Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 14:52

" L'autre, qu'on déclare intolérable au-delà de certains " seuils " quantitatifs, ou qui prétend ne pas se cantonner à certaines fonctions du bas de l'échelle sociale, qu'on déclare donc inassimilable par notre société et notre civilisation ... ", ( Etienne Balibar, philosophe, Aux sources du populisme nationaliste ) .

La " Préférence nationale ", slogan structurant de l'idéologie néo-fasciste du Front National, n'est pas invoquée par ce parti comme une mesure politique parmi d'autres, mais bien comme un principe historique et anthropologique, dont le FN nous dit qu'il est fondé dans la nature même des choses et que la survie des peuples en dépend . ( Cf . " La Préférence nationale . Réponse à l'immigration ", ( 1985 ), Jean-Yves Le Gallou, membre du Club de l'Horloge puis du FN ; - " Ni droite, ni gauche : Français, Contre la pensée unique . L'autre politique ", Samuel Maréchal, Président du FNJ, 1995, gendre de JM Le Pen ) .

Une certaine prudence est de mise chez les idéologues néo-fascistes, la préférence nationale n'est pas avancée au nom de caractères biologiques ou prétendus tels - terrain délicat - mais quand même : il y a bien " des différences de nature" entre les individus, historiques et culturelles ; il existe bien une appartenance héréditaire à telle ou telle communauté qui confère aux individus un ensemble de propriétés " incommunicables ", quasi naturelles, résultat d'une très longue histoire . Sur ce terrain, l'argumentation paraît plus aisée aux idéologues du FN, et c'est en partie vérifié . De telles représentations , reprises trop souvent par les défenseurs des droites classiques, mettant quelque peu la problématique soulevée, à distance, ont réussi à rendre la notion de " différence culturelle " obsédante pour une grande partie de la société - et bien au-delà des classes populaires comme ont tenté de la faire accroire certains - comme s'il existait on ne sait quelles barrières culturelles, de l'éducation et de l'intelligence, qui protègeraient les " élites " . L'historien et sociologue Pierre-André Taguieff, avait théorisé ces représentations dans le concept de " Le racisme différentialiste " ( La force des préjugés, Gallimard, 1990 ) .

Car disons-le clairement, c'est bien de racisme, dont il s'agit . Dès lors que " la préférence nationale " nous est présentée comme un principe d'interprétation de l'histoire, une clé pour s'orienter dans la vie sociale reposant sur des fondements anthropologiques, en vue d'une application universelle, elle est de façon immanente " raciste " .

Tous les propos et écrits de l'inventeur du concept de " préférence nationale ", ( Jean-Yves Le Gallou ) confortent notre jugement . A l'université d'été du FN, en août 2000, à Plomelin, il déclare : " Face à l'invasion, c'est une véritable guerre raciale qui menace les tréfonds de notre civilisation " ... La " Fondation Polemia " qu'il crée quelques années plus tard expose, dans son préambule, ses objectifs : " Affirmer sans complexe la supériorité de la civilisation européenne ... et donner des armes aux Euros-français de reconquête intellectuelle, politique et morale ... " . Monsieur Le Gallou travaille inlassablement à l'abrogation, par ailleurs, des lois condamnant toute incitation à la haine raciale, ( Loi Pleven de 1972 ), les discriminations ethniques, nationales et religieuses, ( Loi Gayssot de 1990 ) et la reconnaissance de la Traite des esclaves comme crime contre l'Humanité ( Loi Taubira de 2001) .

L'alignement de certains dirigeants - psychopathes - de la droite, sur les thèses du FN, nous oblige à nous poser, presque naturellement, la question : vers où allons nous ?

Les sociologues seraient bien inspirés à interroger les références à " une solution finale du problème de l'immigration ", en ces termes ou en des termes voisins, dans la presse du FN et dans la littérature avoisinante . Les signifiants de " l'extermination " qui " flottent " déjà dans les discours des responsables frontistes, peuvent un jour être pris au sérieux . Et ce jour là, quelles résistances la société aura-t-elle mises en place, pour combattre l'apocalypse ?

Souvenons-nous ! Quelle fut la trajectoire mise en place, par les régimes fascistes de l'entre deux guerres, pour préparer les déportations ? " Ostracisation des apatrides, des étrangers, des hommes inférieurs, d'abord ... Exclusion de certains droits, de certaines professions, de la citoyenneté, à l'encontre des juifs, ensuite " !

Nous ne devons pas oublier cela, quand Marine Le Pen , pose la question de l'accès aux droits sociaux ( dont la santé ) pour les étrangers et les immigrés !

Car la leçon du passé est bien celle-ci : si le FN s'impose, de plus en plus de gens deviendront des étrangers . Ceux qui ont des rapports avec les étrangers ( déjà aujourd'hui, sont passibles de poursuites ceux qui aident les étrangers ), puis ceux qui ont des rapports avec ceux qui ont des rapports avec les étrangers, etc ...

NB : source, Etienne Balibar, " De la préférence nationale à l'invention de la politique , in " Aux sources du populisme nationaliste " .

Travailleur immigré .

Travailleur immigré .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens