Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 14:53
varlopes et rabot : fr.wikipedia.org

varlopes et rabot : fr.wikipedia.org

" Le niveau élevé du SMIC est une marche d'escalier difficile à franchir, en France, pour trouver du travail " . ( Pierre Gattaz . Patron des patrons ) .

Que celui qui a trouvé pour la première fois l'expression " le social -patronalisme " me pardonne, je ne retrouve pas de qui il s'agit, mais je fais mienne cette expression, pour pouvoir donner un titre à la conférence de presse de Manuel Valls, d'hier, 16 avril 2014 .

Entre le 6 mai 2012 et le 13 janvier 2014, le Président de la République a fait planer un doute plutôt malsain sur sa politique : de droite, de gauche, libérale, anti-finance, pro-finance, social-libérale, social-démocrate, etc., etc ...

Mais le 14 janvier 2014, il annonce enfin la couleur : " je suis social-démocrate ", s'écriera-t-il, lors d'une conférence de presse solennelle . Sauf que cette affirmation est un mensonge . Un social-démocrate, historiquement, certes, ne travaille pas pour la révolution radicale, mais agit pour réformer le capitalisme, le contrôler, afin que ce système ne porte pas atteinte au progrès social, mais au contraire protège les travailleurs, leurs familles, assure l'éducation de leurs enfants, les protège des aléas de la vie, garantisse un bon fonctionnement de l'ascenseur social .

Les commentateurs, observateurs et politologues de tous bords, peu convaincus par la parole présidentielle, préféraient évoquer le social-libéralisme de l'américain John Rawls : libéralisme, libre-entreprise, libre concurrence, mâtinés d'un d'un peu de social, envers les plus démunis, à prendre sur la plus-value générée par les entreprises, après que les actionnaires se sont payés .

La feuille de route que le Président a remis au nouveau Premier Ministre le 31 mars dernier, lorsqu'il l'a nommé, calée par ce dernier lors de son discours de politique générale, huit jours plus tard, et ayant pris toutes ses couleurs, hier, lors de la conférence de presse, n'est même plus social-libérale : " c'est du social- patronalisme " .

Ce glissement sémantique mérite, cela va de soi, un certain nombre d'éclaircissements .

Une image peut nous y aider : " la varlope " du menuisier, l'ancêtre de la " dégauchisseuse ", l'outil chargé de mettre la planche " au carré ", de faire disparaître toutes les aspérités, de redresser toutes les perpendiculaires . J.M. Ayrault a travaillé au " rabot " pour lisser quelques " noeuds " apparus dans le bois . Manuel Valls avance à la " dégauchisseuse " pour obtenir son angle droit .

Des milliards d'€, 35 au moins, d'allègements de charges, de suppressions de cotisations sociales, de réductions de l'impôt sur les sociétés, d'exonérations de taxes diverses, de CICE, qui s'ajoutent au Crédit Impôt Recherche, aux compensations liées au passage aux 35 heures, quinze après, pour les entreprises .

En face, 50 Mds d'€ de service public en moins, de prestations sociales en moins, de retraites en moins : gel des salaires des fonctionnaires prolongé - en 2017, cela fera huit ans - ; gel des retraites pendant un an et demi, au moins ; gel des allocations familiales et des allocations logement, pour la même durée ; mais augmentation encore des impôts, pour les classes moyennes et populaires, en 2014, augmentations déjà votées ; augmentation des cotisations retraites des salariés, dés 2014, déjà votées ; diminution des remboursements de médicaments ; mise en place de la chirurgie ambulatoire pour fermer plus de lits et ne pas recruter d'infirmières dans les hôpitaux ; augmentation des impôts locaux pour compenser le désengagement de l'Etat et payer toutes ces nouvelles intercommunalités dont sont si " friands " nos élus ...

Le plan de lutte contre la pauvreté - 50 millions d'€ - annoncé par son prédécesseur, est sagement enterré par Manuel Valls . Seuls les minimas sociaux et le minimum vieillesse échapperont au gel : un zeste de social-libéralisme .

A la " varlope ", vous dis-je ! Et dans ce climat où tout semble possible à ceux qui nous gouvernent, une attaque en règle contre le " SMIC ", est lancée - le 2 avril dernier - par un proche du Président, Pascal Lamy, ex-directeur général de l'OMC , ex-socialiste, ex-directeur de cabinet de Jacques Delors, attaque reprise par l'inénarrable Président du MEDEF, P. Gattaz, relayée par trois économistes , eux-aussi proches du Président - Cf. leur livre " changer de modèle "- et reçus à déjeuner par celui-ci, mardi dernier, thème amplifié par tous les débats télévisés de cette semaine . Nous reviendrons sur le sujet .

" Vos salaires sont trop élevés ; vos retraites sont trop généreuses ; les prestations sociales atteignent des niveaux indécents ; enfin quoi, cela ne peut plus durer " !

Partager cet article

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens