Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 14:29
Pinterest-com

Pinterest-com

" Nous ne faisons pas obstruction à la justice, nous faisons obstruction à l'injustice " ( Avocat de Marine Le Pen ) .

Avant hier, mercredi, Marine Le Pen a refusé de se rendre à une convocation de la police judiciaire qui enquête, sur commission du parquet de Paris, sur l'affaire des recrutements des attachés parlementaires des députés européens du Front National . Elle devait y être entendue en " audition libre ", en raison de son immunité parlementaire européenne . Ce même mercredi où son garde du corps et sa chef de cabinet étaient placés en garde à vue dans le cadre de la même affaire, celle-ci étant finalement mise en examen, pour recel d'abus de confiance . MLP a fait savoir qu'elle ne répondrait à aucune convocation de la justice avant les élections législatives du mois de juin 2017 .

La cheftaine du FN est coutumière du fait : elle a déjà utilisé cette manoeuvre vis à vis des juges d'instruction qui instruisent l'affaire du financement de son micro-parti " Jeanne " . 

MLP bafoue la justice, c'est une évidence, car si sa chef de bureau est mise en examen " recel " d'abus de confiance, il existe donc quelqu'un susceptible de d'être poursuivi pour " abus de confiance " .  Ce faisant, MLP prend des risques . Elle ne peut, en raison de son immunité être amenée de force sur les lieux de l'audition, ni placée en garde à vue, mais les magistrats instructeurs peuvent parfaitement l'entendre en audition libre et la mettre en examen s'ils estiment qu'il existe des indices " graves et concordants " d'un abus de confiance au préjudice du Parlement européen .

En ce qui concerne les propos de son avocat, reconnaissons qu'il ne manque pas de culot . Evoquer une " obstruction à l'injustice " de la part de la cheftaine du parti le plus poursuivi de France, relève du grand-guignol . C'est qu'il ne s'agit pas avec le FN, comme pour Fillon,  d'une enquête et d'une éventuelle mise en examen . Le FN de Marine Le Pen va passer d'ici peu en procès pour complicité d'escroquerie, recel d'abus de biens sociaux, abus de confiance et autres amabilités . 

C'est son trésorier, Walleyrand de Saint-Just, un vice-président, Jean-François Jalkh, qui sont attendus dans le box, pour répondre d'avoir engraissé le parti, lors des élections de 2012, au détriment de l'Etat .

Le " micro-parti Jeanne " a lui-aussi rendez-vous au tribunal, pour la même arnaque avec deux anciens trésoriers, Olivier Duguet et Axel Lousteau . Au total sept proches de la patronne sont d'ores et déjà traînés en justice .

Vous en demandez encore ? Le " parti anti-système " par excellence est le profiteur le plus doué du système pour vivre sur le dos du système . Pas moins de vingt personnes sont soupçonnées d'avoir trimé - ça a été établi par le Parlement européen, mais il faut encore dire soupçonnées - au Parlement européen autant que Pénélope au Palais-Bourbon . Papa, Marine, le fidèle Gollnisch, ont déjà été condamnés par Bruxelles à rembourser 1 milliom d'€ pour ce forfait . A Paris, une enquête, on vient de le voir, est ouverte pour - excusez du peu, " escroquerie en bande organisée " . Le propre garde du corps de la cheftaine, Thierry Légier, qui ne la lâche pas d'une semelle,  était payé par le Parlement . On ne se refuse rien, chez les Le Pen, Marine a bien appris les leçons de papa .

Vous en voulez plus ? Côté famille,on n'a rien à envier aux Fillon, on fait même mieux . Marine avait recruté en 2012-2013, son compagnon Louis Alliot, à mi-temps, pour 5000 € par mois ; c'est beau l'amour . La soeur de Marine, Yann Maréchal, avait été placée auprès de Gollnisch, pour 7000 € par mois, pendant cinq ans . Frangine qui proclame à corps et à cris que Marine est " la candidate du peuple contre la droite du fric et la gauche chic " .

Un dernier verre avant la route : papa est poursuivi pour avoir planqué 2,2 millions d'€ et le lingots d'or en Suisse quand fifille est soupçonnée d'avoir sous-évalué sa fortune de 500 000 € pour payer moins d'impôt sur la fortune ...

Allons ! Restons confiants . Tout cela va bien finir par se savoir !

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 14:19
Poupée vaudou .

Poupée vaudou .

 Le culte Vaudou est à la fois l'affirmation d'un monde surnaturel et l'ensemble des procédures permettant d'entrer en relation avec celui-ci . Il se caractérise par des rites " d'incorporation " ( possession volontaire et provisoire par les esprits ) à travers des sacrifices d'animaux, des danses, la croyance aux morts-vivants ou encore la très connue poupée à épingles ...

Incapable de décrypter l'actuelle situation politique du pays par mes modestes connaissances en sciences politiques, j'essaie depuis quelques temps d'atteindre une explication par des chemins détournés . Avant-hier c'était par la tradition chrétienne, beaucoup d'incomplétude ; hier par les techniques surréalistes ( l'image ), peu satisfaisant ; aujourd'hui, je tente ma chance avec le rite vaudou pour essayer d'atteindre " l'esprit du rassemblement " .

Depuis que Benoît Hamon a été désigné candidat officiel du Parti Socialiste à la prochaine élection présidentielle on ne parle que de rassemblement . La posture stratégique qui est celle du candidat : proposer un rassemblement impossible pour se placer ensuite en victime des " égos " n'a échappé à personne tant on fait durer médiatiquement l'abandon des " Verts " dans les bras du PS - pour une poignée de circonscriptions législatives - et ce afin de faire apparaître au grand jour l'intransigeance mortifère de celui qu'on considère comme un " zombie " du siècle passé : JLM . Mais créer de toute pièce  un " zombie ", dans le rite vaudou est loin d'être un sujet anecdotique .

Question : quelle idée est portée par Benoît Hamon ? En fait, alors que le premier tour de la primaire socialiste n'avait pas eu lieu, le programme du " Petit Benoît " - c'est son surnom à Solférino - était déjà impossible à mettre en oeuvre . Sur les 398 candidats investis par le PS, à la date de la victoire de Benoît Hamon, 255 sont des tenants de la ligne social-libérale de Hollande-Valls, et parmi eux, sur les 166 députés sortants, 143 sont des tenants de la ligne néo-libérale du gouvernement .

Si, un miracle " vaudoun ", bien improbable,  devait conduire B. Hamon à l'Elysée, il n'aurait jamais de majorité au Parlement, sa ligne restant très minoritaire ( 25% de mandats, au dernier Congrès de Poitiers, en 2015 ) . Cambadélis a particulièrement bien verrouillé le Parti et ligoté le candidat . 

Un exemple : le Président de la République ne fait pas les lois; il nomme un gouvernement et celui-ci doit avoir la confiance du Parlement . Toujours dans une configuration optimiste, si B. Hamon décidait de nommer un Premier Ministre socialiste de gauche, la majorité social-libérale aurait tout le loisir de le renverser .

Tout le paradoxe est bien là : que Hamon soit le candidat du Parti Socialiste mais sans troupe derrière lui et sans la capacité de pouvoir retirer des candidats déjà investis . Tant et si bien que les candidats de sa ligne, qui ne sera pas la ligne que défendront les candidats socialistes aux Législatives, ceux qui pourraient porter un projet commun, seront ceux qui auront combattu les candidats socio-libéraux, pro-hollandais : candidats de la France Insoumise, candidats du PCF, candidats EELV . 

Equation mathématiquement sans solution, saut à faire intervenir la procédure des " poupées à épingles ", pour retourner les esprits mais cela fait trop de monde en jeu !

En théorie, B. Hamon devrait donc soit quitter le PS pour former un mouvement porteur de ses idées et désigner ses propres candidats aux Législatives, soit appeler à voter pour des étiquettes concurrentes aux élections du mois de juin, ce qui ne serait plus cohérent avec sa désignation à la primaire .

En un mot, la candidature de B. Hamon est incompatible depuis le début avec le projet pour lequel il a été désigné par les électeurs de la primaire qui se voulait ouverte . Et si les électeurs potentiels de B. Hamon veulent voir le programme légitimé par la primaire se réaliser, ils ne doivent ni voter pour lui, ni soutenir sa candidature, puisqu'elle portera, par nécessité, au pouvoir, les idées auxquelles ils s'opposent manifestement .

Autant dire que pour le programme de B. Hamon porté par B. Hamon il est déjà bien trop tard . Et à ce titre, les appels au rassemblement derrière l'impérative candidature Hamon sont au mieux des facéties " d'esprits mal intentionnés " .

 Quel est le " sacrifice " qui pourrait nous rendre les dieux de la politique plus conciliants ?

 

 

 

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 14:43
La carte postale .

La carte postale .

" Sous prétexte qu'il s'agit de surréalisme le premier chien venu se croit autorisé à égaler ses petites cochonneries à la poésie véritable ... " (1), ( Louis Aragon, Traité de style, 1928 ) .

Aragon voulait dire, alors qu'il commence à s'éloigner d'André Breton et du mouvement surréaliste : " Si vous écrivez suivant une méthode surréaliste de tristes imbécillités, ce sont de tristes imbécillités et sans excuses ... " 

" Faire ", est le titre du livre de F. Fillon, publié le 16 septembre 2015, par Albin Michel, livre programme en vue de l'élection présidentielle, dont son éditeur dit : " Une analyse implacable de la situation " .

Allez donc savoir par quel mécanisme d'association d'idées le programme de Fillon m'a ramené au " Traité de style " d'Aragon, de 1928  sinon peut-être, parce que nous vivons actuellement une période politique des plus surréalistes . 

" La carte postale a longtemps représenté un petit garçon sur le pot, un sujet de plaisanteries inépuisables . Mais la moitié de la population s'est mise à dépérir  depuis que tant de bons mots sont au rancart avec la disparition de la chaise percée, passée de mode . Heureusement, des perfectionnistes du bidet réjouissent à nouveau le coeur des générations les plus jeunes . C'est ainsi que nous avançons entre deux haies de bonnes histoires de merde, bien grasses . Ecoutez parler les chemins de fer, les tables d'hôte, sans compter vos supérieurs hiérarchiques, de la caserne au mécénat, ( aujourd'hui, les réseaux sociaux ) et dans la plupart des établissements, on se sert des journaux en guise de papier hygiénique . Comme cela le plaisir est double, on récupère en lisant, la matière excrémentielle, excellente à l'esprit comme au coeur ... Matière éminemment française . Tout ce qui est national est nôtre . Aussi, ce peuple de vidangeurs se targue-t-il d'avoir la première peinture du monde, le premier cambouis, la première cuisine, les premières putains,, la première politesse . ( Toute la grandeur que veut lui rendre F. Fillon ) . Ayant marché du pied gauche dans un peu de sel gaulois, il possède une histoire sans ombre, sans lâcheté où l'on chercherait en vain l'histoire d'une erreur, d'une lâcheté . ( La colonisation ? Certainement pas ! ) Elégance et galanterie n'excluent en rien le mot pour rire . Et d'ailleurs, ne rit-on pas dès l'enfance, dès que le petit citoyen se tord lorsque le mot " caca "retentit patriotiquement à son oreille ... " ( Extraits du Traité de style ) .

Je crois que je tiens la clef de mon étrange association d'idées : " le mot caca " ! Dans le monde de F. Fillon, tout est " caca " !

Son livre " Faire ", fait pour nous faire " chier ", dénonce le " caca " qu'ont été les quarante dernières années, où l'on a trop donné aux travailleurs, aux pauvres, aux vulnérables, aux vieux, cadeaux qui ont fait exploser la dette de la France et ont privé nos braves patrons de toute marge de manoeuvre et même si, une nouvelle fois, nos entreprises sont les plus généreuses en Europe pour le taux des dividendes redistribués aux actionnaires . C'est " caca ", la Sécurité Sociale, les services publics, les fonctionnaires, la semaine de 35 heures, l'assurance chômage ...

Mais il y avait, dans le passé de F. Fillon, un autre " caca ", qu'il n'a pas vu venir parce qu'il le croyait bien enfoui dans la riche terre de la Sarthe : un " caca " déjà fait et qu'il croyait dissous .

Ah ! Il peut bien tonner contre les journalistes " fouille-merde " . Mais faut-il s'étonner quand on a écrit " Faire " comme " Vous allez en chier " que les " fouille-merde " s'accrochent à ses basques ?

Ah ! Le brave homme, le bon chrétien, l'impénitent humaniste qui annonçait vouloir mettre un peu de coeur dans la politique et qui a semé " une merde " terrible dans "  Landerneau " !

(1) . " Faire " : " Le maître mot de la langue française ", disait aussi L. Aragon . Plus de cinquante acceptions différentes selon le " COD " qui le suit ; des dizaines d'exemples où il peut prendre la place de n'importe quel autre verbe . Une perle pour celui qui écrit qu'il soit essayiste, poète, écrivain ou journaleux . 

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 15:42
Cierge de Pâques : symbole de la résurrection du Christ .

Cierge de Pâques : symbole de la résurrection du Christ .

(1) Jacques Brel, " Ces gens-là " .

" Ô ministres intègres, conseillers vertueux ! / Voilà votre façon de servir, serviteurs qui pillez la maison ! / Donc vous n'avez pas honte et vous choisissez l'heure, / L'heure sombre où l'Espagne agonisante pleure ! / Donc vous n'avez ici d'autre intérêt que de remplir vos poches et vous enfuir après ... " ( Victor Hugo, Ruy Blas ) .

Oui, je ressasse encore et encore mon Victor Hugo . Mais le grand homme n'avait-il pas tout dit ?

La République affirme le droit et impose le devoir ", proclamait-il aussi . C'est en cela que le système qui a produit les Fillon, Sarkozy, Longuet, Balkany, Copé et tous leurs clones - de droite et de gauche - doit être revu de fond en comble .

Fondé sur un scrutin électoral inique qui interdit, faute de proportionnelle, toute représentation du pays réel, assis sur une logique présidentielle qui fait de l'hôte de l'Elysée un monarque, pendant cinq ans, ce système a transformé les partis en écuries électorales, les ministres en petits soldats de la finance, les parlementaires en godillots du pouvoir exécutif .

" Au fil des décennies, l'entre-soi est devenu un mode de vie ; la corruption, un passage obligé ; le privilège, une permanence ; l'opacité, une règle de fonctionnement ; le lobbyng, la facilité juridique ; le scandale, un risque permanent " ( Jack Dion, Marianne ) .

Au Parlement, instance censée représenter le peuple, les ouvriers et les employés - depuis l'affaiblissement du PCF - constituent une espèce en voie de disparition et pointent aux abonnés absents, alors qu'ils représentent plus d'un actif sur trois . Ils ont été éliminés par le tamis politico-social qui les rejette systématiquement des postes de responsabilité, occupés par des apparatchiks, des hauts fonctionnaires, des avocats, des médecins et ces représentants de professions qui n'ont aucun problème de reconversion .

Quand le droit est à ce point bafoué, le changement de République devient un devoir, ne serait-ce que pour la réconcilier avec le peuple .

Et cela suppose de nouveaux outils démocratiques afin de redéfinir le rôle des Assemblées en changeant le mode de scrutin pour que les instances élues soient véritablement représentatives de la population, en mettant des barrières à tous les niveaux, contre la corruption, le lobbyng des grands groupes, comme l'industrie pharmaceutique et les banques, qui assure la prééminence de la finance .

De même, faudra-t-il revoir le rôle et les missions des élus et leur assurer un déroulement de carrière nécessaire pour limiter le cumul des mandats dans le temps : cela s'appelle le statut de l'élu . C'est ainsi qu'on en finira avec le règne des professionnels de la politique symbolisés par un F. Fillon, qui n'a de sa vie exercé d'autre activité .

Non, M. Fillon, vous pouvez vous raidir, vous n'êtes pas blanc comme un cierge de Pâques, la République n'est pas l'église catholique, il ne vous suffira pas de passer par le confessionnal pour remettre les compteurs à zéro et voler vers de nouvelles indélicatesses . 

 Ce que vous êtes et ce que vous avez fait ne peut plus durer et aucun cierge ne vous aidera à ressusciter à la vie politique .

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 15:02
Carnaval de Nice . Le Quotidien .

Carnaval de Nice . Le Quotidien .

" Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés ", ( Les animaux malades de la peste, Jean de La Fontaine ) .

" Dans une longue histoire de scandales politico-financiers qui ont ébranlé notre vie démocratique, le " Pénélopegate " restera comme un évènement unique parce qu'il aura " pourri " le déroulement d'une campagne électorale majeure en un temps de crise béante " (1)  .

" Ce que reflète avant tout le " Pénélopegate ", c'est le sentiment, chez les hommes politiques, qu'ils appartiennent à " une caste de privilégiés " . (1)

" Au fond, il n'y a pas dans tout ça de quoi fouetter un chat ", confiait en novembre 1887, le Président de la République, Jules Grévy, alors même que son gendre et principal conseiller, Daniel Wilson, député de Loches, orchestrait depuis l'Elysée un trafic de décorations - légion d'honneur, surtout - qu'il distribuait par centaines en échange d'argent ou de souscriptions d'obligations dans ses différentes sociétés . Le 2 décembre 1887 Jules Grévy devait démissionner, mais sans jamais condamner les agissements de " M. Gendre " . Ce fut le premier scandale politico-financier de la IIIe République . Le député- gendre Daniel Wilson fut acquitté par la Cour d'Appel le 27 mars 1888 .

Cinq ans plus tard, ils étaient 104 députés et sénateurs - " les chéquards " - , à apparaître sur une liste fournie par la Compagnie de Panama en charge du creusement du canal du même nom qui avaient accepté des pots-de-vin pour voter un emprunt favorable à la Compagnie . A l'heure des anctions judiciaires, on ne trouva plus personne . Seuls 10 parlementaires furent inculpés et tous bénéficièrent d'un non-lieu après avoir nié avec détermination toute implication . Seul un ministre, Charles Baïhaut, fut sanctionné pour avoir eu la naïveté d'avouer .

La Ve république ne devait pas en rester là . C'est ainsi qu'au début des années 1970, les feux de l'actualité se tournèrent vers plusieurs sociétés immobilières véreuses, aux quelles des députés de la majorité gaulliste avaient prêté leur nom et leur influence . Sandale suivi par une mise en cause de tout le système par les dénonciations de Gabriel Aranda, un conseiller du ministre de l'équipement Albin Chalandon, concernant les collusions de certains hauts-responsables gaullistes avec des sociétés bénéficiaires de marchés publics . Dans cette affaire, li n'y eut qu'un seul inculpé, Gabriel Aranda - le lanceur d'alerte - pour vol de documents officiels .

Cependant, en 1972, il y eut bien, une victime politique, à tous ces scandales : le Premier Ministre gaulliste, Jacques Chaban-Delmas . Sa feuille d'impôts fut publiée par le Canard Enchaîné, montrant qu'il ne payait pas d'impôt sur le revenu mais que c'était tout à fait légal . Chaban-Delmas dut démissionner mais perdit l'élection présidentielle suivante - en 1974 - contre Valéry Giscard d'Estaing . On devait apprendre, quelques temps plus tard, que la fuite des déclarations fiscales provenait du ministère des fiances, alors dirigé par M. Giscard d'Estaing .

Ce dernier allait être victime d'une attaque comparable quelques années plus tard, en 1979, à propos d'une affaire de " diamants " que lui avait offerts, le triste et pitoyable empereur de Centre Afrique Bokassa Ier : sa défense, méprisante et arrogante, le desservit et lui fit perdre la bataille de l'image contre F. Mitterrand .

" Le pharaon élyséen " n'était pas un ange, mais il sut échapper à l'opprobre public maîtrisant à merveille la technique du " fusible " . Que ce soit dans l'affaire des " Irlandais de Vincennes " - des faux terroristes inventés par le pouvoir - ou dans celle du " Rainbow Warrior ", attentat des services secrets français contre un bateau de " Green Pace ", son très proche ministre de la défense, Charles Hernu, assuma tous les dégâts et démissionna en septembre 1985 .

Un peu plus tard, Jacques Chirac utilisa l'arme de la dérision par la sémantique . Aux révélations du promoteur Claude Méry, en septembre 2000 - enregistrées sur cassettes - et dénonçant le système de financement occulte du RPR par le rackett des entreprises adjudicataires de marchés publics, il répondit par un " abracadabrantesque " retentissant, sur lequel se jetèrent les journalistes, oubliant sur le champ le fond de l'affaire .

Le Président adoré des Français, aujourd'hui, mit tout de même plusieurs juges de haut-vol, au tapis, grâce à l'aide, il est vrai, en 1999, du Président du Conseil Constitutionnel, le socialiste Roland Dumas, qui fit valoir l'immunité du Président durant l'exercice de son mandat .

Le juge Halphen qui enquêtait sur l'affaire Méric jeta l'éponge en avril 2001 . En juillet 2001, les juges enquêtant sur les financements suspects de ses voyages à l'étranger firent de même . En 2004, le juge Courroye, rendit un non-lieu sur les frais de bouche exorbitants - 600 € par jour - de l'ancien maire de Paris .

Ce n'est qu'en décembre 2011 que l'on put voir enfin Jacques Chirac condamné à deux ans de prison avec sursis dans l'affaire des emplois fictifs de la ville de Paris servant à payer les permanents du RPR dont J. Chirac était par ailleurs le président .

Passons rapidement sur les drôles d'aventures du quinquennat de N. Sarkozy, pas moins d'une dizaine d'affaires dans lesquelles son nom est mêlé - financement occulte de sa campagne de 2007 par le colonel Kadhafi, arbitrage favorable à Bernard tapie, faveurs accordées à des instituts de sondage, amis - plus deux, où il est mis carrément en examen : soudoiement d'un haut magistrat pour obtenir des informations sur un dossier le concernant et affaire des dépassements de dépenses durant sa campagne électorale de 2012 .

Le " Pénélopegate " révèle que le contrat de confiance entre les politiques et les citoyens est définitivement rompu alors qu'il avait été largement entamé par l'affaire " Cahuzac ", en 2013, et les mensonges d'un ministre, arrogant, face à la représentation nationale . 

L'exigence morale, le besoin de transparence semblent devoir s'imposer, désormais, à tous . Certains s'interrogeront peut-être sue les dérives d'une telle intransigeance citoyenne, ils auront tort . " La culture de caste est en train de disparaître sous nos yeux, et nous devons nous en réjouir " . (1) .

(1) . d'après l'article de l'historien de la vie politique, jean Garrigues, " L'impunité de caste ", Marianne No 1038 du 17 février 2017 .

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 14:41
Pardon pour l'inélégance de l'illustration mais elle parle plus qu'un long discours .

Pardon pour l'inélégance de l'illustration mais elle parle plus qu'un long discours .

Indécrottable : qui n'est pas susceptible de s'amender, de s'améliorer, qui persiste dans ses défauts et ses erreurs, impénitent, incorrigible, incurable ...( Dictionnaire Larousse ) .

(1) . Titre de l'article de Dominique Simonnot, Le Canard Enchaîné, 15 février 2017, p.3 .

Ils sont " indécrottables " - impossibles à décrotter - ces élus : en pleine affaire Fillon qui déstabilise le pays, empêche une campagne électorale majeure de se dérouler normalement, est sur le point de se poursuivre en crise de régime, ouvre toutes grandes les portes au Front National et fait enrager la grande majorité de nos concitoyens, les députés n'ont pas trouvé mieux que de répondre en nous jetant à la figure une pelletée de " crottin de cheval " .

" C'est une auto-amnistie absolument incroyable dans le contexte actuel ", s'étrangle un haut magistrat . C'est un discret amendement modifiant la Loi sur " la prescription pénale ", voté le 11 février dernier, en catimini, en première lecture, par l'Assemblée Nationale, et qui devrait être définitivement adopté demain . Il concerne les infractions dites " occultes " ou " dissimulées " comme les abus de biens sociaux, les détournements de fonds et autres délits financiers .

Aujourd'hui, faute de loi précise, la jurisprudence fait courir le délai de prescription à partir du jour où les faits sont découverts et non celui où ils ont été commis dans le souci d'empêcher que ces " affaires ", souvent fort astucieuses, ne soient enterrées . Il n'en sera plus de même demain .

Glissé en douce par un sénateur Les Républicains, rapporteur de la nouvelle loi, l'amendement voté vient bouleverser la saine logique en vigueur jusque-là . A l'avenir, " le délai ne pourra excéder douze ans et partira du jour où l'infraction aura été commise " . Un cadeau magnifique octroyé au monde des affaires qui rêvait de cette réforme depuis des lustres .

Détail cocasse : dans la même loi, toutes les autres infractions ont, au contraire, vu leurs délais de prescription doublés . Désormais, il faudra pour qu'un crime échappe aux foudres judiciaires, jusqu'à 20 ans .

Prenons un exemple, au hasard, pour expliquer cette nouvelle législation : révélé en janvier 2017, l'emploi par son époux de Mme Pénélope Fillon , en tant qu'attachée parlementaire, entre 1998 et 2012 peut encore aujourd'hui, faire l'objet de poursuites judiciaires sur l'ensemble de ces années . Demain, avec la nouvelle loi, les enquêteurs ne pourront remonter que sur une période de douze ans . 

De 1998 à 2005, tout sera oublié, périmé, terminé puisque prescrit .

Il se susurre, dans les couloirs du Palais Bourbon, que pour le vote définitif de demain, le décompte des voix se fera au nombre de " ouf " de soulagement exhalés par les députés présents dans l'hémicycle ( Information Le gorafi ) .

Le Fillon 2016, Mr Propre, pouvait bien tonner, en novembre dernier : " Les élus sont des personnes à qui le peuple souverain confie provisoirement une part de pouvoir que lui seul détient . Cette confiance, nous devons l'honorer . L'Etat et son chef ne peuvent pas demander aux Français de se dépasser, ils ne peuvent pas exiger des citoyens qu'ils respectent les lois, si le soupçon est au coeur de l'Etat . Voilà ce que je crois, et il fallait bien que quelqu'un se lève pour le dire " . Ses députés n'ont apparemment pas compris la leçon et associés aux députés socialistes prennent le risque de mettre le feu aux poudres .

Savez-vous d'où vient la tradition, dans le monde du théâtre, de dire " merde " aux comédiens, juste avant une " Première " ? Autrefois, on se rendait au théâtre en voiture à cheval, si bien que devant les salles, les spectateurs marchaient, pour pouvoir entrer, dans le crottin et en répandaient des quantités sur les escaliers du dit théâtre . Les propriétaires de salles jugeaient à priori du succès du spectacle à l'épaisseur du crottin répandu sur leurs escaliers .

Aujourd'hui, la politique a pris le relais et les électeurs peuvent juger du respect que leur portent leurs élus, à l'épaisseur de crottin que ces derniers déversent devant les urnes .

 

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 13:50
Vitrail de la Cathédrale de Chartres : parabole du bon samaritain .

Vitrail de la Cathédrale de Chartres : parabole du bon samaritain .

Le confesseur de F. Fillon était également rémunéré en tant qu'attaché parlementaire . Mais le Parquet financier fait savoir que ce n'était pas un emploi fictif . Le pauvre bougre avait beaucoup de boulot dans cette famille de menteurs ", ( Information Le Gorafi ) .

" Les évangiles condamnent l'accumulation des richesses de façon claire, constante et explicite : posséder, c'est être possédé ", rappelle le théologien et éditeur J. F. Colossimo .

" L'argent, ce fumier du diable ", dénonçait un des Pères de l'Eglise, Basile de Césarée 

" Heureux les doux car la terre leur sera donnée ", ( Sermon sur la montagne, Béatitudes, Evangile de Mathieu ) .

" Tu aimeras ton prochain comme toi-même ", ( Evangile de Mathieu ) .

" La parabole du bon Samaritain " ( Evangile de Luc, définition par Jésus de Nazareth du " prochain " et de la miséricorde ) .

" La parabole du riche " à qui il sera plus difficile d'entrer au paradis qu'à un chameau de se glisser par le chas d'une aiguille ( Evangile de Marc ) .

Chaque fois qu'un nouveau disciple veut rejoindre Jésus, ce dernier lui demande d'abandonner tous ses biens matériels .

Face à une élection présidentielle où plus rien ne tient debout, posons-nous une question parmi les plus candides qui se puisse trouver : comment le catholicisme bon teint d'une bonne part de l'élite française peut-il s'accommoder de tant d'enthousiasme pour une réforme libérale " radicale ", qu'elle vienne de la droite dure ou du centre ?

Bien sûr, cette question peut se décliner en une multitude d'autres interrogations : Comment croire avec une égale ferveur au Christ des évangiles et au " Dieu marché " ? Par quelles voies impénétrables concilier les valeurs de l' Evangile avec celles du MEDEF et la doctrine sociale de l'Eglise avec le catéchisme thatchérien de la dérégulation ?

La doctrine sociale de l'Eglise a pourtant été établie avec clarté par trois Encycliques signées par trois papes différents, en un peu plus d'un siècle .

Encyclique " Rerum Novarum " du pape Léon XIII, en 1891, texte fondateur du syndicalisme chrétien, Léon XIII condamne " la misère et la pauvreté qui pèsent injustement sur la majeure partie de la classe ouvrière " et la concentration des ressources qui " impose un joug presque servile à l'infinie multitude des prolétaires ", - parole de pape - .

Quarante ans plus tard, en 1931, c'est le pape Pie XI qui revient à la charge, dans l'Encyclique " Quadragesimo Anno " : en pleine crise économique majeure, des années 1930, le pape  condamnait sans complaisance la toute puissance des financiers capables " de tuer le corps social ", sans états d'âme .

En juin 2015, le pape François, reprend ce discours en l'emmenant tout près d'une certaine ligne rouge, dans l'Encyclique " Laudato Si " : " Il faut éviter une conception magique du marché qui fait penser que les problèmes économiques se résoudront tout seuls par l'accroissement des bénéfices des entreprises  ou de quelques individus ", proclame-t-il avant d'ajouter " le principe de la maximalisation du gain, qui tend à s'isoler de toute autre considération, est une distorsion conceptuelle de l'économie ", fustigeant encore " l'emprise absolue de la finance " . Exit, la main invisible du marché, gloire à Marx au plus haut des cieux .

L'émergence politique d'un F. Fillon, marqué par une culture catholique publiquement revendiquée, serait-elle l'expression d'un malentendu historique ? 

Pour le prêtre et théologien Henri Madelin, la génération galvanisée par " la Manif pour tous " et incarnée aujourd'hui par F. Fillon " n'entend pas la critique du marché " véhiculée par le message chrétien . Pour le prêtre jésuite et économiste à l'Agence française de développement, Gaël Giraud, F. Fillon " n'a pas intégré l'option préférentielle pour les pauvres, portée par les textes canoniques " . 

D'où la question suivante : " La solidarité est-elle encore une valeur pour les catholiques ? " Et les études qualitatives de la sociologie ne sont pas complaisantes envers les catholiques pratiquants : deux fois plus que les athées et les agnostiques, les catholiques tricolores se méfient de la régulation de l'économie par l'Etat et lui préfèrent la concurrence, la compétitivité, valeurs plus darwiniennes que chrétiennes, à 80% .

Rendre le marché du travail plus flexible et plonger dans l'incertitude matérielle des millions de gens ; supprimer l'impôt sur la fortune que paient les riches pour augmenter la TVA que paient même les plus pauvres ; réduire la fonction publique garante de l'égalité de tous ; démanteler la Sécurité Sociale qui nous laissait tous égaux devant la mort ; en vérité,  le programme de F. Fillon ne paraît pas très catholique .

Au diable donc la redistribution, ( sauf dans la famille ) ! Place à la Loi de la modernité : " La Bourse et la vie - éternelle - ! "

 

NB : d'après l'article de Eve Charrin, " Jésus était-il ultra-libéral , " , Marianne No 1037 du 10 février 2017 .​​​​​​​

 

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 14:34
Enfants jouant à la toupie .

Enfants jouant à la toupie .

 L'Europe tourne comme une toupie devenue folle sous le fouet du dieu " Finance " et rien ne semble pouvoir l'arrêter, ( d'après Jack Dion, journaliste à Marianne ) .

Tous les observateurs ont relevé l'absence de l'Europe dans les débats qui ont animé les primaires de la droite, du centre et du Parti Socialiste . Faut-il s'en étonner ?

" Peut-on échapper à son destin dès lors que l'on a mis les pieds dans une organisation conçue uniquement pour permettre l'envol de multinationales dans un grand marché dérégulé, la mise en concurrence des systèmes sociaux et fiscaux, la fuite en avant dans la financiarisation et la domination de l'économie la plus florissante, l'Allemagne, grâce à une monnaie unique uniquement conçue à son avantage et d'autant plus que ce pays se refuse à prendre sa part de solidarité liée à la construction d'une oeuvre prétendue commune ? " ( Jack Dion ) .

Depuis trois ans et l'immolation de la Grèce menée par l'Union Européenne sous la férule d'Angela Merkel, depuis la crucifixion du mouvement Syriza par Bruxelles,  le seul parti issu des rangs de la gauche de la gauche qui avait réussi à parvenir au pouvoir et qui a dû courber l'échine devant les diktats européens, cet échec reste planté comme un fer rouge dans la mémoire des penseurs de la gauche de la gauche .

Une énigme : quoi ? La bande à Tsipras n'avait-elle pas tout pour elle : la légitimité démocratique, plusieurs fois renouvelée, la jeunesse, la volonté, le talent d'un brillant économiste et l'appui d'un peuple résolu ?

C'est que la crise grecque venait de révéler aux penseurs et économistes de la gauche, partisans d'un certain " progrès social " que au-delà de l'économie, de la dette, de l'austérité budgétaire, la logique économique de l'Europe avait donné naissance à un terreau nourrissant l'affrontement politique entre une oligarchie puissante, à la manoeuvre, et des classes populaires et moyennes complètement défaites .

Qu'ils soient atterrés, sceptiques ou " anomistes ", économistes, penseurs, intellectuels de gauche demeurent paralysés devant ce constat et incapables de proposer des directions comme le montre le florilège ci-dessous . 

" Il est temps de le reconnaître : les institutions sont dysfonctionnelles et doivent être repensées . L'enjeu central est simple : il faut permettre à la démocratie et à la puissance publique de reprendre la main et de réguler efficacement le capitalisme financier mondialisé du XXIe siècle ", proclament Thomas Picketty et Pierre Rosanvallon . Soit ! Mais on a vu, en Grèce, ce que les oligarchies financières ont fait de la démocratie . Car " réguler " n'est pas remettre en cause .

" La création de la monnaie unique avec l' Union économique et monétaire n'a pas seulement institué une politique monétaire fédérale mais elle a plus profondément modifié l'architecture du système politique européen par la rupture du lien organique entre le souverain politique et la monnaie ", constatent les deux économistes Michel Aglietta et Nicolas Leron . Très bien ! " Il faut donc instituer d'urgence une Europe, puissance publique , à deux niveaux de pouvoir, permettant de faire émerger une double démocratie, européenne et nationale ", ajoutent-ils . Oups ! Le raisonnement n'est pas facile à saisir . Quand on sait ce que l'oligarchie a fait à un niveau de démocratie à Athènes, que ne fera-t-elle pas à deux niveaux : les bûchers ? Car, là encore, on ne la remet pas en cause .

Il y a aussi l'effet de la volonté sur le réel . " Un espace public européen - condition indispensable de la démocratie - est en train progressivement de se construire . Il existera d'autant plus que nous serons capables de porter les débats à ce niveau et de construire des mobilisations européennes ", affirme le syndicaliste Pierre Khalfa, de la Fondation Copernic . Mais les gens sont-ils prêts à lâcher la proie du modèle social national pour une hypothétique démocratie européenne ?

" Certains proposent une union politique où les décisions seraient prises démocratiquement par un gouvernement et un parlement de la zone euro . Mais peut-on concevoir un pouvoir fédéral capable  de prendre en compte les spécificités nationales ? Les peuples européens doivent aujourd'hui refuser toute nouvelle avancée vers un fédéralisme européen sans garantie sur la politique qui serait menée ", avertissent les économistes atterrés, Catherine Mathieu et Henri Sterdyniak . Mise en garde pertinente ." Imposer une réorientation du projet européen autour d'objectifs explicites en vue de défendre et développer le modèle social européen en l'adaptant aux nécessités de la transition écologique " , précisent-ils, en phase avec J.L. Mélenchon, sur ce point . L'objectif est noble . Mais il ne s'agit ni plus ni moins que d'envisager une confrontation avec les institutions européennes et l'oligarchie qu'elles entretiennent . Comment ?

Deux philosophes, Christian Laval et Pierre Dardot, tentent de répondre : " S'il faut ouvrir une crise politique c'est à l'échelle de toute l'Europe, en rompant avec le système des traités de manière à imposer une refondation de l'Europe à partir d'une citoyenneté européenne . Briser le cadre de l'UE pour sauver le projet de l'Europe politique " . Existe-t-il une citoyenneté européenne et existera-t-elle jamais ?

Beaucoup de mots pour dire quoi sinon qu'à gauche le combat n'est jamais fini que lorsqu'on a décidé de ne plus le mener . C'est pourquoi, l'Europe sera également absente de la campagne électorale pour la présidentielle .

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
11 février 2017 6 11 /02 /février /2017 19:02
" Peter Pan " .

Peter Pan : L'angoisse de devenir adulte associée au désir de rester enfant qui vous transforme en adulte immature . ( Personnage de l'auteur écossais J.M. Barrie, apparu dans le roman " Little white bird ", " Le petit oiseau blanc " , 1902 ) .

 Venu récupérer son ombre abandonnée lors d'une précédente visite chez Mme et M. Darling, Peter Pan se trouve face à Wendy, la fille de la maison, qu'il convainc de le suivre au " Neverland " ( le pays imaginaire ) car il est intéressé par les histoires qu'elle pourra lui raconter et par le rôle de mère qu'elle pourrait jouer auprès des " Garçons perdus ", jadis tombés de leur berceau . Mais la fée " Clochette " est jalouse de Wendy et le " Capitaine Crochet " un ennemi implacable ...

Peter Pan est très lié au " Pays imaginaire " . S'il le quitte, le monde s'endort, la nature se fane et les " Enfants perdus " ne se battent plus contre les pirates . Tout change constamment au pays imaginaire ; les " Enfants perdus " ne sont jamais les mêmes, les méchants changent tout le temps, les fées ont une vie très courte ... Seul Peter Pan est immuable dans ce monde, il est l'éternel maître du jeu ... Pour atteindre " le Pays Imaginaire ", il faut voler : Peter Pan se souvient que pour voler, il faut rêver d'aventures .

J.M. Barrie définit son héros comme " joyeux, innocent et sans coeur " - comme tous les enfants - , totalement égocentrique, n'accordant que peu d'intérêt aux autres personnages qu'il ne considère que comme ses faire-valoir et oubliant très vite ses amis .

Peter Pan n'est donc pas quelqu'un d'humain et pas davantage un héros : dans l'histoire, il est incapable d'amour, de compassion ou de quelque sentiment profond . Il reste éternellement bloqué dans le virtuel, ne faisant aucune différence entre le jeu et la réalité ...

Dans le No 1037, du 10 février 2017, du magazine Marianne, le journaliste Joseph Macé-Scaron pose une question très pertinente  : " De qui Macron est-il l'hologramme ? " Personnellement, je réponds sans hésiter, de " Peter Pan ! " Et ce sont ses soutiens qui me guident . Que  répondent-ils à ceux qui critiquent leur poulain ?

Comment osez-vous critiquer l'homme qui veut sauver la France ? Comment avez-vous le front de vous en prendre à celui qui est " jeune, souriant et toujours en mouvement " - comme Peter Pan - et qui entonne " la Marseillaise ", la main sur le coeur, avec la grâce et le sourire ravi d'un des figurants du film " Les Choristes " ? - " Les garçons perdus " du livre de J.M. Barrie - . N'en avez vous pas assez de passer à côté d'une initiative historique que même Las Vegas nous envie ? Ne vous lasserez-vous jamais de nous empêcher de nous propulser vers " un XXIe siècle radieux " - Le Pays imaginaire de Peter Pan - où droite et gauche auront disparu enfin dissoutes dans la grande " Matrix de la modernité " permettant ainsi à la démocratie de " voler " vers un nouveau " Jardin des délices " ?

La cause est entendue : " Tout est bon dans le Macron " ! Chez Macron, rien ne saurait déplaire . N'a-t-il pas inventé la séduction permanente ? Celle qui lui permet à la fois de murmurer à l'oreille des vieux crocodiles et à celle des jeunes lézards . 

La taille bien prise dans ses costumes bleus qui rehaussent un regard qui vous donne l'impression que ses paroles vont transfigurer votre vision du monde . Il a le charme et l'allant de ces aventuriers qui au XVIIIe siècle parcouraient les Cours d'Europe pour y semer les graines du despotisme éclairé .

Après tout, n'est-ce pas l'homme qui a réussi le tour de force de transformer le plomb d'une participation active au quinquennat de F. Hollande en or médiatique ? François qui ? Non, vraiment, il ne voit pas ! Une faculté " d'oubli " à la mesure de celle du héros de J.M. Barrie . Il est trop fort . Sa démission du gouvernement Valls, préparée de longue date et accompagnée de généreux soupers offerts à ses premiers soutiens, à la cantine de Bercy, a fonctionné comme une ardoise magique, effaçant tout .

Très habilement, le personnage ne revendique aucun droit d'inventaire qui le relierait encore à F. Hollande, il y substitue " son droit d'invention ", refilant ainsi le mistigri au frondeur Benoît Hamon .

Son programme, on commence à se demander s'il ne l'a pas confié à son hologramme . Imaginez un peu : Alain Minc, Jacques Attali, Bernard Kouchner, Pierre Berger, Bernard-Henri Lévy qui s'esbaudissent devant un projet dont les axes forts sont : " La pluie ça mouille ! " ou " La guerre c'est mal ! " 

Françaises, Français, tenez-vous le pour dit : on vous demande de ne pas grandir, comme le faisait Peter Pan à l'encontre des " Enfants perdus ", qu'il exécutait lui-même, s'ils n'obéissaient pas, " the bad boy ! " 

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 14:18
Une élection impossible .

" Il ne faut jamais juger les gens sur leurs fréquentations . Judas, par exemple, avait des amis irréprochables " ( Verlaine ) .

Depuis les débuts de la Ve République, jamais le pays ne s'était trouvé dans une telle situation : aborder l'élection majeure prévue par les institutions, sans savoir, si les électeurs pourront se rendre aux urnes . Nous sommes sur le point de voir 45 millions d'électeurs " dessaisis " du pouvoir acquis après de longues luttes populaires : le suffrage universel .

Certes, pareille affirmation mérite une explication : les bureaux de vote seront ouverts le dimanche 23 avril 2017 ,et aucun militaire en armes ne sera devant la porte pour en interdire l'accès . Ce que nous voulons dire, c'est que les protagonistes de ce rendez-vous électoral font tout pour dégoûter les électeurs de s'y rendre .

Le premier d'entre eux est évidemment le professeur de morale de " Les Républicains " : " L'Etat et son chef ne peuvent pas demander aux Français de se dépasser, ils ne peuvent pas demander aux citoyens de respecter les lois, si le soupçon est au coeur de l'Etat . Il fallait bien quelqu'un qui se lève pour le dire " .

Désormais, l'ancien premier ministre aura beau faire et beau dire, quoi qu'il dise il verra se dresser devant lui le citoyen de base pour lui répliquer, à chaque demande de sacrifice : et vous ? Par ailleurs, après avoir réduit au silence son parti, la nouvelle défense du candidat de la droite dure consistant à remettre en cause la marche de la justice, place l'échéance électorale sous la tutelle des juges .

Le deuxième protagoniste, l'homme neuf, sans attache, émancipé, libre mais soutenu par une horde de champions olympiques du " retournement de veste ", ( Minc, Attali, Kouchner, Conh-Bendit, Bergé, Lorenzi, Séguéla ), candidat à l'élection présidentielle sans programme présidentiel, passé directement du statut d'hommes d'affaires de la Banque Rothschild à celui de conseiller du président, a bien du mal à nous faire croire que son parcours offre un quelconque soupçon de " progressisme " et rencontrera bien des obstacles pour pour attirer les classes populaires sur son rocher .

Un troisième homme se retrouve sur scène, complètement abasourdi par ce qui lui arrive tant il n'y croyait pas . Aussi avait-il fait une campagne des primaires presque folle, promettant la lune, mais qui plombe aujourd'hui son discours . " Le petit Benoîst ", que les Cambadélis et consorts ont eu tôt fait d'emprisonner dans la camisole des investitures aux Législatives : des candidats déjà investis dans 400 circonscriptions, dont 255 ( 64% ) sont des tenants de la ligne social-libérale de F. Hollande, parmi lesquels des sortants du gouvernement ( Valls, El-Khomri, Le Guen ... ) . C'est à dire que le PS part aux élections avec un candidat à la présidentielle et des candidats aux législatives qui n'ont pas le même programme . Situation idéale pour mobiliser des citoyens .

Le quatrième homme, le plus libre à priori, se retrouve pourtant prisonnier de la démarche personnelle qu'il a engagée, il y a déjà un an : et également prisonnier de ses " Insoumis " dont la violence verbale sur les réseaux sociaux ne l'aide pas . Sa démarche lui interdit tout rapprochement avec Hamon et L'écologiste jadot, sauf à ce que ces derniers acceptent de passer sous les fourches Caudines des " Insoumis " . A terme, JLM paiera l'intransigeance de ses soutiens, le PS sera assez habile pour lui faire porter le chapeau de la désunion .

Et voilà qu'un cinquième homme s'invite à la table : François Bayrou . Qu'apporte-t-il sinon encore plus de confusion ? Son terrain de jeu est largement occupé par E. Macron . 

Ces cinq personnages donnent à entendre que les Législatives, c'est à dire l'existence et la force de leur parti, dans l'après présidentielle, serait plus importantes que l'élection prétendument majeure . Comment mobiliser avec un tel objectif ?

Enfin, la femme ! A l'aise, ayant profité du quinquennat de F. Hollande pour engranger le soutien des frustrés de la gauche et appréciant aujourd'hui l'énorme cadeau que la cupidité de F. Fillon vient lui offrir . Aussi la dame peut-elle durcir son discours raciste, sans crainte et même y ajouter un inouï, " Ils sont tous pourris, sauf moi " !, afin de solidifier son socle électoral désormais inébranlable .

Voilà la nature de cette " élection impossible " : un noyau dur d'égarés qui risquent de faire l'élection, quelques bancs de fidèles nostalgiques de-ci,de-là et une masse de gens dégoûtés, revenus de tout, qui resteront chez eux .

Repost 0
Published by regain2012 - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : Regain 2012
  • Regain 2012
  • : Pour un retour à la démocratie réelle où le citoyen redevient acteur de son avenir et cesse de déléguer son pouvoir à des partis ou à des dirigeants trop éloignés des souffrances des peuples.
  • Contact

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Recherche

Nuage de tags

Nombre de visiteurs en ligne

Il y a actuellement    personne(s) sur ce blog

Catégories

Liens