Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 15:02

" Le néolibéralisme est un projet constructiviste : pour lui, la stricte application de la rationalité économique à tous les domaines de la société n'est pas un donné ontologique ; il œuvre au développement, à la diffusion et à l'institutionnalisation de cette rationalité ... L'Etat ne doit pas seulement s'intéresser au marché, il doit penser et se conduire comme un acteur du marché, et ce dans toutes ses fonctions, même ses fonctions législatives ... " ( Wendy Brown ; Les habits neufs de la politique mondiale ) .

Le mythe n'est ni légende ( qui supporte quelques faits historiques vérifiables ), ni conte ( qui se veut inventif sans expliquer ), ni roman ( qui explique mais sur peu de fondements ) . Le mythe est un récit qui se veut fondateur d'une pratique sociale ...

Tous les peuples ont besoin de récits fondateurs, de mythes, pour se reconnaître, s'identifier, se mobiliser, s'engager, ouvrir les chemins du progrès . Longtemps la gauche eut cet avantage sur les droites conservatrices : ses " voix " savaient inventer les récits qui enflammeraient les cœurs des exploités, des asservis, des esclaves ...

Le plus beau de ces récits avait peu à peu pris un nom : " Socialisme " . Un très beau nom, sali et sacrifié, depuis trois décennies, par une gauche auto-proclamée réaliste, qui du coup a abandonné les grands récits idéologiques et utopiques pour sacraliser " les chiffres ".

Les néolibéraux n'ont pas commis la même erreur et sont venus combler le vide laissé par la gauche des notables .

La tâche n'était pas évidente car la droite n'est pas, par nature, encline aux mythes . Et pourtant elle a vite compris que la production de récits est cruciale à l'âge néolibéral .

La deuxième difficulté résidait dans le fait que les grands mythes sont collectifs, que l'on y parle des peuples, des empires, des églises, des conquêtes, alors que le néolibéralisme ne laisse subsister que les formes d'épanouissement et de réalisation individuelles .

Qu'à cela ne tienne, les idéologues du nouveau capitalisme ont su trouver la formule : un artifice, possible grâce aux nouvelles technologies de l'image ( télévision, internet, réseaux sociaux ), une chute dans la vulgarité , du mythe collectif au " storytelling " individuel .

La métamorphose de l'entrepreneur égoïste en philanthrope mondialisé ( Bill Gates ), la figure de la minorité vengeant les siens par sa réussite ( la star, le sportif de haut niveau ), le collectionneur de records dans les sports extrêmes venant titiller ma pusillanimité pour que durant quelques minutes je m'identifie à lui, et " moi ", moi, sur Facebook, écrivant, comme mes héros, " mon conte de faits ", depuis ma superbe " cuite " lors du baptême de mon fils, jusqu'à mon élection à la présidence du club de pétanque de mon quartier .

Quant aux " géants " qui habitaient tous les grands mythes fondateurs d'autrefois, en tant que symboles de la force brutale luttant contre l'harmonie et l'ordre, ils ne sont plus que " des gens du voyage ", ballottés entre les buissons épineux de nos égoïsmes .

Auparavant, la droite ne proposait qu'un système de valeurs, sans dimension narrative, tandis que la gauche constituait " un grand réservoir utopique d'histoires possibles " ; c'est désormais l'inverse qui se produit . La " gauche gestionnaire " tente encore de défendre quelques valeurs mais elle ne parvient plus à " les mettre en histoires " .

Rappelons-nous, avec l'historien des idées, François Cusset, ce que fut la dernière tentative de "mise en histoires " de la Révolution Française, par la gauche : la célébration du Bicentenaire, en 1989 .

Confiée à un publicitaire, Jean-Paul Goude, cet évènement historique majeur, nous fut proposé comme un spot publicitaire : un gigantesque défilé de l'histoire de France, en technicolor, sur les Champs-Elysées .

Le tournant de notre histoire réduit à " un souvenir publicitaire, avec strass, paillettes, et ambiance néo-pop " . La longue parenthèse des Lumières venait de se clore . Nous étions revenus à " l'histoire obscène des vainqueurs " .

NB : d'après l'entretien donné par François Cusset au site " Article 11 ", 8 avril 2011 - les fossoyeurs du nouveau monde .

Thor terrassant les géants .

Thor terrassant les géants .

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans philosophie
commenter cet article

commentaires

rudelle bernard 25/06/2014 15:09

Bonjour Charles
ça me va ! J'espérais avec la gauche un peu moins de jeux et un peu plus de pain pour ceux qui en manquent
Hélas quelle naïveté!
Merci d'éclairer un peu ma lanterne qui a tendance à s'éteindre ...
Merci comme le font en ce moment ceux que l'on appelle "intermittents" qui comme l'a si bien dit Niestche ( Il faut savoir conserver en soi un chaos pour pouvoir mettre au monde une étoile qui danse) réveillent le chaos qui reste encore en moi.

Pioch Charles 26/06/2014 14:08

Bonjour Bernard . C'est une joie de voir que ti connais mon blog et que tu t'intéresses à mes modestes réflexions . Ca ne change pas le monde mais ça fait du bien à celui qui écrit : ça soulage . Et puis qui sait ? Un jour quelque chose peut bouger . Amical souvenir ! Charles .

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens