F. Mitterrand et de J. Delors, dans l'économie financière . Le deuxième effet, peut-être plus dévastateur que le premier, fut l'affaiblissement , pour longtemps sans doute, de la promesse, portée par le mouvement socialiste de la fin du XIXe s. et de l'essentiel du XXe, de l'avènement d'un monde nouveau, d'où toute référence à Dieu serait bannie . Le tremblement de terre de la fin des années 1980 précipita le grand retour des religions, partout dans le monde .

La supériorité idéologique acquise alors par le néo-libéralisme lui permit de lancer, sur les bases de la société de consommation déjà bien en place, ce que j'ai appelé, dans des billets précédents, la société du désir, société permissive à souhait afin de faire exploser la demande de biens inutiles mais sources de nouveaux et " juteux " profits . Aussi, lorsque les crises, indissociables des " jeux " financiers auxquels se livrent les " dominants ", éclatent, les frustrations auxquelles sont confrontés les consommateurs, et particulièrement les jeunes, moins armés face aux privations, ces frustrations vont faire des ravages, dans une jeunesse déjà fragilisée par un monde sans repères . Le modèle des modèles, individualiste jusqu'à l'horreur, leur apparaît soudain fatigué, incapable d'endiguer les fléaux dont ils sont par ailleurs les premières victimes : pauvreté, drogue, malnutrition, chômage, inégalités sociales ...

Alors, la religion, de retour sur le théâtre public, peut offrir à tous ces gens, pris dans une désorientation sociale et identitaire prononcée, l'illusion d'une communauté protectrice, solide, en tout cas fraternelle .

Les religieux, particulièrement ceux qui sont dans une logique fondamentaliste, possèdent, ce que certains spécialistes n'hésitent pas à appeler du charme, pour celui qui ne sait plus vers où se diriger . Les gourous de toutes les sectes savent cela, depuis longtemps .

Une autre clé explicative existe qui ne saurait être ignorée . Le discrédit qui frappe la classe politique, dans son ensemble, tout comme les experts démonétisés, rabaissés par la puissance du réel, et ce sous les coups d'une mondialisation débridée, sauvage, sans attelage, donc sans conducteur, ce à quoi il faut ajouter les dégâts de la corruption de nos élites, font apparaître les religieux comme des phares de probité, de respectabilité, pour passer très vite à des forces de pureté .

On peut résumer ainsi le procès : la politique telle qu'elle est pratiquée aujourd'hui n'est plus qu'une coquille vide, le fondamentalisme l'a bien vu, et l'a vampirisée, devenant son nouvel occupant . On retrouve cette vampirisation dans le concept très à la mode " d'autorités morales " qui peuplent tous les comités d'éthiques ; les dignitaires religieux auréolés par les politiques d'une " aptitude à délivrer des bons points à ceux qui nous gouvernent ", mais comités d'où sont exclus les laïques et les libres penseurs .

N'a-t-on pas vu des hommes d'Etat délivrer des brevets de respectabilité historique à toutes les Eglises en tant que facteurs d'ordre, de stabilité, de recours ultime face à la désintégration des normes ? Nicolas Sarkozy s'illustra particulièrement dans cette séquence ( discours de Latran ) .

N'a-t-on pas vu beaucoup d'hommes politiques, durant ces deux dernières décennies, malmener la laïcité, tenter de la manipuler au point de créer, dans le pays , une véritable détestation, chez certains, de ce principe constitutionnel ?

N'a-t-on pas vu nos grands médias faire entrer le loup dans la bergerie, en invitant, sur leurs plateaux télévisés, ou dans leurs grandes pages éditoriales, sans se lasser, ce qu'il y avait " de plus chrétien ", " de plus musulman " - car l'économie médiatique ça existe -, de Christine Boutin à Tariq Ramadan ?

Quelle est, de la part de " Daesh ", la mécanique d'absorption de nouveaux adeptes ? Mettre en cause d'abord ceux qui servaient le despote déchu ; puis les clans ou tribus qui avaient refusé de se soulever ; puis la minorité ( chiite ) ; puis ceux qui sont trop occidentalisés ou trop proches des chrétiens ; puis ceux qui sont considérés comme trop tièdes à l'endroit du message coranique tel qu'il est porté par les prédicateurs du calife : un message très organisé, totalitaire, afin de faire comprendre au futur adepte qu'il y a toujours plus dur, plus authentique, donc plus pur !

Alors put venir l'utilisation des plus récentes nouveautés en matière de communication . Ils ont investi le Net, se sont appropriés les technologies de pointe en matière de communication mais seulement après que tous les autres processus furent en place et pas avant, comme le prétendent nos verbeux journalistes, car c'eût été contre-productif .

La barbarie ne peut croître que dans un terreau bien retourné !

Chers journalistes parisiens, concentrez vos efforts sur les couloirs de l'Elysée et les hystéries de nos ex-premières dames, vous êtes faits pour cela : laissez les grandes questions aux gens sérieux !

NB : inspiré par l'article de J. Macé-Scaron et M. Gozlan, " Pourquoi les religions les rendent fous ? ", Marianne No 918 .

Ils ont osé !

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans histoire
commenter cet article

commentaires

JML 24/11/2014 17:18

Et de plus on ose prétendre que ce sont surtout les enfants d'athées qui rejoignent les jihadistes... Bientôt les athées seront responsables des guerres de religion... La bêtise humaine n'a vraiment aucune limite...

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens